Celeste: « Not Your Muse »

22 février 2021

La meilleure façon de résumer Not Your Muse, le premier album de la chanteuse-compositrice britannique Celeste, serait peut-être de dire « astucieusement doux ». Cela ne veut pas dire que le disque est essentiellement mélancolique ou déprimant, mais plutôt que sa voix tendre et murmurante et son regard lyrique poignant suscitent une foule de sentiments introspectifs et authentiques, ouvrant un coffre d’observations quotidiennes vraiment éclairées et rafraîchissantes, mais aussi désinvoltes. 

En ouvrant avec « Ideal Woma », Celeste fait une série d’affirmations sûres d’elle « J’aime penser que c’est parce que je suis trop belle » (I like to think it’s because I look too good), ce qui établit une confiance tenace et met en œuvre son comportement affable. Dans « Beloved », qui associe les attributs souvent entendus du R&B et un riche arrangement cinématographique de cordes, nous sommes entraînés dans un lent voyage brûlant à travers les désirs personnels et les folles idiosyncrasies de l’amour « J’ai entendu dire que la foudre ne frappe pas deux fois / Pourrais-tu être l’homme de mes rêves ? » (I heard lightning don’t strike twice / Could you be the man of my dreams ?). Celeste elle-même a déclaré que le morceau a été inspiré par les crooners des années 1950 et les sons étourdissants qui se reflètent dans le sentiment de somnolence qui suit le voyage en avion.

Le désormais familier  « Stop This Flame » est le morceau le plus vivant de l’album et met en évidence l’impressionnante palette vocale dont dispose Celeste en cas de besoin. « Tonight Tonight », un morceau acoustique et funk accrocheur, parle de l’anticipation et des nerfs délicieux que l’on ressent lorsqu’on attend qu’un amant rentre à la maison, « Chercher ton ombre dans la lumière sous la porte » (Looking for your shadow in the light beneath the door).

Sur « Love Is Back », la vocaliste canalise son Amy Winehouse intérieur, adoptant le lyrisme honnête qui a fait la réputation de ce qui précède : « Je commence à réaliser que tous les garçons que je trouve / sont tous des problèmes » (I’m startin’ to realise that all the boys that I find / are all trouble). Alors que les comparaisons avec Winehouse, Billie Holiday et Bessie Smith vont certainement être faites, Celeste fait montre d’assez de douceur et d’enchantement pour se démarquer. 

Ce qui est la propre marque de soul de Celeste la voit prendre avec art les parties les plus engageantes de la pop des hit-parades traditionnels et les mélanger avec une portion calculée de jazz traditionnel et de beat-poetry. Parfois, on a envie de varier davantage la composition, bien que cela puisse être dû aux mises en garde du premier album et au fait de ne pas prendre trop de risques au début de sa carrière. 

Ce qui est clair, c’est que Celeste a tous les atouts pour être unique : une artiste soul britannique, certes, mais avec un tranchant de rasoir et un theremin comme falsetto, capable de choses tout à fait remarquables.

***1/2


Norah Jones: « Pick Me Up Off The Floor »

13 juin 2020

De nombreux auditeurs qui se considèrent comme de sérieux fans vont instantanément ignorer le nouvel album de Norah Jones, Pick Me Up Off the Floor. Les raisons : elle a vendu bon nombre d’albums, en particulier son premier Come Away with Me, et elle est considérée par beaucoup comme appartenant aux catégories de la pop ou du smooth jazz.

Mettons d’abord les choses au clair. Faire de la musique qui doit répondre à un certain nombre de règles, que vous appeliez la pop ou le smooth jazz une catégorie plus spécifique, et être douée pour cela est un art en soi. Vous devez échapper au piège d’être un simple imitateur et/ou de ne pas avoir de succès du tout. Si vous repoussez les limites dans le cadre des règles établies, vous rendez votre tâche mille fois plus difficile. Et ce dernier point est l’une des choses que Jones a faites sur ses six derniers albums.

Maintenant, mettons une autre chose au clair. Pick Me Up Off the Floor n’est pas un disque pop, pas dans le sens où il s’en tient à une formule établie. Il y a de la soul, du jazz, du gospel, de l’Americana et une combinaison de ces genres musicaux et d’autres encore. Et Jones et ses collaborateurs font sonner ces combinaisons comme si elles avaient toujours été faites l’une pour l’autre.

Peu importe lequel des onze morceaux est en question : l’intro aux cordes « How I Weep », le country jazzy de « Heartbroken Day After » ou le brillant « I’m Alive ». Ce que nous avons entre les mains est un des meilleurs album de Norah Jones jusqu’à présent, quelque part, un presque classique.

***1/2


Monophonics: « It’s Only Us »

13 mars 2020

Il est facile de considérer que les références à l’âme des années 60 et 70, qui se sont développées pendant une décennie, sont en quelque sorte une réaction à un paysage musical défini par des logiciels et des algorithmes. Tout comme iTunes et Spotify ont donné lieu à une nouvelle reprise des ventes de vinyles – dont l’avenir semble un peu incertain pour l’instant – EDM a connu un groove organique et chaleureux. Mais des artistes comme Sharon Jones et Lee Fields ont prouvé à quel point le public était avide de soul analogique il y a encore longtemps, suggérant qu’un groupe de scène avec des titres et des chants livrés avec une émotion douloureuse et un cool intemporel aura toujours un public. Tout cela n’a pas été particulièrement nouveau ou innovant, mais au moins, ça fait sacrément du bien.

Le groupe Monophonics de Bay Area existe depuis plus d’une douzaine d’années, et il a créé des morceaux de soul denses et cinématographiques, conçus pour sonner aussi bien dans une paire d’écouteurs que sur scène. C’est dans ce dernier cas que le groupe est vraiment dans son élément, s’étant bâti une réputation de groupe au meilleur de sa forme lorsqu’il se produit devant un public. Mais comme le montre le cinquième album It’s Only Us, c’est sur une bonne paire de haut-parleurs, peut-être un dimanche après-midi sans distraction, que les nuances et les riches détails des arrangements complexes du groupe se révèlent pleinement.

Une grande partie du contenu de It’s Only Us vous rappellera sans doute une autre chanson ou un autre disque. Le voyage en douceur et psychédélique de « Last One Standing », avec ses couches de conga drum et ses cordes majestueuses, est un clin d’œil à « Move On Up » de Curtis Mayfield. « Tunnel Vision » porte un tempo accéléré de la version funky et inquiétante d’Isaac Hayes sur « Walk On By » dans les couplets, tout en faisant la transition avec les sons de tempête des Spinners dans le refrain. Les influences du groupe sont transparentes, et leur but n’est pas nécessairement de réinventer. Ils réinventent plutôt les styles qu’ils adoptent, se mettent à l’aise, redécorent un peu et laissent entrer une brise fraîche pour évacuer l’air vicié du fétichisme vintage.

Bien entendu, le fait que le groupe soit toujours sur la bonne voie, sans jamais lâcher le rythme, est un atout. Les accords d’orgue charnus et les riffs de guitare en fuzz de « Run For Your Life » frisent avec une alt!re méchanceté tandis que le morceau d’ouverture « Chances » »est une tapisserie complexe de cors, de voix et de réverbérations qui apporte un peu de tourbillon kaléidoscopique dans le funk socialement conscient mais bienveillant du groupe. It’s Only Us ne se termine cependant pas sur une note joyeuse, ce qui est peut-être la surprise la plus notable ici. Portant le deuil, la tristesse et le poids du monde, c’est un disque plus lugubre qui se rapproche d’un disque qui ressemble surtout à un baume chaud et apaisant. Parfois, il est préférable d’avoir une musique qui nous aide à échapper à ce que nous vivons, mais parfois ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de quelque chose qui dise la vérité d’une manière qui ne fait qu’adoucir les dommages.

***1/2


Anna Wise: « As If It Were Forever »

16 décembre 2019

Le premier album d’Anna Wise navigue entre R’n’B, soul jazz et rap et c’est une réussite.

Entourée de Denzel Curry, Little Simz et de quelques invités de marque, la jeune femme déroule des chansons la plupart très langoureuses que l’on imaginerait bien entendre dans un club, le soir à New York.

***


Brainstory: « Buck »

25 novembre 2019

Le premier album de ce trio est le genre de chose qui peut tourner en boucle du matin au soir pendant des semaines sans que personne n’y trouve à redire. Il faut dire que les Californiens ontmis dans Buck tous les ingrédients nécessaires pour nous concocter ce disque d’un confort absolu.

Brainstory c’est Kevin, Tony et Eric, trois frères installés à Los Angeles, soit un redoutable trio au son Soul-Funk-Beat avec des petites touches folk ici et là (« Peter Pan », « Beautyful Beauti »)… un peu comme si les Delfonics (« Mnemophobia ») tapaient le bœuf avec Bibio.

Produit par le brillant Leon Michels (qui a travaillé comme producteur et musicien pour Lee Fields, Charles Bradley, Chicano Batman…), Buck est un disque délicatement groovy, baigné de choeurs langoureux, d’influences Motown, G-Funk, ou Northern soul,

Une première livraison de choix pour ce trio dont on espère une suite tout aussi belle.

***


Fink: « Bloom Innocent »

25 novembre 2019

Jamais à court d’inspiration, Fink, alias de Fin Greenall, sort ici son neuvième album, Bloom Innocent. Toujours en quête de la composition electronica parfaite, l’Anglais propose ici cette fois huit titres pour un ensemble d’une durée de cinquante-deux minutes. Un disque ambitieux, comme à l’accoutumée, à l’image de ses prédécesseurs.
Avec sa chanson-titre et premier « single » de l’album, on frisera clairement cette quête ; peut-être même trop. Trop lisse, trop pensé, le morceau, malgré ses nombreuses qualités, ne parvient pas à émouvoir ni même entièrement satisfaire. Il est si bien produit qu’on a l’impression de l’avoir déjà entendu avant. En y réfléchissant, on se rend compte d’avoir déjà entendu la composition electronica parfaite, par exemple sur Sort Of Revolution et Hard Believer.

Fort heureusement, le songwriter n’en reste pas qu’à ces bases conventionnelles, intégrant à sa musique des éléments diversifiés légers, de la soul (« Out Loud ») au folk (« Once You Get A Taste »), en passant par le blues (« I Just Want A Ye »s) et le gospel (le beau final de « We Watch The Stars »). Parmi les huit morceaux de Bloom Innocent, seuls deux d’entre eux tombent tout juste sous les six minutes, à savoir « Once You Get A Taste » et son folk rock saupoudré de nappes synthétiques ainsi que « That’s How I See You Now » et sa synthpop à la rythmique menaçante.


Fink conclut son neuvième album sur deux de ses compositions les plus intimistes, à commencer par « Rocking Chair », aux arrangements sobres et au chant solennel. La réverb, les quelques accords blues ainsi que les chœurs discrets en arrière-plan viendront, à cet égard, apporter à la chanson une ambiance assez unique. « My Love’s Already There « est quant à elle la ballade la plus accomplie du musicien expérimenté, quasi a capella, où les silences sont aussi beaux que la voix de Fink.
Non exempt de défauts, Bloom Innocent est une œuvre complète, fidèle à son auteur dont la démarche artistique semble être de parfaire chaque composition pour en façonner la création la plus pure et efficiente. Il y parvient fortement sur plusieurs titres de ce neuvième disque tout en réussissant à se renouveler et proposer de nouvelles directions, certes minimes, mais dont on aperçoit l’exigence et le savoir-faire au fil des écoutes. Fin Greenall demande notre attention et parvient à l’obtenir lorsqu’il vole vers de nouveaux horizons.

***1/2


Rex Orange County: « Pony »

25 novembre 2019

Pony est le troisème album de Alexander O’Connor, un jeune musicien de vingt-et-un ans qui teinte sa pop d’accords jazzy avec une virtuosité déconcertante : un univers est éclatant dans lequel il remué l’Angleterre et a touché les américains (Tyler The Creator, Comso Pyke, Benny Sings) en abolissant les frontières entre hip-hop, soul et indie rock. Ce nouveau disque, en est, une fois encore la manifestation.
Rex Orange County continue d’explorer son esthétique hybride sans pour autant tomber dans la réutilisation de recettes miracle. En effet, Pony révèle tout ce qu’il y a de plus subtil et romantique chez O’Connor. Ce dernier évoque d’entrée de jeu ses souvenirs dans l’introduction « 10/10 » : une petite ballade synthétique qui est aussi une réflexion sur son immense et rapide succès. Les ambiances sont devenues plus sobres, mais la ferveur reste. Le super « single » « Face To Face » confirmera la chose avec un rythme effréné et un refrain qui laissera rêveur. Plus tard, ce sont certaines sonorités de vocoder qui créeront la surprise dans la production méticuleuse de « Never Had The Balls » avec une touche moderniste clairement assumée pendant tout au long de l’album.


Il semblerait aussi que les influences musicales de l’Anglais aient été différentes pour écrire Pony, cela vient du disco (« It Gets Better ») ou bien des œuvres surréalistes de Bon Iver et Sufjan Stevens. Ainsi, « It’s Not The Same Anymore » marquera ne porte d’accès à la douceur, avec, en prime, l’alliance d’un piano à un orchestre mettant parfaitement en évidence la nostalgie d’Alexander. Dans cette collection il ne faudra pas non plus oublier le remarquable et sensible « Pluto Projector » gavé de réverbération, et le hip-hop binaire de « Laser Lights » qui plaira sans doute aux admirateurs de Frank Ocean.
Comme nous le remarquions précédemment, Pony marque un tournant. Rex Orange County est en constante évolution, et se place là où l’on ne l’attendait pas. À l’horizon, aucune pression ne ressent vraiment dans le disque avec cette nouvelle approche d’un songwriting plus nuancé malgré quelques petites défaillances (« Stressed Out », « Always ») .

***1/2


Winston Surfshirt: « Apple Crumble »

18 novembre 2019

En 2017, Winston Surfshirt avait ses premiers pas dans la musique avec un premier album intitulé Sponge Cake. Le groupe australien a rencontré un succès minime sur le plan national, ce qui est un peu dommage car leur musique est une sacrée bouffée d’air frais. Toutefois, le sextet australien compte imposer son cool quoi qu’il advienne avec Apple Crumble.

A mi-chemin entre hip-hop, neo-soul et funk, Winston Surfshirt ne compte pas jouer les cailleras ou les mumble rappers à la mode. Ici, tout est en mode « peace, love, unity and have fun » avec une pointe néo-hippie pour l’originalité comme l’atteste des morceaux organiques comme « Need You » qui ouvre le bal de façon smooth et raffiné. Entre la voix somptueuse de Winston, leader du groupe, alternant chant et rap de façon posé et naturel ainsi que les instrumentations purement live et légères, il n’y a qu’un pas et ils arrivent à la franchir avec les groovy « For The Record », « That Just Don’t Sit You Right » et autres « Show Love ». De quoi nous redonner le « Smile » comme l’indique un de ses morceaux cuivrés.

Apple Crumble est riche en surprises en tous genres comme la rythmique new jack swing sur le old school jamais suranné « NobodyLikeYou » ou les influences dignes du regretté J Dilla sur le quelque peu jazzy « Someone New » qui est prolongé par la splendide conclusion instrumentale nommée « Bolney Stage 2 ». Plonger dans l’univers néo-hippie de Winston Surfshirt est plus que conseillé surtout qu’ils nous envoient des vibes positives et pleines d’amour avec « Where Did All Our Love Go ? » et « Crypto ». Un second opus qui nous donnera du baume au cœur.

***


FKA Twigs: « Magdalene »

6 novembre 2019

.Cela fait maintenant trois ans que Tahliah Debrett Barnettavait disparu du monde de la musique hormis le « single »  « Good To Love » paru en février 2016 qui fut le dernier signe musical de celle qui se fait appeler FKA Twigs. Depuis son premier album LP1 et à l’occasion du festival We Love Green, on a retrouvé l’anglaise sur scène où elle présenta quelques nouveaux titres, annonciateurs de ce second album : Magdalene.
« 
Cellophane », premier « single » extrait de ce nouveau disque, avait déjà été dévoilé et il s’agit d’une superbe et délicate plage où, accompagnée ‘un piano minimal et d’un beat, elle déploie sa voix sur différentes variations. Osée et éblouissante , c’est aussi une ode enivrante à l’amour. Celle-ci vient clôturer cet opus tant attendu. FKA Twigs avait auparavant travaillé avec Arca, mais cette fois c’est Nicolas Jaar qui s’est collé à la production. Ce choix n’est guère étonnant quand on connait les productions du DJ Chilien. Celui-ci aime déstructurer et casser les rythmes. Et tout cela ne pouvait que parfaitement coller avec l’univers de l’anglaise.
« 
Thousand Eyes » inaugurera l’album en adressant une envolée sonore prodigieuse sur laquelle se pose la voix quasi religieuse de Tahliah Debrett Barnett. « Home With You « qui lui emboîte le pas s’apparenterait par contre davantage à une Lana Del Rey possédée, alors que pour « Sad Day » la vocaliste chante d’une voix fluette et plus posée sur une montée progressive synthétique et va se finalement perdre dans un tourbillon de beats.

Vous l’avez donc compris le monde musical de FKA Twigs est riche et varié. Celle-ci reste terriblement mystérieuse et multi-facettes, aussi bien musicalement que visuellement. Si la pochette de LP1 était un dessin de l’artiste, cette fois c’est une peinture presque Lynchienne qui vient orner celle de Mmagdalene. A l’exception du très dispensable « Holy Terrain », l’album est une vraie réussite. La voix quasi religieuse d’auparavant, trouve sa place dans le logiciel de FKA Twigs fait de religion ou tout au moins une croyance qu’elle soit occulte ou ésotérique. « Mary Magdalene » en est une illustration. Son intro résonne de sons de harpe et de xylophone qui rappellent immédiatement Björk, avant de s’enfoncer dans des ténèbres où les beats percutants de Nicolas Jaar trouvent une place de choix. Continuant sur sa lancée l’anglaise entonne un « Fallen Alien » renversant. Magdalene singularisera un certain répit avec « Day Bed » et « Cellophane », calmant là un peu tous ces éléments malaxés de façon très désynchronisée depuis le début du disque.
FKA Twigs signe un retour brillant. La désormais trentenaire n’a pas simplifié les choses avec ce second essai qui au final est probablement un cran au-dessus du déjà très réussi
LP1, une gageure dont peu peuvent s’enorgueillir.

***1/2


Michael Kiwanuka: « Kiwanuka »

6 novembre 2019

Le Londonien Michael Kiwanuka bénéficize d’un buzz puissant et justifié pour les raisons suivantes : il a une voix chaude, singulière, magnifique, il sait marier le folk acoustique à la soul des années 60-70, étiquettes Stax Records et Motown réunies, et l’assortit d’une touche afro-européenne qui ne fait pas mentir ses origines ougandaises.

Le propos de ses chansons dépeint la condition de la souche africaine au Royaume-Uni, mais atteint aussi l’universel lorsqu’il est question d’intimité. Zéro frime à l’ordre du jour ! Michael Kiwanuka n’est certes pas le copy cat d’Otis Redding, Bobby Womack, Sly Stone et autre Bill Withers, mais il s’inspire assurément de leurs savoirs et accomplissements sans en vraiment transcender le legs.

Pour son troisième album studio, il a travaillé de concert avec l’Américain Danger Mouse, réalisateur et artiste-musicien devenu célèbre pour son « mashup » du Black Album de Jay-Z et du White Album des Beatles avant de constituer le duo Gnarls Barkley avec CeeLo Green et de multiplier les collaborations – Gorillaz, Adele, The Black Keys, Norah Jones, etc.

L’instrumentation choisie est à la fois prévisible et léchée : section de cordes, guitares acoustiques et électriques, piano, chœurs, batterie, percussions, menus ornements de notre époque, jeu vintage, mixage vintage.

À la fois conformiste et incarné, Michael Kiwanuka doit ainsi être considéré comme artiste du classicisme pop. Certes l’un des meilleurs de la période actuelle.

****