Iggy Pop: « Every Loser »

Iggy Pop a 75 ans. Réfléchissez-y un instant. Personne n’est plus surpris que lui de faire encore de la musique rock dure et énervée. Le fait que ce soit aussi sacrément bon est une bénédiction. Every Loser est un plateau d’échantillons d’Iggy à travers les âges, qui commence par le crunch viscéral de fuzztone de « Frenzy ». « So give me a try before I fucking die/My mind is on fire, when I oughta retire ? » (Alors donne-moi une chance avant que je ne meure/Mon esprit est en feu, alors que je devrais me retirer) glapit Pop dans un style pas très éloigné des jours flous et halcyon des Stooges. C’est un début audacieux. Pour « Strung Out Johnny », Iggy Pop passe à son croonage lascif tandis que son groupe de soutien stellaire s’ébat sur un groove Nirvana mid-tempo. Jusqu’ici, tout va bien.

Parlons du groupe – c’est un who’s who de la royauté du rock moderne : Duff McKagan, Chad Smith, Travis Barker, le regretté Taylor Hawkins, Dave Navarro et d’autres sommités maîtrisent leur ego et servent magnifiquement Pop sur les 11 titres du disque.

Pop se débrouille bien pour suivre le rythme de tous ces jeunes et réalise une excellente série de performances vocales. Sa voix semble plus âgée, mais pas beaucoup plus. Sur les morceaux parlés « The News for Andy » et « My Animus », même sa voix parlée sonne bien. Riche, résonnante et inquiétante. C’est une excellente combinaison. Il a l’air particulièrement cool sur « Neo Punk », crachant des lignes comme « Je n’ai pas besoin de chanter/I’ve got publishing/I’m a Neo punk ». Sur « All the Way Down », Pop fait passer son baryton à son grondement de la fin des années 70 et affirme : « Je peux le faire tout seul ». Il a probablement raison. Ne seriez-vous d’accord avec lui ?

Il n’y a pas un seul mauvais morceau sur Every Loser. Peut-être que le torrent de mauvaises nouvelles de ces dernières années l’a poussé à agir. Peut-être envisage-t-il la maison de retraite et fait-il bon usage de ce qu’il a avant que tout ne cesse de fonctionner correctement. Ce qui a inspiré cette renaissance du troisième âge doit être mis en bouteille et mis à disposition gratuitement. C’est l’album n° 20 d’Iggy Pop et il est aussi bon que tout ce qu’il a fait au cours des 50 dernières années. Peu d’artistes « historiques » peuvent dire ça et garder un visage impassible. Il ne plonge peut-être plus sur scène, mais onn peut parier qu’il ne peut toujours pas garder sa chemise plus de cinq minutes. Si l’on en croit Every Loser, on n’a pas fini de voir la poitrine glabre et curieusement coriace d’Iggy Pop. Rt ceci, c’est une sacrément bonne chose.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :