Parcels: « Day/Night »

Ils sonnent (et s’habillent) comme tous les grands groupes pop, rock et disco des 60 dernières années, tout en un. C’est absolument contagieux.

Très bien, cartes sur table. Nous allons faire beaucoup de références à d’autres musiques dans cette critique – ce qui devrait normalement être gardé au minimum – mais avec ce groupe, cela semble trop approprié. Parcels est un groupe dans l’ancien sens du terme. Chacun des cinq membres s’est rencontré au lycée, a joué de la musique pendant la pause déjeuner et, à partir de ce moment-là, ils semblent n’avoir jamais été séparés. Ils ont quitté leur maison de Byron Bay pour s’installer à Berlin et ont grandi ensemble en tant qu’amis et en tant qu’artistes, s’attachant à cette rare communion qui semble de moins en moins répandue à l’ère des producteurs en chambre et des artistes solos.

Il n’est donc pas surprenant qu’un groupe aussi engagé, aussi talentueux, ait conçu un double album extrêmement ambitieux et bien exécuté pour son deuxième LP. Les dix-neuf titres ont été enregistrés en direct aux studios La Frette à Paris – je répète – enregistrés en direct, et sont divisés en deux parties distinctes mais interconnectées, basées sur les concepts de jour et de nuit. La première, « Day », est libre, brute et exaltante. Dans « Night », la production se transforme légèrement en une affaire plus sombre et plus affectée. Le groupe a également été rejoint par Owen Pallet – l’arrangeur de cordes par excellence de la musique indé – qui donne à l’ensemble de l’album un aspect cinématographique, une narration orchestrale qui se déroule tout au long de l’album.

Tous les « singles », à l’exception de «  Famous » », se trouvent sur la face « Day », et bénéficient de mixages légèrement différents pour tenir compte de leur position et de leur flux dans l’album. « Light » ouvre la journée, donnant le ton avec des touches ambiantes, des cordes lentes et une construction douce avant que les lignes d’harmonie distinctives de Parcels n’éclatent. « Theworstthing » ralentit ensuite les choses après l’exaltation que véhiculent « Free » et « Comingback », avec le premier des morceaux les plus émouvants de Patrick Hetherington. « Somethinggreater » » est la chanson pop par excellence de l’album, un outro hymnique avec lequel on ne peut s’empêcher de chanter et « Outside » est également un morceau remarquable, avec Hetherington qui se confie sur les liens familiaux perdus et l’isolement.

Puis vient la nuit, où tout devient un peu plus sombre, un peu plus violent. Par exemple, dans « Thefear » » en comparaison avec « Day », les harmonies serrées pour lesquelles Parcels est connu sont encore plus serrées et manipulées, puis inversées, produisant une sensation étrange. Chaque chanson semble avoir une paire thématique ou sonore sur la face opposée du disque, « Light » et « Shadow » sont deux sections de la même chanson, « Comingback » et « Icallthishome » vont traiter de l’appartenance et de la connexion, « Somethinggreater » et « Once » luttent de leur côté pour un amour futur ou passé, « Daywalk » et « Nightwalk » montrent le côté plus jazz de Parcels, cette dernière contenant une outro avec un riff de piano style «  Kind of Blue «  qui s’épanouit dans le genre de soul psychédélique que l’on aurait pu entendre chanter par les Temptations dans les années passées. « Neverloved » est peut-être un peu trop rock opéra à notre goût, mais dans son ensemble, il est logique. « Lordhenry » sera la pièce maîtresse de  » »Night » » – un morceau énorme qui oscille entre de grands balayages orchestraux et des guitares disco rapides, soutenus par des percussions de style Tropicalia et des harmonies à la Beatles – difficile de ne pas l’aimer.

Il est vrai que certaines chansons ressemblent plus que de raison à des classiques d’antan. « Famous » a le même effet que le « Boogie Wonderland » de Earth, Wind and Fire, Free le soleil des Bee Gees d’avant la disco, »Light » l’ambiance d’aéroport de Brian Eno. Ils ont certainement canalisé le groove implacable de « Move On Up » de Curtis Mayfield (probablement la version étendue aussi…) pendant la genèse de « Comingback », mais cela ne l’empêche pas d’être la chanson de l’année (oui !). En fait, je dirais qu’elle est peut-être même meilleure pour cela – le lien avec le passé fait partie du plaisir de Parcels. Ils sonnent (et s’habillent) comme tous les grands groupes pop, rock et disco de ces 60 dernières années, tous réunis en un seul. C’est absolument contagieux. Parcels utilise ces classiques comme tremplin, et qui peut les en blâmer ? N’est-ce pas ce que font tous les groupes ? Parcels le fait juste avec une facilité déconcertante et, ce faisant, devient quelque chose d’entièrement différent.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :