James Yorkston, Nina Persson and the Second Hand Orchestra: « The Great White Sea Eagle »

Il y a toujours eu un sentiment de surprise tranquille dans l’écriture littéraire et lente de James Yorkston : une phrase apparemment simple qui fait passer l’auditeur d’un état émotionnel à un autre, une douce mélancolie qui se condense en un éclat de joie, un moment où l’intime devient soudainement un grand écran, quand une soudaine ruée de cordes ou le vol d’un violon inattendu percent la résine d’une chanson. Son choix de collaborateurs a eu un air similaire d’imprévisibilité plaisante. Des premiers albums produits par des gens comme Kieran Hebden ou l’ancien bassiste des Cocteau Twins, Simon Raymonde, aux enregistrements ultérieurs avec The Big Eyes Family Players et Alexis Taylor de Hot Chip, on a toujours eu l’impression qu’il choisissait bien ses complices, avec un œil sur le champ gauche.

Cette fois-ci, il s’est associé à la chanteuse suédoise Nina Persson, peut-être mieux connue comme chanteuse du groupe indie-pop des années 90 The Cardigans. Ils sont rejoints par The Second Hand Orchestra, qui a également accompagné Yorkston sur The Wide, Wide River en 2021. Si l’association de Yorkston et Persson peut sembler étrange au premier abord, tout doute est immédiatement dissipé par le premier extrait de The Great White Sea Eagle, « Hold Out For Love », une chansonnette folk-pop douce-amère au refrain accrocheur. Une tristesse à peine tangible souligne la jolie mélodie et le message de positivité : Yorkston est passé maître dans cet exercice d’équilibre, et l’ensemble de l’album en bénéficie.

Certaines chansons sont plus lourdes et plus tristes ; « A Sweetness In You » en est l’exemple le plus puissant. C’est une réflexion poignante sur la vie de Scott Hutchison, auteur-compositeur de Frightened Rabbit, aussi triste que peut l’être une chanson sur le décès d’un ami, et pourtant pleine d’espoir et d’humour. Ce n’est pas seulement que ces chansons offrent toute la gamme des émotions humaines ; c’est le fait qu’elles reconnaissent les interactions complexes entre ces émotions qui font que la vie peut passer de facile à insupportable et revenir en un souffle.

Le processus d’enregistrement de The Great White Sea Eagle, comme celui de son prédécesseur, a consisté pour Yorkston à cacher ses chansons à son groupe jusqu’au début des sessions d’enregistrement. Cette technique a favorisé un esprit d’improvisation et d’ouverture ; l’ensemble de l’album a ce que Yorkston décrit comme une « sauvagerie », ce qui n’implique pas pour autant un abandon de la structure formelle. Il s’agit plutôt de la capacité du groupe à puiser dans quelque chose d’impénétrable, voire d’animiste, qui lui permet de jouer avec un degré d’affiliation apparemment élevé. Dès la première chanson – la brève Sam and Jeanie McGreagor, chantée par Persson – l’album dégage une impression naturelle et équilibrée, un rythme qui semble toujours juste. Les intrusions instrumentales sont retenues jusqu’au bon moment, comme le violon plumeux sur An Upturned Crab. Yorkston, la plupart du temps, joue un piano doux et stable à la place de sa guitare acoustique habituelle, ce qui renforce encore le sentiment de grincement attachant qui imprègne nombre de ces chansons.

Dans les paroles comme dans la musique, la tristesse et la légèreté se côtoient. Les cuivres trumpants et jazzy de « The Heavy Lyric Police » coupent à travers l’examen de la chanson sur le vieillissement et le temps qui passe.  « Ici, je suis entre mon fils et mon père, et ils chuchotent qui l’a mis en charge », chante Yorkston sur « A Forestful Of Rogues », et c’est une ligne qui touche à de nombreuses préoccupations plus larges de l’album – la parentalité, l’enfance, la nostalgie et la mémoire – tout en résumant sa légèreté de touche, la lueur dans ses yeux. Ces préoccupations sont ressenties avec le plus d’acuité sur la chanson titre, un récit parlé qui met en lumière les immenses talents de prose de Yorkston. Il est plein d’espoir et de crainte, et l’aigle de son titre est en quelque sorte à la fois littéral et symbolique.

À part cela, les moments les plus tendres sont généralement les chansons dans lesquelles la voix de Yorkston interagit le plus avec celle de Persson – la franchement belle « Mary » est peut-être le moment le plus émouvant de l’album, d’une manière typiquement discrète, tandis que « The Harmony « est un duo impressionnant et soutenu, le son doux dissimulant un désir ardent.

Si The Great White Sea Eagle a beaucoup de points communs avec l’album précédent de Yorkston, il parvient à frapper plus fort sur le plan émotionnel et viscéral. Cela peut être dû en partie à l’implication de Persson ou à l’évolution et la maturation constantes de Yorkston en tant qu’auteur-compositeur. Un nouvel album de Yorkston est toujours une expérience vivifiante, celui-ci plus que les autres. C’est l’équivalent musical de se tenir dans une maison abandonnée, les portes ouvertes aux éléments, tandis que les fantômes bienveillants et curieux d’anciens oiseaux donnent des conseils depuis les toitures de ladite habitation.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :