No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Fink: « Bloom Innocent »

Jamais à court d’inspiration, Fink, alias de Fin Greenall, sort ici son neuvième album, Bloom Innocent. Toujours en quête de la composition electronica parfaite, l’Anglais propose ici cette fois huit titres pour un ensemble d’une durée de cinquante-deux minutes. Un disque ambitieux, comme à l’accoutumée, à l’image de ses prédécesseurs.
Avec sa chanson-titre et premier « single » de l’album, on frisera clairement cette quête ; peut-être même trop. Trop lisse, trop pensé, le morceau, malgré ses nombreuses qualités, ne parvient pas à émouvoir ni même entièrement satisfaire. Il est si bien produit qu’on a l’impression de l’avoir déjà entendu avant. En y réfléchissant, on se rend compte d’avoir déjà entendu la composition electronica parfaite, par exemple sur Sort Of Revolution et Hard Believer.

Fort heureusement, le songwriter n’en reste pas qu’à ces bases conventionnelles, intégrant à sa musique des éléments diversifiés légers, de la soul (« Out Loud ») au folk (« Once You Get A Taste »), en passant par le blues (« I Just Want A Ye »s) et le gospel (le beau final de « We Watch The Stars »). Parmi les huit morceaux de Bloom Innocent, seuls deux d’entre eux tombent tout juste sous les six minutes, à savoir « Once You Get A Taste » et son folk rock saupoudré de nappes synthétiques ainsi que « That’s How I See You Now » et sa synthpop à la rythmique menaçante.


Fink conclut son neuvième album sur deux de ses compositions les plus intimistes, à commencer par « Rocking Chair », aux arrangements sobres et au chant solennel. La réverb, les quelques accords blues ainsi que les chœurs discrets en arrière-plan viendront, à cet égard, apporter à la chanson une ambiance assez unique. « My Love’s Already There « est quant à elle la ballade la plus accomplie du musicien expérimenté, quasi a capella, où les silences sont aussi beaux que la voix de Fink.
Non exempt de défauts, Bloom Innocent est une œuvre complète, fidèle à son auteur dont la démarche artistique semble être de parfaire chaque composition pour en façonner la création la plus pure et efficiente. Il y parvient fortement sur plusieurs titres de ce neuvième disque tout en réussissant à se renouveler et proposer de nouvelles directions, certes minimes, mais dont on aperçoit l’exigence et le savoir-faire au fil des écoutes. Fin Greenall demande notre attention et parvient à l’obtenir lorsqu’il vole vers de nouveaux horizons.

***1/2

25 novembre 2019 - Posted by | On peut se laisser tenter | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :