Monophonics: « It’s Only Us »

Il est facile de considérer que les références à l’âme des années 60 et 70, qui se sont développées pendant une décennie, sont en quelque sorte une réaction à un paysage musical défini par des logiciels et des algorithmes. Tout comme iTunes et Spotify ont donné lieu à une nouvelle reprise des ventes de vinyles – dont l’avenir semble un peu incertain pour l’instant – EDM a connu un groove organique et chaleureux. Mais des artistes comme Sharon Jones et Lee Fields ont prouvé à quel point le public était avide de soul analogique il y a encore longtemps, suggérant qu’un groupe de scène avec des titres et des chants livrés avec une émotion douloureuse et un cool intemporel aura toujours un public. Tout cela n’a pas été particulièrement nouveau ou innovant, mais au moins, ça fait sacrément du bien.

Le groupe Monophonics de Bay Area existe depuis plus d’une douzaine d’années, et il a créé des morceaux de soul denses et cinématographiques, conçus pour sonner aussi bien dans une paire d’écouteurs que sur scène. C’est dans ce dernier cas que le groupe est vraiment dans son élément, s’étant bâti une réputation de groupe au meilleur de sa forme lorsqu’il se produit devant un public. Mais comme le montre le cinquième album It’s Only Us, c’est sur une bonne paire de haut-parleurs, peut-être un dimanche après-midi sans distraction, que les nuances et les riches détails des arrangements complexes du groupe se révèlent pleinement.

Une grande partie du contenu de It’s Only Us vous rappellera sans doute une autre chanson ou un autre disque. Le voyage en douceur et psychédélique de « Last One Standing », avec ses couches de conga drum et ses cordes majestueuses, est un clin d’œil à « Move On Up » de Curtis Mayfield. « Tunnel Vision » porte un tempo accéléré de la version funky et inquiétante d’Isaac Hayes sur « Walk On By » dans les couplets, tout en faisant la transition avec les sons de tempête des Spinners dans le refrain. Les influences du groupe sont transparentes, et leur but n’est pas nécessairement de réinventer. Ils réinventent plutôt les styles qu’ils adoptent, se mettent à l’aise, redécorent un peu et laissent entrer une brise fraîche pour évacuer l’air vicié du fétichisme vintage.

Bien entendu, le fait que le groupe soit toujours sur la bonne voie, sans jamais lâcher le rythme, est un atout. Les accords d’orgue charnus et les riffs de guitare en fuzz de « Run For Your Life » frisent avec une alt!re méchanceté tandis que le morceau d’ouverture « Chances » »est une tapisserie complexe de cors, de voix et de réverbérations qui apporte un peu de tourbillon kaléidoscopique dans le funk socialement conscient mais bienveillant du groupe. It’s Only Us ne se termine cependant pas sur une note joyeuse, ce qui est peut-être la surprise la plus notable ici. Portant le deuil, la tristesse et le poids du monde, c’est un disque plus lugubre qui se rapproche d’un disque qui ressemble surtout à un baume chaud et apaisant. Parfois, il est préférable d’avoir une musique qui nous aide à échapper à ce que nous vivons, mais parfois ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de quelque chose qui dise la vérité d’une manière qui ne fait qu’adoucir les dommages.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.