No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

My Disco: « Environement »

Le trio australien Myy Disco publie ici son cinquième album, le bien nommé Environment. Les percussions métalliques prennent l’espace de manière rampante, laissant échapper un ronronnement enseveli, qui n’est pas sans évoquer les forces souterraines d’entités envoutantes.

Environment s’approprie la notion d’immensité, de par sa capacité à créer des atmosphères ouvertes sur un cosmos à la profondeur sombre et indicible.

 

On est balancé par les murmures venant se fracasser sur des murs sculpturaux aux bras de matière vibrante, flirtant avec les décharges électriques de Pan Sonic et les dérives épiques de Einstürzende Neubauten, le fantôme de Suicide parcourant l’arrière-plan avec discrétion mais signifiant habilement sa présence. Ici le temps s’habille de silence et de poussière, de minimalisme et d’énergie noire. Captivant.

***1/2

18 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Clever Austin: « Pareidolia »

Pareidolia est le premier album du producteur multi-instrumentiste et batteur Clever Austin. Peu connu dans nos countrées, cet Australien propose un premier opus bourré de trouvailles et d’inventivité dans un esprit de liberté qui vise à amalgamer univers electronique et hip-hop.

Le disque est à mi-chemin entre ces divers registres à aui il ajoute des éléments de folk, de funk et de musiques de films 70’s, le tout dans une production lo-fi assez délicieuse. Une première sortie qui est un coup de maitre !

***1/2

17 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Lewsberg: « Lewsberg »

Cette petite et bien jolie découverte nous vient des Pays-Bas et elle se nomme Lewsberg, un groupe que, soniquement,  on jurerait tout droit revenu du New York de la fin des années 60.

Avec ses faux airs de Velvet Undergroud, le quatuor envoie un son rêche et sans fioriture à travers 9 morceaux terriblement accrocheurs qui auront vite faire de séduire.

***1/2

17 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Karen O & Danger Mouse: « Lux Prima »

On retrouve Karen O, la chanteuse des Yeah Yeah Yeahs, en compagnie du producteur américain Danger Mouse pour un disque de pop langoureuse et délicieuse. 

Loin de l’énergie primale de son groupe d’origine, Karen O forme ici un épatant duo qui rappellera d’autres belles associations homme-femme dans l’histoire de la pop. Au hasard : Lee Hazlewood / Nancy Sinatra.

Tout comme Air ou Goldfrapp, Danger Mouse aime les musiques pop orchestrales 60’s d’Ennio Morricone (« Nox Lumina) » et il le montre là encore avec, tout au long du disque, des arrangements luxuriants qui viennent embrasser les mélodies suaves (« Lux Prima », « Drown »).

Il se dégage de l’ensemble une ambiance vaporeuse, avec par moment un côté Pop Lounge évident (« Reverie ») un peu dans le même esprit que les albums de Natalie Prass et les productions de Mathew.E. White. 

Une belle réalisation pour un album qui s’écoute tout seul.

***1/2

16 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Fews: « Into Red »

Après un séduisant « debut album » paru en 2016 dans un registre « cold wave », avec des morceaux simples et carrés qui évoqueront Chain Wallet ou autres, le groupe fait quelque peu évoluer son style pour aller vers un son plus rock, plus chaud, plus dense.


La tendance post-punk y est plus avérée, avec une bonne dose de reverb dans ses compositions dont certaines se révèlent imparables à l’image par exemple du titre « More Than Ever » qui mérite indéniablement le détour.

***

15 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Chain Wallet: « No Ritual »

Ils viennent de Norvège mais auraient très bien pu venir de Russie comme Motorama ou des années 80 comme The Cure ou Slowdive. Eux c’est Chain Wallet, un groupe qui recycle à merveille les plans New Wave, Cold Wave ou Dream Pop des jeunes années, avec ce petit côté indéfinissable qui rend leur album si plaisants, voire plus si affinité totale.

Rien de bien très original dans les chansons de Chain Wallet, mais il reste malgré tout le plaisir d’entendre un son très ligne claire qui ne se démode décidément pas, avec des compositions très carrées, avec couplets, refrains et chœurs. On n’en demandera pas plus.

***

15 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

William Basinski : « On Time Out Of Time »

Depuis quatre décennies, William Basinski compose une oeuvre hantée par la mélancolie, qui aime flirter avec l’intériorité de l’âme, laissant derrière elle la poussière de sa propre disparition, à l’image de son travail The Disintegration Loops.

Avec On Time Out Of Time, l’artiste tutoie l’immensité de l’espace, conçu à partir du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) qui a permis de capter le son de la fusion de deux trous noirs.

Ici, le temps une fois encore, semble fuir et sombrer dans un grand vide interstellaire, où le froid recouvre la chaleur de notre monde. Le noir étalant sa couleur jusque dans les profondeurs de l’infini. Un album intense de par son minimalisme évocateur et sa poésie céleste.

***1/2

14 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Ryan Dugre: « The Humors »

Le New Yorkais Ryan Dugré propose un très bel album ambient folk instrumental aux accents bucoliques. The Humors fait référence au système médical antique basé sur la théorie selon laquelle la santé et le bien-être émotionnel sont déterminés par l’équilibre des quatre fluides du corps, ou par des humeurs qui correspondent chacune à un aspect du tempérament.


Ambient-Folk, doux et méditatif, voilà un opus qui fait la part belle aux arpèges de guitares autour desquels on entendra des arrangements de cordes très discrets mais aussi du synthé et de la batterie. Superbe.

****

11 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Max Ananyev: « Frontier »

Un musicien peut révéler des talents divers dans des styles musicaux très variés. C’est le cas de Max Ananyev qui, après avoir sorti Water Atlas, un album d’ambient où se distinguaient les sonoités du piano et de la guitare sur des nappes très reposantes, propose cette fois un album composé uniquement autour de la guitare acoustique.

Un album constitué de 12 titres pour guitare classique que Max Ananyev dédie aux rues, à l’eau et au ciel de Saint-Pétersbourg, ville où il réside depuis 6 ans. Un album dépouillé et apaisant, lumineux et printanier dans lequel les notes de guitares rayonnent sans rien autour. Superbe.

***1/2

8 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Angel-Ho: « Death Becomes Her »

Artiste trans originaire du Cap en Afrique du Sud, co-fondatrice du collectif NON Worlwide aux cotés de Chino Amobi et Nkisi, Angel-Ho sort un premier album ébouriffant, Death Becomes Her, sur le très pointu label Hyperdub.

La musique expérimentale déployée par Angel-Ho, impose une personnalité hors-norme, qui confronte le hip hop et la post-pop avec une brutalité sans détour, faisant voler en éclat la poésie tordue d’un Arca, agrémenté de r’n’b glamour et enrobé du dancefloor avant-gardiste d’une Sophie.

La voix prend ici une dimension particulière, portant fièrement les mots d’une Diva en quête de reconnaissance, ne fuyant pas les extrêmes et cherchant à provoquer chez l’auditeur le questionnement de l’identité dans l’Art aujourd’hui.

Death Becomes Her s’affranchit des codes et fait tomber les barrières de par sa volonté et son exigence, s’extirpant brillamment des pièges de la provenance, pour sonner comme un opus aux frontières internationalistes, au corps élastique et à la plastique provocante. Un must.

****

7 mars 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , , | Laisser un commentaire