Catherine Anne Davies & Bernard Butler: « In Memory Of My Feelings »

Comme le dit le vieil adage, les meilleures choses valent la peine d’être attendues. En ce qui concerne In Memory Of My Feelings, cette attente s’est étendue sur six longues années.

Catherine Anne Davies enregistre de la musique sous le nom de The Anchoress depuis 2013, et a collaboré et tourné avec des artistes tels que Simple Minds, Paul Draper et Manic Street Preachers (c’est Davies qui joue en duo avec James Dean Bradfield sur la chanson Manics Dylan & Caitlin). Bernard Butler, bien sûr, est l’ancien guitariste de Suede devenu producteur réputé, et quand il a rencontré Davies pour la première fois il y a un peu plus de dix ans, les deux hommes ont commencé à écrire quelques chansons ensemble.

Et puis… silence. La grande majorité des chansons que le couple a achevées ont été enregistrées en 2014, mais après une succession de contretemps de la part de diverses maisons de disques, l’album semblait destiné à rester sur les tablettes. Ce n’est que lorsque le radiodiffuseur et journaliste Pete Paphides a créé son propre label Needle Mythology que le projet a été relancé, et In Memory Of My Feelings est maintenant devenu la première sortie officielle du label.

Il n’est pas surprenant pour quiconque connaît les précédents travaux de Davies et de Butler que cette rencontre particulière semble tout à fait naturelle. Les riffs de guitare de Butler n’ont jamais sonné aussi fougueux depuis les débuts de Suede, et les chansons de Davies sont intenses, passionnées et intemporelles. Il n’est pas exagéré de dire que l’alchimie musicale que le duo produit sur cet album est proche de l’alchimie.

Il commence avec « The Breakdown », un premier titre au rythme lent et à l’atmosphère sombre, mais c’est lorsque les riffs insensés de Butler donnent le coup d’envoi de « Ten Good Reasons » que l’album prend vraiment son envol. Il y a une rage contrôlée qui pullule à travers ce morceau et les suivants « Sabotage (Looks So Easy) » qui saisit vraiment l’auditeur par la peau du cou dès les premières notes.

Il y a aussi de merveilleux arrangements musicaux à écouter tout au long du disque – la chanson titre a de glorieuses mélodies plongeantes et des changements de temps soudains, tandis que le superbe « I Know, » l’un des meilleurs morceaux de l’album, a une touche vintage et pleine d’âme qui rappelle le travail de Butler sur le premier album de Duffy. La voix de Davies est ici à son meilleur, tandis que la guitare douloureuse de Butler lui sert presque de chorale.

Il y a une touche de Du Blonde dans l’arrogance terreuse de « Judas », tandis que le duo se montre tout aussi habile à manipuler les émois u coeur dans « The Patron Saint Of Lost Causes, » le genre de chanson qui est parfaite pour s’asseoir et se vautrer quand on s’apitoie sur son sort. Ce dernier morceau comporte également une section de cordes qui rappelle les vieux amis de Davies, Manic Street Preachers.

On ne sait pas encore si nous verrons un jour une autre collaboration Davies/Butler (bien qu’un nouvel album d’Anchoress soit prévu dans un avenir pas trop lointain). Si cela doit être le seul résultat de ce partenariat, les deux parties peuvent être assurées d’avoir produit l’un des albums qui compteront pour le bilan de l’année et ce, malgré sa longue période de gestation.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :