Interview de The Orielles: « L’Espace e(s)t la Place »

Interview de The Orielles L’Espace e(s)t la Place

Du jazz de Sun Ra et Alice Coltrane à la disco cosmique de la Riviera orientale italienne, l’espace a souvent été une inspiration centrale et récurrente pour des générations d’artistes et de fans de musique. The Orielles sont un exemple rare des deux. Inspirés par des genres aussi variés que le funk turc, les bandes-son italiennes, le jazz cosmique, la pop française, la samba et le disco brésiliens, mais aussi l’acid house et l’électronique expérimentale, le trio d’Halifax – dont les membres comprennent les sœurs Esme (basse, chant) et Sidonie (batterie et percussions) Hand-Halford et Henry Carlyle Wade (guitare) – se sont lancés des défis et ont repoussé leurs limites jusqu’à l’espace pour enregistrer une suite impressionnante à leur premier LP, l’acclamé Silver Dollar Moment

Disco Volador est le portrait d’un groupe mature s’envolant dans le cosmos pour faire du boogie dans une discothèque intergalactique.  L’odyssée spatiale des Orielles dans la samba est un jam kaléidoscopique où les membres du groupe ont exploré le potentiel du studio dans le style du Sound Workshop de Piero Umiliani aux côtés de la productrice Marta Salogni. Comblant courageusement le fossé entre l’indie pop et le jazz, The Orielles se révèlent être une exception dans la musique britannique. Un O.F.U. espacé et groovy qui maintient simultanément l’héritage de Stereolab et de Broadcast en vie et offre une alternative indispensable à l’inflation post-punk actuelle. Lorenzo Ottone discute avec le groupe du processus créatif de l’album, fait la fête avec Altın Gün et explique pourquoi l’espace est le lieu. 

Était-il difficile, venant de la musique pop, d’embrasser l’écriture du jazz ?

Sidonie Hand-Halford : C’était une progression naturelle pour nous, je suppose. Nous voulions paraître plus mûrs et avoir plus que de la pop indépendante. Nous avons écouté beaucoup de nouvelles choses.

Est-ce que cela vous est venu naturellement de mélanger les nouvelles influences avec votre son indie caractéristique ?

Henry Carlyle Wade : Pour moi, c’était aussi basé sur certaines des critiques que nous avions reçues pour notre premier album. Je voulais m’étendre. C’était surtout en rapport avec les structures des chansons. Cette fois-ci, nous avons trouvé de nouveaux accords jazzy. Nous avons dû les écrire pour que notre clavier puisse les lire, ce qui montre à quel point certains étaient complexes.

Avez-vous ressenti une sorte de pression de fidélité envers vos fans qui vous a fait renoncer à enregistrer un album purement jazz ?

SHH : C’était plus une pression de notre part que des critiques. Nous voulions nous remettre en question et trouver quelque chose de différent de notre précédent album.

Avez-vous été tenté, tout au long du processus de création, de sortir un album de jazz purement cosmique ?

Esme Hand-Halford : Les sorties sont à peu près comme ça. Cependant, le jazz n’est qu’une des nombreuses influences du disque. Quand nous avons réalisé l’album, nous nous sommes rendu compte que certaines chansons étaient plus disco, d’autres plus pop. 

SHH : J’aime l’idée de faire quelque chose avec les prises. Parfois, je les réécoute et je trouve des morceaux que j’aime vraiment. 

Stereolab a été une source d’inspiration constante pour vous, mais dans votre playlist il y a beaucoup de pop française. Comment cela a-t-il donné forme à votre album ?

EHH : Je pense que nous avons toujours été dans ce domaine. Surtout pour moi, en tant que chanteuse, c’est une grande inspiration. Il n’y a pas que le son, l’image dans son ensemble est brillante. 

Bien que vous veniez de l’indie pop, vous l’avez mélangé avec des genres aussi différents que le jazz ou le disco. Pensez-vous que cela amènera votre jeune public à découvrir des sons rétro ?

SHH : Je pense que c’est finalement l’un de nos objectifs. C’est bien que nous puissions faire entrer des jeunes dans des groupes comme Stereolab, A Certain Ratio et ce genre de groupes.

EHH : Nous oartageons cet intérêt surtout quand nous sommes DJ à Londres au Social, il y a une vraie ambiance de fête.

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus en ce moment, quand vous êtes DJ ?

HHH : Je suis plutôt dans le disco soviétique en ce moment. Récemment, nous sommes allés voir Altın Gün en train de jouer à Vienne. Ils étaient si bons que nous les avons rejoints à Budapest aussi et nous avons fait le DJ à leur after-party. Ils apportent une telle ambiance de fête.

Les nouveaux morceaux ont-ils été pensés pour faire danser le public ?

SHH : Nous visons un engagement émotionnel de la part du public, donc nous espérons qu’ils feront danser les gens. Nous aimons improviser sur scène avec des jams prolongés, ce que nous avons déjà fait dans le passé. 

EHH : J’aime l’idée que le concert devienne un rituel collectif, comme une piste de danse, même si la musique n’est pas forcément de la musique de club. 

Y a-t-il un thème conceptuel derrière l’album ?

EHH : Il y a définitivement un thème existentialiste tout au long de l’album et une attention aux questions climatiques. Pendant que nous étions en studio, l’anniversaire de l’alunissage s’est également produit et cela a donné naissance à une idée de coïncidence en soi. Un thème récurrent est la temporalité et la façon dont l’inspiration est tirée du passé et transformée en espaces liminaires. 

Le morceau « Euro Borealis » doit-il être considéré comme une référence au débat en cours sur Brexit ? 

EHH : On pourrait l’interpréter de cette façon, mais il s’agit en fait d’une chanson sur les tournées et les voyages. 

Vous avez choisi Raissa Pardini pour la pochette de l’album. Comment cette collaboration a-t-elle vu le jour ?

EHH : Je pense qu’elle était la seule personne qui pouvait faire le travail. Nous avions déjà travaillé avec elle auparavant et elle a parfaitement réussi. C’était un processus d’envoi et de retour d’idées et d’inspirations de pochettes, en particulier de nombreux albums de la bibliothèque musicale et de quelques albums du Stereolab. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.