A Grave With No Name: « Feathers Wet, Under the Moon »

Taylor Swift , et ce sera la seule comparaison avec la nymphette, a souvent déclaré que vivre à Nashville un certain temps lui a servi d’expérience et lui a permis de savoir qu’il lui fallait être différente si elle voulait être remarquée.

Dans un monde où tout le monde possède un ordi portable et une connexion internet, être un « bedroom producer » n’est plus aussi cool qu’avant ; Whirlpool (2013) marquait déjà un éloignement par rapport « home recording » de Alex Shields, son déménagement à Nashville où a été enregistré Feathers Wet, Under the Moon le nouvel opus de A Grave With No Name marque une nouvelle èrer pour l’artiste qui s’est entouré ici de ses musiciens préférés.

Le titre d’ouverture, « Nursing Home » sonne comme un titre qu’aurait pu composer Yo La Tenfo quand ils étaient une peu plus jeunes et en colère. C’est une manière de faire un clin d’oeil et de dire un adieu à Whirlpool et la transition de ce morceau à « Your Ghost By The Lake » va servir de référence pour le reste de l’album.

On ne retrouvera plus en effet les murs de feedback ni les bains de reverbs dans lesquels les vocaux semblaient être immergés ; à la place le slide guitar et les cordes arrondissent les angles et le phrasé de Shields se fait roucoulement apaisant et constant. C’est une chanson sentimentale dans son sens le plus vrai et le plus beau et elle représente une introduction parfaite au disque.

Le premier « single », « Orion », affichera peut-être l’accord le plus froid qu’on puisse gratter à la guitare de 2015 ainsi qu’un solo incroyable à la six cordes et « I Will Ride a Horse » contiendra un ahurissant interlude au piano qui ne pourra que vous prendre par surprise. C’est une autre des ces compositions dont il est impossible qu’elle ne nous affecte pas.

Ce qui sera le point saillant de Feathers Wet ,Under the Moon est que la musique, à savoir l’instrumentation en soi, est brillante de bout en bout. Chaque mélodie regorge de caractère, chaque pause, chaque étincelle de violon et gémissement de feedback tient son rôle. Tout y est présent pour une raison ; nous raconter une histoire également au travers du son.

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s