Miles Kane: « Change The Show »

Miles Kane revient avec son album le plus abouti à ce jour dans la mesure où il représente une habile fusion des genres. Change The Show est, en effet, une plongée profonde dans ses réflexions sur la vie, l’amour et tout ce qui se trouve entre les deux, et démontre une approche plus réfléchie de la vie de la part de Kane.

Réenregistré après une collaboration impromptue avec les voisins de son duo psycho-rock Sunglasses for Jaws, Change The Show ressemble à une version musicale de Kane en train de muer et à l’album que Miles attendait depuis longtemps.

Oui, il y a encore des flashs de son passé indé, mais il s’agit davantage d’un son poli, sophistiqué, plus mature et plein d’âme qui semble correspondre à son approche plus détendue de la vie. Cependant, il ne faut pas croire que c’est un album pour se détendre. Il y a toujours beaucoup d’ardeur, surtout dans « Don’t Let It Get You Down », où Paul O’Grady fait une apparition inattendue.

Des sentiments et de l’amitié à la politique et au vieillissement, Miles Kane navigue comme un pro dans son quatrième album, avec sa propension à faire des écarts et à s’adapter. Bien qu’il se livre à un examen de conscience assez poussé, on retrouve aussi l’humour d’observation qui a fait la réputation de Miles. Chaque titre de Change The Show démontre son amour de la Motown / northern soul et son influence sur l’écriture de ses chansons. Le titre « Tell Me What You’re Feeling » est un titre véritablement époustouflannt à même de faire vibrer la foule des concerts festivaliers.

Le morceau d’ouverture «  Tears Are Falling » donne le ton et fait allusion à son penchant pour la théâtralité «  …Tired of breaking all the rules ». En parlant de briser les règles, Miles fournit des commentaires et ses idées sur la politique dans le morceau titre qui a été écrit en regardant les nouvelles un matin, sur le canapé après avoir été continuellement désenchanté par l’injustice et la négativité qui entoure l’agenda politique.

L’un des titres les plus marquants, « Nothing’s Ever Gonna Be Good Enough », en duo avec l’exemplaire Corinne Bailey Rae, est un morceau délicieux, inspiré des années 60, qui mettra tout le monde sur la piste de danse.

Si vous êtes à la recherche de sensations fortes par une froide matinée d’hiver, Change The Show vous réchauffera le cœur et vous fera regretter l’insouciance et la brume qui présidaient aux festivals d’été.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :