Loraine James: « Reflection »

Loraine James a sorti son premier album For You And I vers la fin de l’année 2019, juste au moment où elle avait le potentiel pour percer. Comme pour des millions d’autres personnes, l’année 2020 a fait basculer ses projets et l’a complètement clouée au sol, l’empêchant de mener à bien son projet de tournée. Avec le temps supplémentaire à la maison, elle a décidé, comme beaucoup d’autres producteurs, de se plonger dans la création de nouvelles musiques. Cela a donné naissance à un nouvel album, Reflection.

Le titre reflète ce que beaucoup d’entre nous ont fait pendant que le monde s’arrêtait. Avec ce temps de réflexion, ses goûts musicaux ont également changé. Elle s’intéresse de plus en plus à la grime et à la drill, qui commencent à s’infiltrer dans l’élaboration de Reflection. Le jeu de jambes, la jungle et la techno sont toujours présents, mais il y a une croissance dans de nouvelles avenues sonores.

Cela se ressent dès l’ouverture de « Built to Last » avec Xzavier Stone, avec son rebondissement et son mélange de pop et de trap. Elle renoue avec Le3 bLack sur « Black Ting » pour un autre morceau de grime, tandis que l’album se termine sur une note d’espoir : malgré la merde qui nous entoure, les choses vont s’améliorer avec « We’re building something new » avec le rappeur de Manchester Iceboy Violet.

2020 est aussi une période où beaucoup d’entre nous ont réfléchi à qui ils sont et à ce qu’ils veulent faire. « Self Doubt » est un regard sur son insécurité, car même dans un endroit où l’on devrait se sentir libre de s’exprimer, elle ressent toujours le besoin de quitter le club plus tôt. Sa collaboration avec Baths « On the Lake outside » est la plus douce du groupe pour adoucir certains de ces sentiments. Le titre se construit lentement avec des rythmes techno aériens et la voix distante d’Eden Samara qui donne une bande sonore de l’année écoulée en arrière-plan. Eden Samara lance une autre balle courbe dans le mélange avec « Running like That », un mélange de R&B et de trap qui s’intègre bien dans cet album qui change de genre.

Lorraine James explore de nouvelles voies avec cet album, avec beaucoup d’effet. Il n’a peut-être pas la même énergie implacable sur les pistes de danse que certains singles ou EP précédents, mais le projet semble plus complet. Avec la drill, la grime, le R&B et la trap, elle a trouvé de nouvelles façons de réfléchir à 2020 et aux difficultés d’être une femme noire.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :