Moriarty: « The Die Is Cast »

Se brancher sur le tout nouvel album The Die Is Cast, MM. West et Partridge (Moriaty pour vous ete moi) donne à l’auditeur environ 15 secondes d’échauffement avant que la première des nombreuses grosses lignes de guitares ne s’écrase, juste pour nous faire savoir ce à quoi nous devons nous réservoer au cours des 48 prochaines minutes. « LOL » présente un rythme de Liam, semblable un ricanement et à un battement de percussions, soutenu par un chœur somptueusement emphatique et criant « L-O-L ! » , une exhalaison qui fera sourire même les visages les plus endurcis.

Si « LOL », c’est Moriaty qui roule sur la piste d’envo et le « single » « Shake » est le son de leur mise en marche des postcombusteurs, de la force G qui vous arrache le lobe de l’oreille et du groupe qui s’élance à la vitesse d’une fusée dans le ciel. « 24-7 » suit rapidement, continuera à untempo soutenu, comme pour amplifier toute la gloriole viscérale qui le constitue.

Toutefois, Moriaty a développé l’art de se donner un répit et ses membres savent probablement très bien qu’il serait négligent de leur part de nous soumettre aussi tôt. C’est donc précisément ce que l’on retrouve au début du dernier « single » et titre phare « Balls out of the Bath (An Ode to Mary) ».

Ainsi, le« twang » façon Link Wray des années 50 se transforme en un riff de des plus croustillants, un de ces accords plaqués que Jordan West a également construit à partir de ses frets de guitares. D’une certaine manière, la chanson passe à la vitesse supérieure, ne prenant de l’air que pour se glisser dans un grand huit, avant que le sinistre motif de « Jaws » ne vous rappelle où et comment nous sommes censés être ; à savoir perdre votre sang-froid sur le plus grand air que Led Zeppelin n’ait jamais écrit, alors qu’il se remet à vous exploser la tête.

Changement de rythme, « OH! » »s’en va vers le coucher de soleil levant dans le Far West du Devon au point que ce pourrait même être le son de Dire Straits (demandez à votre père) sirotant un whisky au dernier bar ouvert en ville.

Moriatypoursuivra avec « Sonny », une chanson pop rock de 3 minutes qui peut sembler maladroite et apprivoisée entre de mauvaises mains, mais son stéréo comme sorti d’une station « adult-oriented- rock » est le bienvenu (probablement à cause de sa tendance à ressembler à Roger Macguin). Le groupe ne laisse personne s’en tirer aussi facilement, mais lae titre n’oublieea pas d’exploser avant de se terminer.

« Bills » a à peine commencé qu’un autre riff nous frappe au visage. Comme toute la meilleure musique rock, tout s’accélère à mi-chemin. West se met à parler enborbortgmes ponctués de points d’exclamation alors que les guitares gémissent et que la batterie s’écrase autour de lui avec un Matthew Partridge claque les peaux comme si sa vie et celle des autres en dépendait.

L’une des plus grandes critiques formulées à l’encontre de beaucoup des duos guitare/batterie est le manque de lumière et d’ombre dans leur son. Les choses ont tendance à souffrir d’un manque de linéarité qui les rend peu dynamiques mais Moriarty a du dynamisme à revendre avec cette capacité de vous frapper dans la bouche ou de vous caresser la joue avec une plume quand l’humeur le permet. Et à cela, ils sont passs maîtres.

Au moment où The Die Is Cast s’estompe, on nous donne plus d’espace et on nous permet de préparer le meilleur morceau de l’album : « Netflix » est un classique d’u »n departure song » au piano, une chanson que Tobias Jesso Jr aurait sûrement aimé écrire. Elle donne à l’auditeur un soulagement et un câlin pour avoir réussi à passer à travers la folie, malgré le fait que nous ne pouvons rien changer puisque les dés sont déjà jetés (the die are cast). Non pas que Moriaty déciderait de changersoit au cas où…

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :