Lauren Auder: « The Dysphoric »

Le processus de création d’un artiste est toujours intéressant. De nombreuses personnes qui créent essaient constamment de se trouver à travers leur travail. C’est un processus intensément personnel qui peut donner naissance à quelque chose qui résonne universellement. Dans le cas de Lauren Auder, c’est ledit processus de création de ses deux derniers EP, Who Carry’s You sorti en 2018 et Two Caves In sorti l’année dernière, qui l’a aidée à se découvrir et à prendre confiance en sa voix artistique. Cette confiance retrouvée peut définitivement être entendue sur le nouvel EP d’Auder, 5 Songs For The Dysphoric.

La chanteuse, compositrice et productrice anglaise a créé ici un ensemble de chansons courtes mais immensément frappantes. Avec la collaboration de Clams Casino, Dviance, la chanteuse soul Celeste ainsi que les producteurs et coauteurs Danny L. Harle et Tobias Jesso Jr. de Vancouver, 5 songs For The Dysphoric est une merveilleuse déclaration qui montre l’immense talent d’Auder.

D’une durée de 17 minutes seulement, les cinq chansons présentées ici couvrent toute la gamme des genres. « Animal », qui ouvre l’album, est une ballade obsédante au piano qui met en valeur le baryton doux d’Auder. Sur le plan lyrique, le morceau frappe par son élégante simplicité. Le refrain répété de « That’s Not Animal » gagne en intensité au fur et à mesure que la chanson progresse, créant un résultat hypnotique et émotionnel. Le morceau « Heathen », produit par Clams Casino et Dviance, vous frappe avec une grosse caisse à quatre temps et une ligne de basse grondante, avant que le tout ne se brise avec une guitare arpégée disjointe et discordante et le refrain de « To Be Sincere » d’Auder.

« Quiet » est une belle vitrine de l’habileté d’Auder à écrire des mélodies vocales super accrocheuses et des textes puissants. Auder chante dans le pré-refrain de la chanson, «Te dire quand je serai plus forte/Tu peux me garder ici pour toujours/Ils souhaiteront que tu attendes plus longtemps, sachant/Peut-être que tu ferais mieux/Mais pourraient-ils couper, décomposer tout cela/Pour toi »  ( tell you when I’m stronger/You can keep me here forever/The’ll wish that you’d wait longer, knowing/Maybe you would do better/But could they cut up, break it all down/For you), le tout enveloppé dans une mélodie qui vous restera en tête pendant des jours.

La seule vraie critique sur ce disque est, sans surprise aucune, qu’il passe trop vite. Espérons, par conséquent, que nous aurons droit à un premiervéritable opus d’Auder dans un avenir proche, car sa musique est quelque chose qui vous demande de passer un certain temps à explorer soigneusement chaque nuance que cette femme talentueuse prend soin de partager avec nous. C’est un album qui constitue une bande sonore parfaite pour vos promenades nocturnes, l’air froid frappant votre visage tandis que les chansons d’Auder réchauffent votre cœur.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :