Wobbly: « Popular Monitress »

Si son ton général est celui de la bizarrerie sonore et des mystifications, Popular Monitresde Wobbly dégage rien de moins qu’une théâtralité invitante. Avec une palette sonique qui se lit comme une onomatopée de bande dessinée et une approche fourre-tout de la lignée de la musique électronique – les rythmes et les collages sonores du hip-hop et de la techno de Detroit contre la palette mélodique thématique des jeux vidéo de fantaisie, le tout canalisé par une approche compositionnelle à parts égales – Luc Ferrari et Orange Milk – Popular Monitress se délecte à l’excès. Mais, en dépit de cette ampleur, le sens du jeu de Leidecker et son amour déclaré pour le grandiose maintiennent l’album à l’écart des mauvaises herbes. La musique coule de station en station, traitant chaque étape du voyage sur 21 pistes comme un élément de base d’une approche compositionnelle, un marathon d’exploration à la recherche de la plénitude.

La première partie sert d’accroche à l’album, et elle reste accessible. Les trois titres « Authenticated Krell », « Appalachian Gendy » et « Lent Foot », en particulier, illustrent parfaitement l’approche de Leidecker en tant que ramification de la musique dite dance. La moitié arrière de « Appalachian » chevauche un deux-pas galopant aux cris chromatiques allongés, premier moment de cohésion synchrone de l’album. Avec ses tendances de « stop and go » et son ensemble instrumental toujours changeant, « Lent Foot » mélange habilement le malaise et la confiance rythmique en coupant les énoncés musicaux au milieu des mots et des phrases, avant de s’installer dans un balancement dans la dernière minute. Si ces huit minutes environ ne présentent qu’un aperçu de la bizarrerie et de l’ambition dont parle Leidecker dans les séquences suivantes et substantielles de Popular Monitress, elles offrent tout de même certaines des improvisations les plus amusantes et les plus réécoutables de la bizarrerie.

Une partie de l’étrangeté inhérente à l’album provient de ces fragments de « sous-minutes » qui se succèdent dans l’exacution. Du grognement de l’intro, « Instant Canon », à la dissonance courant sur neuf secondes de « Training Lullaby », ces mini-pistes distillent le penchant de Leidecker pour la conception sonore abstraite en rien de plus que le moment de sa prononciation, le spectacle de sa création. Le phénomène le plus accrocheur pour les oreilles de Popular Monitress est peut-être son équilibre entre des rythmes dansants et une arythmie évolutive, mais la conception sonore fournit une intrigue soutenue – la liste des équipements utilisés dans le générique évoque une odyssée de plugins et d’applications, chacun contribuant à un monde sonore qui fonctionne comme un écosystème autosuffisant.

Ensuite, et après avoir mis en scène ce désordre nuancé, « Every Piano » (avec Drew Daniel of Matmos) secoue l’albumqu moyend’une rigidité pratique. Ainsi, sa mélodie de piano, qui est très lourde, traverse une ligne droite avec indignité, un mouvement soutenu par le contrepoint des battements électroniques et des motifs rythmiques lourds. Les morceaux qui se succèdent (par le biais de « Help Desk », aucun ne dépasse les deux minutes) ont en commun une concession vers des réglages mélodiques plus stables. « Wurfelspiel » revient à la ballade au piano, tandis que « Simulmakfrata » et « Illiac Ergodos 7 ! » travaillent dans un classique MIDI troublant. « Help Desk » résonne d’un triomphe moqueur, comme une fanfare de collège qui tâtonne dans une fanfare et grimpe en tirant sur les notes aiguës.

Tout au long de cette longue course à l’idée, Popular Monitress atteint son état le plus agité et le plus instable. Sur ces morceaux, les mélodies en clé majeure gloussent en défiant le sabordage rythmique qui constitue leur base. La course se déroule en un clin d’œil, touchant à peine une pépite mélodique avant de s’élancer vers la suivante. Bien que Leidecker ne résiste jamais à l’envie de s’emparer d’une pluie d’électronique chatoyante ou de tout couper avec un son de base dissonant, l’accent renouvelé sur les mélodies et les textures ininterrompues se démarque de la manie du groove qui existait auparavant et fait de cette section intermédiaire le totem pour suivre les idées les plus improbables dans un trou de lapin, même si une telle chasse se traduit par à peine 75 secondes de musique.

Au final, et en contraste frappant avec l’agitation qui régnait jusqu’alors dans tout Popular Monitress, Leidecker s’étend et clôt l’album avec une suite de morceaux appropriés ; quatre des 21 morceaux qui occupent près de la moitié des 54 minutes de l’album. Le quatuor se présente comme le point culminant des expérimentations de l’album, avec des morceaux où les tessons d’images des compositions précédentes se rejoignent pour former des portraits complets. Le sens des références (les appels de chasse à la cornemuse numérisés et les synthétiseurs aréo-rock sur « Thoughtful Refrigerator »), les mélodies chantantes (les airs de clavier chargés d’émotion qui parsèment la chanson titre) et les arrangements omnivores (chaque seconde de « Trillonth Riff ») apparaissent tous, mais pas autant que des morceaux uniques vers quelque chose de plus grand.

En quête de drame, « Trillonth Riff » sert de finale à l’album, un feu d’artifice, une clameur abondante avec des cycles harmoniques révérencieux et une fanfare de sons contradictoires construits à partir de toutes les options du pack de 120 crayons Crayola. La piste, d’une durée de huit minutes, se déroule avec un bruit sourd et cérémonieux et se transforme en un dernier cri de joie. Après l’assaut des pistes précédentes, « Trillonth » (et le rechargement nocturne de « Leapday Voyager ») possède un sens de l’accomplissement presque sentimental. Le fait que le chaos refoulé de « Motown Electronium » et « Futility Funktionen » puisse évoluer vers la complétude et l’unité a un effet similaire au slow-pan gratifiant autour de l’iconographie médiévale aux couleurs vives après quelque trois heures de labeur dans la crasse noir et blanc d’Andrei Rublev – nous avons vu tant de ce qu’il faut et de quoi il est fait, et maintenant nous pouvons simplement tituber devant l’audace de toute la création.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :