Liturgy: « The Ark Work »

The Ark Work est un disque de, accrochez-vous bien, black metal transcendental. Le duo se nomme Liturgy et son album précédent se nommait déjà Aesthetica. On devine la mouvance et l’approche, une vision des choses post-moderne dans laquelle l’instrumentation se fera, non seulement à coups de beats incandescents et frénétiques mais aussi de glosckenspiel pour peaufiner leur manifeste.

Plutôt que de développer ce qui serait une parodie extrémiste du genre, Liturgy s’emploie à y apporter une approche célébratoire, propre plutôt que tordue, riches plutôt qu’affamée. Il suffit de prendre un morceau comme « Fanfare » qui fait précise allusion à cette atmopshère ; il est question de vents et de vagues mais ceux-ci sont contenus tant les samples et les cuivres sont déployés sans aucune agressivité ou alors une agressivité positive.

Le résultat n’en est pas pour autant source de délice et ne verse pas dans l’euphorie. IL est, au contraire, vecteur d’une certaine stérilité puisque arcbouté sur deux versants. « Follow » tentera d’avoir un discours plus articulé en noyant l’ensemble sous de la reverb comme s’il s’agissait de saturer et de salir ce qui aurait opus être une tonaité de guitare mais cette surabondance ajoute une autre couche d’indécision qui l’éloigne encore plus du black metal traditionnel.

Conventionnel Liturgy ne l’est certes pas, en effet et The Ark Work est un album madré mais froid, méchant et dépourvu d’empathie. « Kel Valhaal » résonne de façon cruelle avec ses riffs en cacades qui nous laissent vidés de tout. « Vitriol » et « Quetzalcoat » fonctionnent de manière si adroitement qu’on se demande alors où se situer par rapport à cet univers, ou plutôt même où se situent les deux musiciens.

Liturgy exécute sa musique prodigieusement bien (des signatures en 7/8 par exemple) mais il ne nous permet de garder qu’un déficit d’âme ce qui, au fond, le contraire de ce à quoi tout auditeur aspire. De cette banqueroute nous sortons avec une fascination équivoque,comme celle qui nous fait dire que The Ark Work est un album mauvais mais qu’il l’est de façon intéressante.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s