Jason Isbell: « Reunions »

Reunions marque la fin de la trilogie de chefs-d’œuvre de Jason Isbell, qui a été réalisée après la période de sobriété. Cette phrase à elle seule serait probablement très décevante pour les fans qu’Isbell a rassemblés au cours des deux dernières décennies, les adeptes qui ont l’impression de la connaître par cœur grâce à son don pour mettre son âme à nu par la musique. Reunions est bien plus raffiné que tous ses précédentes peuvres et prend un son qui se situe quelque part entre son travail avec les Drive-By Truckers et les styles country plus intimes de sa carrière solo. Le départ sonore n’est pas l’aspect principal qui a indiqué la fin de cette trilogie – c’est le contenu lyrique. Isbell a toujours été un auteur-compositreur empathique qui essaie souvent de partager ses expériences à travers le regard de personnes qui ne sont pas lui-même. Ce sont souvent des histoires qui sont des réflexions sur son passé mais Reunions nous donne le regard le plus distinct sur Isbell en tant que personne qu’elle est maintenant, ses expériences directes étant entrelacées avec les chefs-d’œuvre de narration en matière de « storytelling » qui son fait sa calabrité

Ce changement est le plus radical dans les deux premiers « singles », « What’ve I Done to Help » et « Be Afraid ». Le premier ouvre l’album avec un rocker de près de sept minutes, imprégné de groove et de basse, en compagnie de son « support group », The 400 Unit, travaillant en tant qu’unité. Si la première moitié de la chanson comporte de nombreuses pépites lyriques, la seconde moitié est largement alimentée par le groupe, Isbell répétant « Ce que j’ai fait pour aider/Quelqu’un m’a sauvé » (What’ve I done to help/Somebody saved me ») avec les chœurs de David Crosby qui en font un « protest song » par excellence. Le « Be Afraid » reprendra ce message et ce style, la phrase « Si vos paroles n’aboutissent à rien, alors vous faites un choix, celui de chanter une reprise quand nous avons besoin d’un cri de guerre » (If your words add up to nothing then you’re making a choice, to sing a cover when we need a battle cry) devenant déjà assez tristement célèbre. Le refrain de la chanson est une répétition du cri de guerre « Ayez peur, ayez très peur / Faites-le quand même » (Be afraid, be very afraid/Do it anyway), ce qui le rend similaire à « What’ve I Done to Help » : le message est au bon endroit, les vers et la musique délivrent, mais le refrain ne correspond pas tout à fait aux standards attendus d’Isbell. Si ces deux chansons ont à l’origine donné l’image d’un changement assez important pour Isbell, le reste de l’album se situe parfaitement entre elles et son œuvre passée.

En fait, le reste de Reunions voit Isbell à son apogée musicalement et en concurrence avec le reste de sa carrière lyrique. « Dreamsicle » est la chanson la plus complète qu’il ait jamais faite, la dichotomie entre les souvenirs d’enfance et les tourments étant parfaitement saisie par 400 Unit, ce qui crée une fusion parfaite entre le travail acoustique d’Isbell et le groupe entier qui l’accompagne. Quelques morceauxs plus loin, « River », un air enjoué avec l’ajout bienvenu d’un piano et de merveilleux allers-retours avec le violon d’Amanda Shires, rivalise avec « Dreamsicle » pour ce titre. « River » est également le meilleur exemple de l’approche lyrique d’Isbell, à la fois fictive et narrative, mais qui parle vraiment de lui. Il raconte l’histoire d’un meurtrier qui retourne sans cesse à une rivière, souhaitant qu’elle le conduise à l’oubli, tout en lui demandant pardon en même temps.

Ces réflexions sur sa vie actuelle sont un grand thème de Reunions. Il s’est largement consacré à la contemplation de son cheminement passé et se concentre maintenant sur le chemin qu’il a parcouru et sur celui qu’il espère parcourir, tout en accueillant les fantômes de sa vie comme une présence constante. Cette nouvelle orientation conduit à des paroles parmi les plus directes de la carrière d’Isbell et, fait intéressant, à son point de vue le plus direct sur ses luttes contre la toxicomanie, un thème qui a été largement raconté par le biais d’images symboliques au préalable. « It Gets Easie » est entièrement consacré à sa vie quotidienne de personnage « clean » propre depuis huit ans. Il est évidemment heureux d’avoir gagné cette bataille, mais ne peut s’empêcher de penser aux tentations et aux difficultés qui l’accompagnent. « Letting You Go » est un récit direct de son expérience de nouveau père, depuis les premiers moments où il a ramené sa fille à la maison après l’hôpital jusqu’à l’idée de la donner à son mariage. Les deux chansons montrent qu’Isbell peut s’éloigner de son style narratif fictif tout en écrivant des chansons qui ont un impact profond.

On ne dira jamais assez à quel point The Unit 400 a fait sa part dans les réunions. C’est la plus grande cohésion qu’ils aient jamais manifestée sur un disque sans son intégralité en soutenant Isbell et peut-être la première fois qu’un groupe entier soutient son style d’écriture au lieu de lui servir de complément. Ils offrent une grande variété sur l’ensemble du disque, de la nostalgie de « Dreamsicle »à l’acoustique obsédante de « Only Children »en passant par les rockers mentionnés ci-dessus. « Overseas » est un autre point fort musical, où les guitares ponctuent ce qui pourrait être la meilleure et la plus dynamique performance vocale d’Isbell dans sa carrière. Au lieu de se sentir comme un accessoire inutile, ce qui a parfois été le cas sur les albums précédents, 400 Unit amplifie le thème de chaque chanson et si certaines des compositions de Reunions sont plus simples, ce fait est plus que compensé par la musicaité dont on dispose ici.

Reunions est indéniablement une nouvelle sortie charnière pour Jason Isbell. Son style musical est assez différent de tout ce qu’il a publié auparavant, il a une approche lyrique différente sur une grande partie de l’album, et l’homme derrière la musique est tourné vers le présent et le futur, même si la réflexion sur le passé est toujours très présente. Cela étant dit, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un disque de Jason Isbell par excellence. Il ne s’agit pas tant d’un changement de son que d’une évolution logique et d’une combinaison d’influences, ainsi que d’un backing band qui atteint enfin son potentiel. Il contient toujours des paroles percutantes comme « Que dois-je faire pour que tu saches / Que je ne suis pas hanté par son fantôme / Qu’il danse dans notre chambre / Qu’il sente ton parfum » ((What do I do to let you know/That I’m not haunted by his ghost / Let him dance around our room / Let him smell of your perfume) et « Le ciel est gâché par les morts' »/C’est ce que ta maman a dit/Quand le corbillard était au ralenti dans le/parking /Elle a dit que tu pensais le monde de moi/Et que tu étais content de voir/Ils m’ont finalement laissé être un astronaute »Le ciel est gâché par les morts » ) (Heaven’s wasted on the dead/That’s what your mama said/When the hearse was idling in the/parking lot/She said you thought the world of me/And you were glad to see/They finally let me be an astronaut).

Plus que tout, cil s’agit d’un témoignage incroyablement authentique et d’une ouverture sur l’âme d’unvérotable être humain. Avec Reunions, Jason Isbell nous a tous accueillis dans cette nouvelle étape de sa vie, même s’il ne sait pas trop à quoi elle ressemblera il garde l’espoir que, peut-être, que ses mots retiendront la bête.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.