Brian Fallon: « Local Honey »

Depuis l’interruption indéfinie de The Gaslight Anthem, Brian Fallon a réussi à triompher de l’obscurité qui peut souvent envelopper beaucoup qui s’engagent sur la voie solitaire de l’artiste solitaire devenu frontman. Les quatre dernières années ont vu la sortie de Painkillers en 2016 et de Sleepwalkers en 2018, deux succès qui contenaient toujours des éléments du punk-rock emblématique de Gaslight.

Le troisième solo de Fallon est un peu différent. Faisant équipe avec le producteur Peter Katis (The National, Interpol, The War on Drugs), lauréat d’un Grammy Award, Fallon a identifié que pour ce disque, il voulait que tout tourne autour des éléments du quotidien qui entouraient sa vie. En conséquence, Local Honey est l’offre la plus unique qui soit issue de son parcours d’artiste solo à ce jour. Le disque s’appuie davantage sur une guitare acoustique dépouillée et offre une expérience d’écoute chaleureuse et introspective. Le changement de son est rapidement devenu apparent avec la sortie du premier « single » « You Have Stolen My Heart » – une chanson d’amour rêveuse qui révèle une nouvelle dimension de la voix de Fallon, typiquement terre-à-terre, d’une grande portée et qui est ici tout à fait bienvenue.

Le « single » suivant a été une autre source de surprises bienvenues. Une partie de la composition nous rappelle l’époque où Fallon travaillait avec le guitariste Ian Perkins sur le projet The Horrible Crowes. Si le premier titre est indéniablement captivant, « 21 Days » a été le premier morceau à se mettre dans la peau et à entrer dans le cycle des reprises sans fin. Poursuivant, en effet, les tons vulnérables du premier « single », la chanson reflète magnifiquement le processus tourmenté de la rupture d’une dépendance et de l’arrêt de la cigarette. C’est l’incarnation de ce qui a valu à Brian Fallon d’être un fan fidèle dans le monde entier ; une capacité à faire passer la difficulté à travers un spectre et à créer un son merveilleusement accessible et édifiant dans le processus.

Qui auraà assisté à un concert de Brian Fallon, aura sans doute remarqué que ses chansons sont prêtes à être interprétées par un public en direct. Le troisième » single » « I Don’t Mind If I’m With Yo » sera sans aucun doute l’un de ces morceaux. L’introduction est une mélodie de guitare acoustique au rythme lent qui fait écho à « She Loves You » de The Gaslight Anthem, pour finalement se transformer en un refrain qui s’enroule autour de vous et vous donne envie de chanter, comme tout un chacun pourrait le faire.

Bien qu’il s’en tienne à une recette relativement simpliste de guitare acoustique et de piano, l’album est finalement porté par le charme irrésistible de la voix de Fallon. L’esthétique générale du disque a été renforcée par la production habile de Peter Katis, qui a mis au jour certains aspects de l’écriture de Fallon qui, jusqu’à présent, semblaient se cacher sous la surface.

L’artiste a été ouvert sur les difficultés qu’il a rencontrées pour accepter son parcours d’artiste solo, mais il a reconnu qu’à l’avenir, il voulait que la musique soit un livre honnête et ouvert sur sa vie. Local Honey est un disque confortable et complet, avec huit pistes entrelacées de manière soyeuse qui leur sont merveilleusement familières – le résultat global est un classique épanoui qui marque un nouveau chapitre pour lui.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.