Fink: « Horizontalism »

Horizontalism se sépare du précédent album de Fink, Hard Believer, dans la mesure où il reprend des éléments de ce dernier et en fait ici un disque hybride, ni follow up ni récréation.

Le trio semble avoir décidé de s’amuser malgré les tonalités sombres qui parsème l’opus paradoxe lié au choix de s’emparer de certains overdubs négligés de Hard Believer et de s’astreindre à une tâche qui est de les réinventer radicalement.

Ce qui va distinguer ces deux parallèles est que, au-delà d’une volonté de graviter autour du folk, Horizontalism va attacher plus d’importance à l’expérimentation au détriment des textes. Les vocaux vont être traités comme des objets sonores, prêts à être manipulés et recombiner de la façon la plus extrême qui soit.

Le projet en soi est intéressant dans la mesure où il émane du trio et non de producteurs extérieurs. Il témoigne de l’inspiration qui est le fil directeur de Fink ; en ce sens il justifie la notion que l’electro est aussi riche que les musiques dites « organiques ».

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s