No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Craig Finn: « I Need A New War »

Beaucoup ne connaissent Craig Finn que comme étant le leader du groupe The Hold Steady mais le natif de Brooklyn nous avait gâtés avec ses deux derniers disques placés sous le signe d’une trilogie qui avait commencé avec son album Faith In The Future paru en 2015. Deux ans donc après son passionnant We All Want The Same Things, le musicien new-yorkais complète on triptyque avec ce troisième disque nommé I Need A New War.

On appréciera une fois de plus son songwriting éloquent mettant en images avec précision une Amérique imparfaite frappée par les balafres du gouvernement et autres problèmes issus de la classe moyenne qui continuent de s’agrandir. A travers ces dix nouveaux titres, Craig Finn tire à nouveau la sonnette d’alarme sur des morceaux doux-amers à l’image de « Blankets » qui ouvre le bal mais également « Magic Marker » et « Bathtub In The Kitchen ». Grace à ses arrangements à mi-chemin entre soft-rock et alt-country, il sait comment interpeller son auditeur avec précision.

Que ce soit sur d’autres perles à l’image de « Indications » ou bien même de « Something To Hope For » et de « Holyoke », Craig Finn arrive à détailler les galères quotidiennes de cette classe moyenne américaine et arrive a établir un parallèle avec sa vie personnelle comme si il en tirait des leçons. I Need A New War se veut être une guerre pacifiste comme le désespoir américain et la désillusion générale illustrée sur « Carmen Isn’t Coming Today » ou bien même la conclusion nommée « Anne Marie & Shane ». De quoi clôturer cette brillante trilogie sur une note d’espoir.

***1/2

2 mai 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire

Drugdealer: « Raw Honey »

La formation diigée par Michael Collins sort ici Raw Honey, un deuxième album dont on peut espérer qu’il passera moins inaperçu que son premier, paru en 2016.

Avec Mac Demarco aux commandes, Drugdealer continue sur sa lancée de compositions soft-rock dignes des années 1970, résolument planants et mélodiques. Il suffit de fermer les yeux et de se laisser emporter par les douces ritournellesde la trempe de l’introduction instrumentale « You’ve Got To Be Kidding ».

Comme sur l’album précédent, la voix de Natalie Mering alias Weyes Blood survole avec classe l’agréable et sucré « Honey » qui rappelle son dernier album de tandis que Harley Hill-Raymond joue les crooners sur un « Lonely » réminiscent de The Hollies et que le chanteur de country new-yorkais Dougie Poole est convié sur le plus cinématographique « Wild Motion » évocateur deRoy Orbison dans la démarche.

Pour le reste, Drugdealer nous offre un condensé de nostalgie à travers des titres résolument smooth nous donnant envie de rouler en décapotable les cheveux au vent sur les ambiances dignes du Magic Mystery Tour de « Lost In My Dream » ou encore la merveilleuse « If You Don’t Know Now, You Never Will ».

S’achevant sur l’instrumental solennel nommé « Ending On A Hi Note », Drugdealer est de retour avec un disque qui tombe pile poil pour les printemps ensoleillés où les températures avoisinent les vingtaines de degrés. Raw Honey est tout simplement un doux nectar musical où son soft-rock vintage et remis au goût du jour ne pourrait que chatouiller agréablement nos oreilles.

***1/2

21 avril 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire

E.B The Younger: « To Each His Own »

A rebours de la mélancolie folk de Midlake, son leader Eric Brandon Pulido se distingue en solo avec un premier album pop et enjoué. Sous cet intrigant pseudonyme se cache en effet le projet solo d’Eric Brandon Pulido, leader du groupe prog-folk texan Midlake, disparu des radars depuis cinq ans et dont, en regard aux épisodes mouvementés de la formation de Denton, on peut décemment se poser la question de savoir si Midlake existe encore réellement.

Pulido tient les commandes du groupe depuis 2012 suite au départ de son leader originel, Tim Smith. Ce dernier, après leur monumental deuxième album, The Trials of Van Occupanther et d’un troisième à l’accouchement douloureux The Courage of Others, évolue désormais reclus en solo sous le nom de Harp, dont le seul témoignage d’existence demeure le titre « She Led Me Away » sur le projet de Simon Raymonde, Lost Horzsons.

Eric Brandon Pulido, a courageusement maintenu le navire Midlake à flot avec l’honorable Antiphon (2012). Une pression et les contraintes créatives inhérentes à la vie de groupe finiront par l’user à son tour et lui donner envie d’aller voir ailleurs avec unpremier signe d’émancipation en 2017 où Eric Pulido rejoint le super groupe BNQT un sympathique projet de super groupe formé aux côtés des membres de Band of Horses, Travis, Grandaddy et Franz Ferdinand .

Toujours est-il que cette expérience collective lui a donné des ailes en solo puisque on retrouve sur ce premier album de E.B The Younger des membres de Midlake ainsi que BNQT  – soit Joey Mc Clellan à la guitare électrique, McKenzie Smith à la batterie, Jesse Chandler à la flûte – mais aussi des Texas Gentlemen – Scott Lee à la basse, Daniel Creamer au clavier ainsi que Beau Bedford. Bedford est également le principal producteur et Matt Pence (batteur du groupe Centro-Matic) l’ingénieur du son de ces sessions studios. Il en découle dix compositions aux ambiances forcément variées, reliées ensemble par un plaisir du collectif véritablement perceptible autant dans le fond que dans la forme.

Ainsi, la brume sophistiquée de Midlake laisse place à de belles éclaircies. Sur « To Each His Own », la folk tourmentée lâche du lest, loin des compositions en mode mineur et cérébrales de Midlake. Pulido dit avoir d’ailleurs privilégié les accords majeur (et donc pop), et cela s’entend sur « When The Time Comes » ou encore « On an Island », aguicheurs comme une mélodie des Wings.

Cette douce candeur mélodique (« Hope Arrives », gracieux comme une ballade des Trash Can Sinatras) pourrait presque passer pour une forme de soulagement , de libération ou d’émancipation pour Brandon. « CLP » se dote même d’un couleur exotique appuyé par un beau refrain façonné aux harmonies vocales à la CSN& Y. On trouve d’ailleurs ce goût pour les harmonies vocales bien léchées de bout en bout de l’album – le filet de voix clair et élégant de Pulido se rapproche d’un Father John Misty, en plus rigoureux dirons-nous dans sa manière d’aborder les mélodies.

Le superbe « Used To Be » en ouverture, fait preuve d’un travail soigné sur l’habillage, notamment côté nappes synthétique, sans jamais céder à la tendance actuelle de la surcouche fluorescente. A ce titre, l’atmosphérique « Down and Out » pourrait sans problème figurer dans la tracklist du superbe Rare Birds de Jonathan Wilson, autre témoignage de réussite dans le genre.

To Each His Own demeure très attaché à un certain idéal pour l’âge d’or soft rock US . « Don’t Forget Me » sera, à cet égard, une superbe ballade piano d’obédience Jackson Brown, Fleetwood Mac voire Eagles.  Titre quintessence de cet obsession esthétique seventies, la merveille « Out of The Woods » sonnera comme une formidable réminiscence du Pacific Ocean Blue de Dennis Wilson, petite brise mélancolique face à un coucher de soleil radieux. Pour les amateurs d’air frais et de brise régénérante

****

20 mars 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

Michael Rault: « New Day Tonight »

Michael Rault est un auteur-compositeur-interprète canadien qui avait sorti en 2015 avec son premier opus, Living Daylight. New Day Tonight le voit récidiver trois ans plus tard mais un un registre beaucoup plus posé car nimbé d’un léger psychédélisme baroque couronnant son inspiration indie-folk.

Toujours aussi enchanteurs et ensoleillés, ses titres doucement rétro véhiculent une insouciance nonchalante avec des tonalités à la Beatles comme l’introductif « I’ll Be There », morceau que Badfinger aurait très bien pu composer.

La chanson-titre est, elle, non dénuée de charme alors que « Oh Clever Boy » et « Dream Song » ne pourront pas, quant à eux, ne pas nous faire penser à Wings ou au Plastic Ono Band.

Si on trouve ce segment trop limité, Michael Rault nous présante aussi de fort belles ritournelles venues tout droit de la Californie comme « Sleep With Me », « Pyramid Scheme » et le plus groovy « Sitting Still ».

It’s A New Day Tonight est ne superbe odyssée savamment dosée de psychédélisme nous ouvrant des chemins façon Route 66 avec ce final réjouissant qu’est un « When The Sun Shines » brouillant audacieusement toute notion d’espace-temps entre la West Coast US et ces effluves sis en plein centre du Canada.

***1/2

30 décembre 2018 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire

Buxton: « Stay Out Late »

Buxton est dans les parages depuis maintenant plus de quinze ans et reste constant et régulier dans sa carrière. Le quintet originaire de Houston nous avait laissé avec un Half A Native plutôt de bonne qualité il y a trois années de cela;iIls reviennent avec leur nouvel opus Stay Out Late.

On commence assez fort avec les titres plutôt conventionnels que sont « This Place Reminds Me Of You » et « Jan » montrant, de par la même, que Buxton n’est pas à court d’inspiration.

On voit donc que, après avoir vaincu le syndrome de la page blanche durant ces trois années de silence radio, le combo retrouve une certaine créativité derrière des compositions habiles et efficaces partagées entre country-folk et soft-rock (« Haunt You », « Hanging On The Closet » ou autres « Miles and Miles » ).

Les arrangements musicaux se font riches avec l’abondance des synthés qui cohabitent harmonieusement avec les guitares mélodiques sur « New World » et sur « Hole Heart ». Stay Out Late est un autre accomplissement de la part du groupe d’Houston qui ne perd jamais une once d’inspiration pour emmener son auditeur dans des contrées West Coast avec leur soft-rock doucement psychédélique.

***1/2

27 décembre 2018 Posted by | On peut se laisser tenter | | Laisser un commentaire

Donald Cumming: « Out Calls Only »

Donald Cumming, l’ex leader des Virgins, a toujours affirmé qu’il n’écoutait pas beaucoup de musique contemporaines et son premier album solo, Out Calls Only, ne détrompe en rien cette assertion.

The Virgins ont fait partie de ces groupes post-Killers qui n’ont jamais connu un réel succès et Cumming a, embrassé ici un classicisme rock avec passion. On retrouve sur cet opus un peu de Tom Petty, une certaine dose de soft-rock de la fin des années 60 (en particulier sur le morceau central, un « Saracrow » qui avoisine les sept minutes) et quelques pincées de ces confessions propres à un répertoire de singer-songwriter (« Spanish Horses »).

Même la couverture du disque renvoie à cette époque, comme si il avait tenté de croiser Darkness on the Edge of Town et The Nightfly de Donald Fagen. Ce dont Out Calls Only est, en revanche ,dépourvu ce sont des mélodies auxquelles on puisse se rattacher. Tout est parfaitement construit en termes d’atmosphère et d’attention portée aux détails mais il n’y a que trop peu d’accroches pour nous fédérer. Peut-être Cumming voulait être dans le sous-entendu, peut-être devrait-il alors s’engager dans un minimum d’exagération.

**1/2

14 juin 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | 4 commentaires

Barenaked Ladies: « Silverball »

Silverball est le douzième album de Barenaked Ladies et le troisième depuis que son membre fondateur en soit parti. Réduits à quatre, le groupe semble avoir compris que la clef du succès est de renouer avec un climat qui véhiculerait une sensation de bonheur en nous présentait des compositions enlevées dominées par ce pop-rock léger que l’on avait l’habitude d’écouter dans les années 70.

La production de Gavin Brown (Three Days Grace, Skillet, Billy Talent, Metric) est très pro et n’est pas pour rien pour la coloration surprenante qui voit le combo renouer avec son registre initial. Siverball est un disque plein de fraicheur et de vitalité qui plaira à ceux qui apprécient Semisonic ou Better The Ezra et que ne rebute pas une plongée dans un passé où le soft-rock gardait une certaine truculence à l’ironie acerbe.

**1/2

5 juin 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Keath Mead: « Sunday Dinner »

Keath Mead est un musicien autodidacte de Caroline du Sud et, à l’écoute de son album éponyme, Sunday Dinner, il est vraisemblable qu’il a écouté beaucoup de soft rock des 70’s, de power pop façon Teenage Fan Club ainsi que de la chillwave des années 2000.

Cette dernière influence est sans doute liée à la production de Chaz Bundick (Toro y Moi) qui a également assisté Mead dans l’interprétation du disque. Celui-ci est un opus tranquille et sans prétention, au climat laid-back et aux riffs discrets et plaisants. Les compositions sont façonnées autour de changements d’accords très simples, l’instrumentation est le plus souvent dépouillée et si le disque ne fascine pas à première écoute, il se fera inconsciemment une place graduelle si on y prête attention.

La reverb sera légère tout comme les chorus ce qui fait que même les titres les plus enlevés (« Change », « Navy ») sont arrondis et faciles l’oreille d’autant que la voix de Mead enrobe le tout de manière harmonieuse.

L’atmosphère générale penchera généralement vers les rock AM  mainstream des années 70, en particulier sur les ballades acoustiques, et la plupart des morceaux sonneront souvent comme des réécritures des mêmes chansons (par exemple « Polite Refusal » et le titre qui précède).

Cela n’est pas nécessairement facteur de problèmes ; il y a suffisamment de compositions agréables (« Grow Up » et « Waiting ») pour qu’on y trouve son compte si on est amateur de ce type de musique. Mead et Bundick ont su, en outre, parfaitement su intégrer les éléments électroniques et en faire un fondu harmonieux ; Sunday Dinner sera donc suffisamment constant pour que l’on puisse apprécier sa pop ensoleillée même si quelque peu itérative.

***

1 mars 2015 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire

Amason: « Sky City »

Amason est un groupe indie-pop suédois qui, sur leur « debut album » essaie d’incarner le son de son pays natal. Sky City est, en effet, un opus sophistiqué et élégant, légèrement réservé et emprunt de ces mélodies qui le situent entre The Concretes et Peter Bjorn and John sur le spectre d’une pop suédoise qui a toujours été de qualité.

Le disque bénéficie de l’apport de plusieurs musiciens venus de groupes établis (Miike Snow, Dungen, Little Majorette) ce qui assure que les morceaux seront interprétés avec solidité et professionnalisme. On y trouve des pastiches de soft-rock (« Kelly qui fait référence à America) mais aussi des petites oeuvres de mélancolie dramatique (« Went to War ») tout comme d’autres comme « Blackfish » qui ne sont pas sans évoquer le répertoire de Peter Bjorn and John. Le groupe travaille en fait dans un éventail dont une bordure se situe entre ces derniers et, de l’autre du côté, Fleetwood Mac.

Il y a intérêt à oeuvrer à l’intérieur de ce spectre car il établit une humeur qui ne se dément jamais et qui s’approfondit au fur et à mesure où Sky City progresse. Même les titres qui boostent un peu le tempo comme « NFB » ou qui, tel l’instrumental atmosphérique « Pink Amason » s’intégreront parfaitement à cette esthétique générale.

Une addition bienvenue consistera en la participation de Amanda Bergman dont la voix rauque de crooner apportera, sans sembler forcer, une touche délicieuse à la retenue qu’apportent arrangements serrés et production dépouillée.

On retiendra également quelques moments plus sombres, peut-être même un peu trop en raison d’un saxo trop encombrant par moments, mais Sky City a toutes les qualités d’un premier disque dans le sens où il est un opus prometteur.

***

28 janvier 2015 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire

Donovan Blanc: « Donovan Blanc »

Captured Tracks est devenu, ces dernières années, un des labels les plus rebommés de la scène indie américaine. Notons le succès de Marc Demarco mais aussi le fait qu’ils soient restés fidèles à leur démarche : rééditions du labal Flying Nun et un catalogue qui comprend Chris Cohen et ici Donvan Blanc pour son premier album éponyme.

Duo composé de Joseph Black et Raymond Schwab, ils ont peu à peu jeté par dessus bord leurs tendances noisy puis lo-fi pour se rapprocher d’un son plus propre et mieux produit. Musicalement c’est de la bedroom pop avec une claire influence, celle de l’album rock du début des 70’s qui rappelle celui d’un autre ensemble de la période, America. Comme eux, Donovan Blanc ont un penchant pour la pop à la saccharine mais avec des mélodies qui parviennent à nous surprendre par leurs changements d’accords et de rythme inattendus et apporter une certaine densité.

Le titre d’ouverture, « Girlfriend » débute ainsi avec une mélodie à la guitare façon « Sounds of Silence » avant d’intriduire des flutes au travers d’un mellotton et des harmonies luxuriantes qui feraient sourire de joie tout fan de musique AM.

Les textes font référence aux relations humaines, avec des noms s^pécifiques qui ajoutent une qualité romantique à l’album. « Minha Menina » est le « single » qui traduit du Portugais signfie « fille » et il est vraisemblablement une référence appuyée à la chanson de Os Mutantes du même nom. Toutefois, alors que le composition des Mutantes suit le schéma classique de deux personnes tombant amoureuses, celle de Donovan Blanc est introspective et se concentre sur l’inconnu. C’est un titre mid-tempo, aux guitares en carillon qui ressemblent à un clavecin ; sans doute une des meilleurs chansons de l’album.

Donovan Blanc est ainsi rempli jusqu’à plus soif de chansons merveilleusement écrites dont bien des groupes souhaiteraient en avoir composé au moins une. C’est un disque qui se veut monumental et intemporel, dans ce deuxième cas il survivra autant que les influences sur lesquelles il s’appuie.

***1/4

26 juin 2014 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire