No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Kingbees: « The Kingbees »

Ce sont les Stray Cats qui remirent au goût du jour le rockabilly au début des 80’s mais The Kingbees auraient du également en recueillir certains dividendes.

Ces derniers bénéficièrent d’un hit régional dans le Midwest, « My Mistake », et commencèrent à tourner poura ssurer le soutien d’u « single » et de l’albyum qui venanitde paraître.

Le malheur voulut que leur label, RSO Records, ne se trouva pas en mesure de les soutenir en raison du désastre financier de leur BO du Film Sgt. Peppers Lonely Hearts Club Band ce qui empêcha les Kingbees d’acquérir un auditoire national.

Le leader du groupe, Jimmie James, était un fan avoué de Buddy Holly et ce « debut album » montrait, jeu de guitare vif et concis, harmonies solides, qu’ils avaient bien appris leurs leçons tout en modernisant son style comme sur « Fast Girls ».

The Kingbees ne s’essayaient pas à faire une déclaration de foi, ils savaient juste réaliser des disques de rock and roll sans se préoccuper des modes comme le prouve cette compilation.

***

10 mai 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Sallie Ford & The Sound Outside: « Untamed Beast »

Elle a l’air, avec ses lunettes de bibliothécaire, d’une brave ménagère américaine des années 50 mais le titre de son deuxième album, Untamed Beast, est mille fois plus révélateur du dynamisme de Sallie Ford & The Sound Outside. Des « fifties », la chanteuse a conservé la musique (mélange de rockabilly, de rock and roll et de rock and soul) mais elle y a infusé une énergie rien de moins que diabolique comme pour justifier ce qu’on disait à l’époque de cette musique.

Sallie Ford est, sans doute, une jeune personne charmante mais elle chante comme si elle était tout le contraire (le surfer-rock « Bad Boys » où elle se mesure avec force et intensité à l’étiquette « mauvais garçon ») et, même quand son côté déluré baisse d’un ton (un « Roll Around » dépouillé mettant fin à l’album) , il ne se départit pas d ‘agressivité d’une part (« Rockability », « Addicted », et de « fun » d’autre part (« They Told Me » où elle revendique n’avoir jamais eu un esprit rationnel). Il y a, dans toutes ses compositions, une fraîcheur qui n’a rien à voir avec la nostalgie ou le retro, mais plutôt une mise à jour de ce que le rock and roll originel représentait.

The Sound Outside épaule à merveille ses vociférations, guitares angulaires et nerveuses à la Link Wray, percussions frénétiques ; breff Sallie Ford est un croisement entre la Joan Jett de « I Love Rock & Roll » et Jim Jones Revue.

Il serait superfétatoire de dire que ce disque est bienvenu ; il invite à l’écoute et à la provocation, mais plus encore au swing et à une danse semblable à celle qu’un animal non dressé serait capable d’effectuer !

★★★★☆

25 mars 2013 Posted by | Quickies | , , | Laisser un commentaire