No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Vacationer: « Relief »

Relief le deuxième album de ce groupe de Philadelphie annonce d’emblée la couleur de par son tiotre et son intention. Il se veut un disque plaisant, propre à l’évasion un peu comme leur premier opus, un Gone electro-pop ensoleillé où il était déjà question de voyage, de photographie et de béatitude sonique.

Relief y ajoute une touche plus ample, cinématographique mais toujours suintant la positivité pop. Vacationer résulte d’une collaboration entre Kenny Vasolik, Matthew Young de Body Language et Grant Wheeler avec un son plus serré et puissant comme si il s’agissait de signifier que les vacances étaient terminées. Le fait d’avoir beaucoup tourné avec plusieurs autres ensembles en est la cause avec un des avancées kaléidoscopiques gorgées de samples mais avec une orchestration plus musclée et expansive.

Le « single » « Wild LIfe » mélange ainsi Beach Boys et LCD Soundsystem, « Heavenly » Animal Collective et musique de l’âge d’or hollywoodien alors que « Paradise Waiting » nous catapulte entre De La Soul et musique de club sur laquelle passer l’été.

Relief s’avère ainsi être presque de la « background music », plein de facéties excentriques et de luxuriants arrangements tropicaux mais il sonne beaucoup trop fabriqué et trivial pour susciter notre adhésion. Là encore c’est un disque emblématique de ce que le scène musicale représente aujourd’hui : profusion de disques, belle fabrication et compétence musicale assurée. Mais, quelque part, il ne provoque aucune vibration si ce n’est de surface, en fait c’est un disque bouche-trou un peu comme ces « hits » estivaux qui n’ont pour vocation que de durer quelques semaines avant de s’évanouir de nos souvenirs. Il est vraisemblable que, même étendu tout au long d’un album, ce savoir-faire ne s’avère aussi stérile qu’une plage une fois qu’elle a été abandonnée.

**

26 juin 2014 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire