Flyying Colours: « Fantasy Country »

19 novembre 2021

Flyying Colours est l’un des combos favoris de la scène psyche-pop et, depuis sa formation en 2011, on a pu constater qu’il a su tirer parti du genre psycho-gazeux. Cela fait partie intégrante de leur son jdistrayant, de la musique pour une longue virée en voiture ou une journée ensoleillée à la plage. Au début de l’année 2020, ils ont sorti leur « single » « Goodtimes », mais ils ont attendu la sortie de Fantasy Country, en partie à cause de la pandémie.

Ce quatuor, composé des membres fondateurs Brodie J Brümmer et Gemma O’Connor ainsi que de Melanie Barbaro et Andy Lloyd-Russell, travaille dur et le fait de ne pas pouvoir partir en tournée a dû être difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. La façon dont ils parviennent à tirer le meilleur parti de leur magnifique pop psychédélique me fait croire à une intervention divine. Mais peu importe la manière dont cela se passe, ils réussissent un nouvel exploit sur ce deuxième opus Les deux premiers « singles », « Goodtimes » et  « Big Mess », sont déjà connus depuis un certain temps, et il n’y a pas grand-chose qui puisse entraver les éloges des critiques musicaux qui n’ait déjà été dit.

« Goodtimes » présente, en effet, une dichotomie intéressante entre la mélodie enjouée et les perspectives lyriques quelque peu douteuses. Le chanteur répète même « gonna have gonna have a good time » »dans le refrain, comme s’il avait besoin de se convaincre lui-même. Il se peut qu’elle ne soit pas proche de la vérité mais, quoi qu’il en soit, cette chanson s’envole et ne manquera pas de vous faire sourire. « Big Mess «  est encore plus accrocheuse, avec une mélodie principale qui vous fera tapee du pied et un titre qui décrit au mieux le chaos que nous avons tous traversé. La composition est antérieure à la pandémie, mais elle s’accorde parfaitement avec des événements mondiaux dont on aurait tous aimé qu’ils ne soient jamais arrivés.

« Ok », le troisième « single » est sans doute la chanson-phare de l’album. Une fois de plus, elle affiche une perspective grise qui surplombe la mélodie enjouée et qui montre que le groupe a exploité les meilleurs sons des années 90 et les a associés à leur propre vision des genres mêlés du shoegaze et du psychisme. « Its Real », de son côté, est une affaire discrète, bien qu’elle soit chargée d’un fond dream-pop et d’un bel échange de voix masculines et féminines.

« White Knuckles », un space rock bourdonnant, avec une montée massive du volume, fera sûrement vibrer vos sens. C’est le morceau le plus long, avec un peu plus de cinq minutes, et dès que vous serez pris dans son ambiance lourde, il se fondra dans le noir avec un « Eyes Open » qui vantera une sorte de psychisme cosmique, un autre voyage interstellaire avec des houles sonores presque douces, qui vous submergent vague après vague avec des paroles marmonnées en arrière-plan comme un mantra, empli de froidure. « This One » sera un autre brulot garage avec des accroches et riffs de tueur, éléments qui pourraient en faire un quatrième et évident « single ». « Boarding Pass’ » fermera la marche ; un beau morceau avec le même penchant pour la mélodie et l’harmonie que ce groupe possède à la pelle ! Dans l’ensemble, il s’agit d’une excellente sortie de l’un de nes groupes préférés dans ce genre. Hautement recommandé pour tous les fans de shoegaze, dream pop et psych pop des années 90.

****


Spirit of the Beehive: « Entertainment, Death »

11 avril 2021

Ce trio psycho-pop de Philadelphie qu’est Spirit of the Beehivesort avecEntertainment, Deathson premier album depuis sa signature sur le label Saddle Creek et son quatrième au total. Entièrement auto-enregistré et produit à distance au cours des 12 derniers mois, le groupe a mixé l’album numériquement avant de le masteriser sur bande. Le guitariste et chanteur Zach Schwartz a déclaré : «  Nous savions que nous voulions utiliser de nouveaux éléments instrumentaux sur cet album. Nous ne sommes pas entièrement électroniques. Mais la guitare, la basse et la batterie éraient devenus monotones ».

« Entertainment » ouvre l’album dans un style fracturé. Plein de sonorités inventives, de roulements de percussions ndustriels et de grincements et de piaillements presque tribaux, il évolue au fur et à mesure que de doux samples de guitare et de chants d’oiseaux glissent sur la bande sonore folklorique. Il est suivi de « There’s Nothing You Can’t Do » – un morceau puissant et psychédélique qui se situe parfaitement dans l’espace entre Death Grips et Goldfrapp. Excitant, loufoque et doté d’une ligne de basse funky, on ne peut s’empêcher d’être du côté du groupe lorsqu’il déclare « I’m your friend ». L’ambiance rêveuse de « Wrong Circle » permet ensuite à Zach et à la bassiste Rivka Ravede de se partager les tâches vocales, tandis que « Give Up Your Life «  s’ouvre sur un style indie-rock traditionnel avant de se transformer en une pièce d’art rock fascinante, agrémentée de carillons et de messages sur la préparation aux situations difficiles.

« Rapid & Complete Recovery «  poursuit sur cette lancée et le groupe passe de paysages sonores et de mélodies à des chemins moins souvent empruntés avec aisance. Alors que le groupe répète avec passion la question lancinante «  Et si nous ne ressentions pas la même chose ? » (What if we don’t feel the same?’, il devient clair qu’ils vont toujours prendre des chemins inattendus – et c’est particulièrement gratifiant à chaque nouvelle écoute. « The Server is Immersed »  – décriteironiquement comme la chanson la plus pop de l’album ressemble à une jam session entre Animal Collective et London Grammar avec des voix obsédantes de type call-and-response qui sont mises en avant et des riffs puissants qui entourent des éléments de tristesse et d’espoir.

« It Might Take Some Time «  passe également d’un genre à l’autre avec aisance, allant cette fois du space rock à la Spiritualized à quelque chose de plus flou, tandis que les trois derniers morceaux sont tout aussi diversifiés – «  I Suck the Devil’s Cock « , d’une durée de six minutes et demie, mêle guitare pop mélodique, basse rebondissante et électro glitchy pour un effet convaincant.

Entertainment, Death est un opus follement expérimental et extrêmement exaltant ; il ne demande qu’à ce que vous le fassiez entrer dans votre esprit.

***1/2


Tempesst: « Must Be a Dream »

1 décembre 2020

Écouter le premier LP de Tempesst, c’est comme voyager dans une vieille camionnette fraîche à travers les paysages surréalistes intérieurs, en passant par des canyons cosmiques, des fleurs géantes, des couchers de soleil sur la plage et des nuages de champignons. Il se passe beaucoup de choses et vous ne savez pas dans quelle direction il va tourner, mais c’est passionnant.

L’histoire du groupe a commencé il y a plus de dix ans à Noosa, en Australie, avec son noyau dur – les frères jumeaux Toma et Andy Banjanin. Les premiers pas qu’ils ont faits dans le groupe de l’église. Et à la fin des années 2000, ils se sont rendus à New York, où ils ont développé un artisanat musical et commencé à enregistrer chez eux. Après avoir déménagé au Royaume-Uni, Toma et Andy ont rencontré le guitariste Eris Weber et ont renoué avec de vieux amis australiens – Kane Reynolds et Blake Misipeka. Tempesst est né pour de bon. 

Le quintette basé à Londres a fait ses débuts en 2015 avec un « single » psycho-pop ensoleillé, « Too Slow ». En 2017, le premier EP Adult Wonderland a vu le jour et un an plus tard, un autre, Doomsday. Le dernier disque et le premier LP de leur carrière Must Be A Dream, sorti sur leur propre label Pony Recordings, est le résultat de quatre années de travail et de préparation musicale. 

Dix chansons accrocheuses et ensoleillées cachent une plus grande complexité. Elles explorent des thèmes tels que le passage du temps, l’amour, la perte, l’amitié, les abus ou la superficialité du monde moderne des médias sociaux. Tempesst joue tout cela avec une grâce inébranlable, vous invitant à vous joindre à leur danse hypnotisante. Dès le début avec « Better Than the Devil », il a entendu dire qu’ils avaient réussi les examens de psycho rock des années 60 et 70 avec la note maximum. Des guitares qui gémissent mélodieusement et des chœurs envoûtants sur la chanson titre vous donnent envie de vous plonger dans ce son. Après l’explosion et la précipitation de « High On My Own », vient la ballade « Mushroom Cloud » qui grandit lentement, du baryton profond de Banjanin qui chante sur la rupture et la destruction jusqu’au point culminant avec un solo de saxophone. 

L’électronique brumeuse rencontrera le soleil du surf rock et il sera difficile de résister à ces mélodies liquides et douces dans « Walking on the Water ». Installé au milieu du disque, « On the Run » est un excellent morceau de psych-pop rappelant les échos de Tame Impala et Spiritualized, à la fois dynamique et porteur de tensions et de nostalgie. Le nonchalant et vertigineux « Age of Bored », un morceau qui pourrait être envié par Kasabian. « With a Woman » s’épanouit magnifiquement, souligné par des riffs de guitare céleste. « Is This All That There Is », de son côté nous fera parier que les fans des premiers Arctic Monkeys en seront fans.

Must Be A Dream apporte le psychédélisme moderne à son meilleur dans une élégante tenue rétro. Dans chaque chanson, l’ancien rencontre le nouveau. Le groupe mélange habilement des paysages sonores où l’on peut entendre des inspirations Beach Boys, Midlake ou Flaming Lips avec du rock indé et du folk, montrant ainsi son propre style éclectique. Le premier LP de Tempesst est un disque multicouches, au succès effronté, et raffiné du début à la fin. Trente-sept minutes et vingt-deux secondes d’un fantastique voyage musical.

****