No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Motorpsycho: « Here Be Monsters »

Ce groupe norvégien fait de la musique depuis le tout début des années 60, il n’est donc pas un des ces perdreaux de l’année et il fait partie du paysage de ces combos qui oeuvrent dans le rock psychédélique.

Pourtant, sur Here Be Monsters, on les entend s’aventurer vers un autre registre ; le space rock tel que le pratiquaient certains ensembles comme Punk Floyd, Camel ou Gentle Giant.

On assiste donc à des atmosphères expansives, menées aux synthétiseurs, des slide guitars bluesy pour attaquer les solos, des harmonies vocales folky et des ryhmiques rêveuses en mid tempo.

S’il fallait situer ce disque en termes contemporains, du classique « Sleepwalking » à l’épique fymnne que constitue « Big Black Dog », on pourrait évoquer Dream Theater ou Marillion. Here Be Monsters nous rafraichit aussi dans la mesure où il fait montre de le pertinence de certains concepts dans le rock quand ils sont aussi bien exécutés.

***1/2

11 mai 2016 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

The Jean Paul Sartre Experience: « I Like Rain »

The Jean Paul Sartre Experience se sont formés en Nouvelle Zélande en 1984. Leur musique était un mélange atypique de folk-rock psychédélique visanà à nopus arrimer à une extase difficile et douloureuse Leur colère adolescente s’exprimait ainsi au travers de litanies fragiles et dépouillées. Leur répertoire est typiquement axé sur le rock qui faisait la pluie et le beau temps dans les années 80, avec une forte tendance à loucher du côté du label Flying Nun des années 80. Il y a donc des côtés bluesy et plus délirants ainsi que des choses délirantes ou majestueuses.

Leur discographie, rassemblée ici, est particulièrement irrégulière et ,ne s’adressera donc qu’à des amateurs avertis capables d’être indulgents avec les compositions sur-produites aux côtés de titres dont chez qui l’ambition expérimentale se heurte au mur de réalités plus lucides et prosaïques.

**

12 août 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire