Moon Tooth: « Phototroph »

6 juin 2022

Il y a quelque chose à propos de Moon Tooth qui semble pousser les rédacteurs musicaux à chercher les points de référence les plus haletants et les plus éloignés qu’ils puissent trouver. Ce groupe s’est clairement imprégné de tous les recoins du canon du hard rock, et sa maîtrise technique signifie qu’il n’a pas de mal à métaboliser toutes les influences qui lui passent par la tête, donc naturellement les sons qu’il produit ont tendance à ressembler à beaucoup de choses. Mais ce jeu de comparaisons est en fin de compte une course folle, car ce que Moon Tooth accomplit est bien plus qu’une simple évocation des anciens grands groupes de guitare américains, vos ZZ Tops et vos Van Halens et vos Soundgardens et vos Deftoneses. Ils plient à leur volonté toute idée musicale qu’ils concoctent avec une touche totalement distincte de celle de leurs prédécesseurs, comme l’a fait chaque artiste pour insuffler véritablement une nouvelle vie à son genre. Si le troisième LP du quatuor de Long Island, Phototroph, prouve quelque chose, c’est que Moon Tooth n’a pas seulement fait ses devoirs, mais qu’il est le prochain groupe à s’y consacrer.

Après les éclairs de lyrisme politique de Crux et ses accents de peur existentielle, et compte tenu de tout ce qui s’est passé depuis la sortie de cet album, il serait logique que Phototroph redouble d’angoisse et de colère pour une suite encore plus sombre. Le groupe a émergé des turbulences de ces dernières années avec l’une des musiques les plus joyeuses et positives de sa carrière, pleine de vigueur et parsemée de crochets pop irrésistibles. Cet optimisme retrouvé trouve son origine dans le frontman John Carbone, qui a encore fait un bond en avant en tant que présence sonore. Ses textes, toujours aussi érudits, sont à la fois déchirants et résolus, ne reculant jamais devant les émotions douloureuses qu’il décrit. Pourtant, il se concentre rarement sur la douleur elle-même, préférant se concentrer sur la façon de la surmonter, de s’endurcir et de persévérer. Il suffit d’écouter « Alpha Howl », une performance vocale d’une délicatesse et d’une dynamique étonnantes, enveloppée d’une puissance métallique orageuse. C’est le moment le plus incertain de l’album, mais lorsque Carbone se transforme en un rugissement à plein volume à la fin de chaque préchorus, le sentiment est défiant, puissant, une expression esthétique de l’agencement. Lorsque la chanson s’ouvre enfin sur des accords majeurs retentissants et triomphants et sur « impervious to sirens / no meandering » (imperméable aux sirènes / sans méandres), on a l’impression d’avoir remporté une victoire de haute lutte. Dans le même ordre d’idées, « The I That Never Dies » tempère son agressivité initiale en un groove liquide et ondulant, avec un mantra presque zen chanté par-dessus, tandis que le morceau d’ouverture « I Revere » resserre son couplet en nœuds frustrés avant que le refrain n’exalte « my heart’s still beating / so I won’t stop believing », invoquant directement le classique du fromage de Journey tout en vous mettant au défi de prendre les enjeux émotionnels au sérieux. Cela fonctionne, de manière exaltante.

Les fans des premiers travaux plus sauvages du groupe ne doivent pas désespérer pour autant ! Malgré tout son attrait mélodique, Phototroph appartient autant au guitariste Nick Lee qu’à Carbone. Ici, Lee est un homme en mission, et cette mission consiste à remplir chaque centimètre carré de chaque chanson avec le jeu de guitare le plus intelligent et le plus cool qu’il puisse trouver. Chaque riff et chaque solo déborde de détails, et les sons de guitare sont monstrueusement énormes sur toute la ligne. Parmi les premiers moments forts de l’album, on peut citer la minute entière de shred qui clôt  » Back Burner  » et les plans étourdissants de NWOBHM qui parsèment la chanson titre, mais ce sont des chansons qui promettent d’être richement récompensées par des écoutes répétées, et des moments qui m’avaient échappé au début commencent déjà à briller par eux-mêmes, comme l’atmosphère habilement conçue dans les couplets de  » Grip on the Ridge « . Ray Marté et Vin Romanelli aident et soutiennent habilement tout au long de l’album, apportant leurs propres sensibilités à la section rythmique du groupe sans se mettre en avant ou sans détourner l’attention des chansons elles-mêmes. Si vous êtes attentif, vous entendrez deux musiciens doués qui élèvent la musique de manière subtile et réfléchie, mais si vous faites un zoom arrière, vous verrez qu’il s’agit soudainement d’un tout unifié et bien équilibré.

Le fait que, malgré tout ce qu’il fait de bien, Phototroph reste l’album de Moon Tooth que nous préférons  le moins à ce jour témoigne de la qualité du travail du groupe. Les défauts sont mineurs, presque au point d’être insignifiants, mais ils sont là. L’album manque un peu de variété, la ballade succincte « Grip on the Ridge » étant ce qui se rapproche le plus d’une rupture de rythme. Compte tenu de l’importance accordée par l’album aux grandes mélodies, je n’ai pu m’empêcher de regretter que le groupe n’explore pas davantage son côté plus doux et plus spacieux. Lee est également totalement absent en tant que chanteur principal pour la première fois, et bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’endroits où ses cris auraient été à l’aise, il est dommage que les meilleures performances vocales de Carbone ne soient pas vraiment mises en valeur. Enfin, le deuxième single « The Conduit » a été quelque peu divisé parmi les auditeurs, et ce n’est pas sans raison. Bien que je ne puisse pas vraiment la qualifier de « mauvaise » chanson, c’est certainement leur création la plus lourde et la moins stimulante, s’en tirant grâce à un refrain accrocheur et à un changement de troisième acte astucieux, alors que le riff principal simpliste et les ponts fastidieux de l’AAL ne font que passer. Le riff principal simpliste et les ponts défectueux de l’AAL ne font que passer. La production gonflée fait de l’album un simple bon pouce qui dépasse d’une liste de titres autrement brillante.

Malgré ces légères imperfections, c’est un plaisir de pouvoir dire que Moon Tooth a encore réussi, en affinant et en renforçant son approche singulière de l’écriture et en gardant les choses fraîches dans le processus. Il s’agit de 11 chansons qui ne ressemblent en rien à celles que le groupe a proposées auparavant, même si elles sonnent indubitablement comme du Moon Tooth. Phototroph a tout ce qu’il faut pour faire une véritable percée, ou même pour devenir un véritable succès, le genre de rock audacieux et émotionnel qui ne s’est jamais démodé depuis son apogée. Lee a dit qu’il voulait que son groupe soit « le prochain Metallica ». Cet album rend ces ambitions étonnamment réalisables, mais il laisse également une multitude d’autres chemins disponibles pour une traversée ultérieure – un spectre complet et magnifique de musique lourde à choisir. Qu’ils atteignent miraculeusement le succès grand public qu’aucun groupe de rock n’a connu depuis des années ou qu’ils continuent à consolider leur réputation de chouchous de la scène prog-métal séquestrée, j’ai déjà hâte de voir ce que Moon Tooth nous livrera ensuite.

***1/2