Creux Lies: « Goodbye Divine »

24 décembre 2021

Originaires de Sacramento, Creux Lies n’ont jamais manqué de passion ou d’engagement. Au cours des deux ou trois dernières années, le groupe n’a eu aucun scrupule à traiter le style de post-punk romantique qu’il privilégie avec la sincérité qu’il exige. Mais si leur honnêteté n’a jamais été remise en question, leurs influences non plus. Le deuxième album Goodbye Divine est plus subtil dans sa lignée, plus musclé dans sa livraison, et apporte un plus grand nombre de chansons que son prédécesseur.

Rêveur, mélodique, et portant leur amour pour The Cure sur leurs manches, The Hearth de Creux Lies était une belle carte de visite pour le style du groupe, et peut-être plus important encore, les a fait partir sur la route – ce n’est pas le premier rodéo pour la plupart des membres du groupe et ils savent comment monter un spectacle. Mais Goodbye Divine fait rapidement impression grâce à la force de son matériel de base. Les titres qui clôturent le disque, « Jungle » et  « Wicked », sont des morceaux impressionnants de bombardements tonitruants, avec des instincts harmoniques solides soutenus par des tambours en écho et des arrangements de synthétiseurs grandioses. Tant dans le contenu que dans l’exécution, Creux Lies est beaucoup plus audacieux et sérieux ici, et c’est un meilleur groupe pour cela.

Le chant d’Ean Elliot Clevenger mérite certainement une grande partie du crédit pour ce bond en avant. Le long passé hardcore de Clevenger avant la formation du groupe n’est pas encore particulièrement détectable, mais il a trouvé un registre profond et imposant qui semble mieux correspondre à son registre naturel, et qui convient parfaitement à des morceaux vifs et entraînants comme « Misunderstanding » et « Renegade ». Cela ne veut pas dire que tout est sombre – ces voix se faufilent facilement dans les moments plus doux de l’album, comme le mélancolique « PS Goodnight » et la légèreté carillonnante de « Lor » », une revisite plus riche du son de The Hearth.

Bien que l’ADN de The Cure soit moins présent, les influences de Creux Lies sont certainement encore présentes dans Goodbye Divine – à cet égard, on perçoit beaucoup de Lowlife et de Tears For Fears, et les auditeurs un peu plus âgés et plus britanniques entendront peut-être The Church ou The House Of Love – toutefois, Goodbye Divine ne s’enlise pas dans un passé lointain. On pourrait probablement tracer des lignes de démarcation avec des groupes plus récents comme White Lies et un certain nombre de contemporains du groupe, mais il est important qu’aucun de ces noms ne saute aux yeux ou n’éclipse la présentation plus sévère et plus sobre d’eux-mêmes que Creux Lies propose ici. Ils savent ce qu’ils veulent et atteignent leur but avec assurance, à leur manière et avec un réel impact. REcommandable oui, mais aussi fortement recommandé.

****


Bad Heaven Ltd.: « strength »

14 août 2019

John Galm qui officie dans le groupe Snowing avait présenté un projet parallèle nommé Bad Heaven Ltd. Rn 2016. Sur un premier album intitulé Cool Hell. La formation était composée de Ross Brazuk, ex-bassiste de The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die, Tyler Bussey à la guitare et Melissa Brain à la batterie. Trois années plus tard, le supergroupe revient avec strength.

Marchant sur les pas de son opus précédent, Bad Heaven Ltd. Continue de s’éloigner des racines emo de leurs groupes respectifs. Avec strength, le combo s’aventure dans des ballades indie rock mélancoliques émovuantes allant de « inp » à « cross » en passant par « almost », « dung » et autres « 100m qui ont le don de nouus attaindre émotionnellement.

En l’espace de onze morceaux, Bad Heaven Ltd. a trouvé le bon compromis avec des compositions poignantes et nocturnes et, avec d’autres titres de la trempe de « new boy », « bed » ou de la conclusion nommée « forever », la bande à John Galm fait étalage de points forts inusités chez lui auparavant.

***