No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Numenorean: « Adore »

Formé en 2011 au Canada, Numenorean est un groupe de la scène Post-Black qui gagnerait définitivement à se faire connaître tant la créativité du quintet s’est faite remarquée dès leur premier album, Home, paru en 2016. Aujourd’hui, ils tentent de séduire à nouveau avec Adore qu’on ne peut que vous recommander !
Le jugement dernier semble s’être abattu sur une terre désormais désolée et battue par les vents lorsque les premières sonorités fantomatiques de « Nocebo » s’élèvent. Néanmoins, c’est bien l’annonce d’un retour à la vie, une marche lente et solitaire qui arrive à son terme, dans les rayons d’une aube nouvelle. Dans l’atmosphère, on retrouve des évocations d’artistes comme Susanne Sundfør ou Zola Jesus, qui n’ont rien de Metal mais apportent une grande pureté et un sentiment de fraîcheur plus qu’appréciable, témoignant de l’ouverture d’esprit des musiciens de Numenorean. Les guitares de Byron Lemley et Roger LeBlanc sont merveilleuses de retenue sur « Portrait of Pieces » alors qu’une nuée de vautours semble planer autour de l’auditeur avec un calme qui n’est qu’apparence et qui sert d’avertissement au déferlement qui arrive. Plus classique dans sa construction, « Horizon » onne dans le « black » pur et dur mais aussi avec ce petit quelque chose plus moderne qui ravira les amateurs de groupes curieux et créatifs.


Dans la lignée de l’introduction, « Nocebo », on aura droit également à un « And Nothing Was The Same » bien planant, interlude instrumental soulignant combien son leader, Brandon Lemley, est capable de s’effacer ou d’imposer sa présence aux moments nécessaires.

Cela se confirmera une nouvelle fois avec un « Regret », presque « metalcore » sur laquelle il livre une performance très engagée, à la hauteur de son investissement tout au long de l’album ; amosphérique et, à la fois sensuel et sensible. « Stay » renchérira dans la prière et la simplicité comme pour que la sinécrité émotive du combo ne soit pas remise en cause.

Rien n’interrompra la ligne directrice de l’album, à l’image de « Alone », qui viendra renforcer l’atmosphère établie par « Nocebo » et « And Nothing Was The Same » et le titre éponyme sera à cette même hauteur, mettant peut être encore davantage en lumière les influences « metalcore » du combo.
Adore est une vraie réussite, autant d’un point de vue musical qu’émotionnel ! Numenorean fait preuve de sa créativité, mise en valeur grâce à une exécution impeccable et une sincérité de tous les instants qui transparaît sans peine dans cet album exceptionnellement bien construit.

****

13 avril 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire