The KVB: « Only Now Forever »

26 novembre 2018

The KVB est un duo noisy-pop composé de Nicholas Wood et Kat Day dont Only Now Forever est le cinquième opus. Sa méthode est assez simple ; mélange de guitare noisy et de refrains pop, boîte à rythme et arrangements minimalistes.

Démarche déjà explorée qui ne peut marcher que si les compositions sont accrocheuses. C’est assez souvent le cas ici et si on se satisfait des influences de Jesus @ Mary Chain ou The Cure on appréciera la manière dont le coule agrémente sa pop de jolis atours synthétiques étayés qu’ils sont par les accords implacables de ses charmeuses mélodies.

***


The Pains of Being Pure at Heart: « Days of Abandon »

8 juin 2014

The Pains of Being Pure at Heart n’ont jamais nié leurs influences. Leur « debut album » en 2009 et ses guitares aiguës et carillonnantes qui rappellent l’indie pop de la fin des 80’s et du début des 90’s mais le groupe ne s’est jamais contenté de chevaucher la crête de cette seconde vague de pop indie car ils sont parvenus à se placer dans une niche qui leur est propre et qui les caractérise comme personne d’autre.

Sous le fuzz « noisy » de leur premier opus éponyme, chaque chanson semblait avoir baigné dans une harmonie qui sortait du cœur, bien éloignée de la distance qu’aurait pu procurer la distorsion. Kip Berman, chantait comme s’il était reconnaissant des groupes l’ayant précédé et sonnait très souvent comme s’il portait hommage à d’autres vocalistes.

Le groupe n’a toujours pas renié cette démarche sur ce troisième album et il apparaît même qu’il souhaite embrasser encore plus le charmant amateurisme qui séduisait autant sur leur deuxième album, Belong.

Ainsi, la voix de Berman a toujours cette qualité juvénile mais fait preuve d’une assurance qui s’inscrit en parfait contrepoint à sa timidité originelle. Néanmoins,, si le groupe s’est éloigné de la « noisy pop » il demeure toujours aussi explicite dans ses influences. La guitare acoustique prise en sourdine sure le titre d’ouverture « Art Smock » participe à cette nouvelles délicatesse tout comme « Kelly » sonne comme un vibrant hommage à « This Charmin Man » des Smiths avec sa guitare dansante et en reverb.

Le « single » « Simple and Sure » est étincelant et il retranscrit peut-être le mieux cette nouvelle esthétique de The Pains of Being Pure at Heart. L’intitulé de titre même résume en effet à merveille le moteur de ce qu’est Day of Abandon : ne jamais se montrer trop ambitieux mais ne jamais non plus douter de ses qualités et de ses aspirations comme l’exemplifie le chorus enlevé et pétri de grâce sur l’immaculé « Eurydice ».

***