Amy Denio: « Pandemonium »

4 septembre 2021

L’un des derniers albums de l’inépuisable Amy Denio frappe comme toujours par la touche harmonieuse de l’excellence dans chaque note. Enregistré sur une période de 15 mois d’isolement induit par le Covid 19, il s’agit en fait d’un carnet d’occurrences, d’événements, de personnes, de lieux et de changements qu’Amy a connus dans le passé. C’est une collection de chansons mais pas aléatoire. Il est judicieusement organisé et, grâce à tous les instrumentistes impliqués, il aide à comprendre le monde de son travail collaboratif et la nature de son propre style… qui est difficile à comprendre, à embrasser et encore plus difficile à étiqueter.

Au fil des ans, elle a puisé dans tant de styles musicaux différents qu’aujourd’hui, tous ces styles s’assemblent si facilement qu’à un moment donné, j’ai eu l’impression d’écouter la musique d’Amy Denio à la radio, de la meilleure façon possible.

Le mélange de jazz, de musique ethnique, d’improvisation, de sensation motrice, qui n’est pas nécessairement obtenu par des éléments que nous associons normalement à la musique rock, est pourtant fortement ponctué par la valeur rythmique de la guitare basse.

Un puzzle polyrythmique, d’excellentes harmonies vocales qui vous accompagnent si longtemps que vous voulez y revenir et, avant tout, la légèreté avec laquelle elle travaille tous les détails et les nuances est tout simplement stupéfiante.

Surtout si vous regardez au-delà des arrangements de premier plan et que vous vous plongez dans un arrière-plan assez expérimental.

Certains des morceaux ici ont été remixés à partir des compositions commandées à l’origine pour la série de streaming audio Wayward in Limbo de Nonsequitur, et de l’album Amy Denio : Corona Sonora.

***


Piers Faccini: « Shapes Of The Fall »

4 avril 2021

Avec Shapes Of The Fall, Piers Faccini crée une ligne de connexion entre différentes ethnies et traditions, éloignées dans le temps et l’espace. Sorti le 2 avril 2020 chez Nø Førmat ! et Beating Drum, ce nouvel album reflète l’essence « apatride » de l’auteur-compositeur-interprète anglo-italien : douze chansons qui sonnent comme une fusion parfaite entre spiritualité maghrébine, influences méditerranéennes et progressisme occidental.

Ce nouvel opus est enrichi par la présence de Ben Harper (avec qui il avait déjà collaboré sur Tearing Sky) et du chanteur marocain Abdelkebir Merchane, tous deux invités sur All Aboard, le titre le plus lumineux de l’album. Le titre fait référence à l’arche biblique, construite pour préserver l’espèce humaine et les autres êtres vivants.

Les rythmes des percussions s’accélèrent et se prêtent à la danse tandis que les instruments à cordes résonnent en alternant sonneries et sons profonds. Le chant tribal est une prière au dieu Gnawa qui rejoint l’espoir de reconstruction d’une nouvelle fraternité, professé par les mots de Harper et Faccini.

Dans « They Will Gather No Seeds », la voix chaude de Faccini est une invocation à la trêve et à la paix : le faible arpège introductif est remplacé par un crescendo de cordes qui prend progressivement le relais pour créer une douce mélodie sur laquelle résonne puissamment la phrase « Bring me my home back ».

Les notes suspendue dans « Lay Low To Lie » nous entraînent dans un voyage vers l’Orient pour découvrir Chad Gadyà, un chant de Pâques araméen, souvent cité dans la musique de Branduardi.

« Epilogue » reprend rala mélodie du premier morceau en la rendant plus sombre. La chanson de clôture est un instrumental délicat enrichi par des voix utilisées comme un instrument supplémentaire.

Shapes Of The Fall Piers est fortement influencé par les sons du raï berbère et surtout de la musique Gnaw, qui a contaminé la scène parisienne grâce à l’immigration nord-africaine. Un album de chansons et de musiques du monde dont le but est d’unir des mondes éternellement éloignés.

***1/2