Breathless: »See Those Colours Fly »

15 septembre 2022

Breathless est un groupe que ne suivons que depuis peu. Nous avions été mis au courant de son existence il y a quelques années, lorsque nous avons entendu de nombreuses personnes parler en termes élogieux de Breathless et de la voix rêveuse du chanteur Dominick Appleton. See Those Colours Fly, sorti enjuillet 2022, est le premier album du groupe depuis dix ans et le troisième dans les années 2000. Le disquea été produit par Kramer, producteur de groupes allant de Bongwater à Galaxie 500 et Low. Breathless a travaillé pour la première fois avec Kramer lorsqu’il a mixé trois chansons sur leur album Green to Blue de 2012. Ce disque a été retardé par un terrible accident qui a frappé le batteur Tristram Latimer Sayer, qui est tombé dans le coma et il n’était pas sûr qu’il s’en sorte. Il n’a pas pu contribuer à ce nouvel enregistrement, laissant le claviériste/chanteur Appleton, le guitariste Gary Mundy et le bassiste Ari Neufeld se charger du travail créatif cette fois-ci. Bien sûr, la pandémie a également apporté son lot de difficultés, mais le groupe a évité les studios d’enregistrement professionnels et a enregistré la plupart de ses parties à la maison, ce qui lui a laissé plus de temps pour les assembler et les monter à loisir.

En écoutant ce disque, on ne peut qu’être frappé par sa beauté chatoyante, son esprit tranquille et son sens de l’espace. C’est exactement le genre d’expérience d’écoute dont j’ai besoin en ces temps terriblement chaotiques. Le morceau d’ouverture « Looking For the Words » est plein de majesté symphonique et donne le ton de toute cette séquence de chansons. Il se fond directement dans  » The Party’s Not Over « , une chanson quelque peu sombre mais qui est un véritable bijou. L’écoute de ses mottes sonores est comme le fait de planer à l’intérieur du meilleur rêve éveillé que vous ayez jamais eu. My Heart and I  » est quelque peu angoissante, sa belle parure mélodique recouvrant les paroles déchirantes comme un pansement. We Should Go Driving  » est une chanson directe et presque austère dans sa présentation, mais elle possède l’une des mélodies les plus fortes de l’album. Tout simplement génial ! « Let Me Down Gently » a un titre qui suggère une rupture, mais c’est à l’auditeur de voir si c’est le cas;que ce soit un connaissance proche ou pas , voilàl’exemple type de la composition qui ne peut que nous parler de pa sa somptueuse mélodie.

« The City Never Sleeps » nous offrira, de son côté, une pop orchestrale sombre, une bande-son miniature qui fait écho aux événements des trois dernières années. La vie ne sera plus jamais la même, mais la musique peut nous garder sains d’esprit et entiers, même si elle reflète ces tristes moments. « Somewhere Out of Reach  » devrait être un succès, c’est à la fois l’une des meilleures chansons que j’ai entendues cette saison et un point d’entrée certain pour l’ensemble du disque. So Far From Love  » est brumeux et multicouches, des brins gazeux de dream pop se mêlant au shoegaze et au psychisme trippant. C’est fantastique ! La dernière chanson,  » I Watch You Sleep « , dure plus de 7 minutes. Je m’imagine assis dans le noir, écoutant quelqu’un respirer pendant que mon esprit tourne à mille à l’heure. La mélodie est de premier ordre, et est un arrêt approprié à ce voyage musical rêveur que vous avez voyagé au cours de cette sortie. Un excellent baume pour les rêveurs du monde entier. Hautement recommandé

****