No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Yukon Blonde: « Blonde »

Le fait que le précédent album de Yukon Blonde, Tiger Talk, ait été nominé en 2012 dans la fameuse catégorie  « Album Alternatif » aux Juno Awards canadiens est quelque peu trompeuse.

En effet, à l’écoute le combo ferait plus penser au rock « mainstream »tel qu’on avait l’habitude d’en entendre dans les années 80 et 90.

Cette caractéristique n’est pas pour autant négative dans la mesure où le combo compose des titres mélodiques superbement accrocheurs et que sur ce nouvel opus ils n’ont pas leur pareil pour intégrer des synthés analogues à leur tonalités originales basées sur la six cordes.

 

On retiendra à cet égard « Como » et « Confused »tout comme le premier « single », « Saturday Night » qui a déjà été un tube dans les radios rock.

Le disque a été co-produit avec Colin Stewart (Dan Mangan, Black Mountain) et mixé par Tony Hoffer (Beck, Foster The People). Sous de tels parrainages le disque ne pouvait être que savoureux et il ne déçoit pas quant à la manière dont il a été confectionné soniquement.

***

23 juin 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Hinder: « When the Smoke Clears »

Il y a dix ans, à la suite de leur « hit », « Lips Of An Angel », un billet pour un concert de Hinder s’arrachait à prix d’or. Depuis, le combo d’Okhlahoma a bénéficié d’un relatif succès avec un soft-rock AOR, des tournées avec Nickleback et Mötley Crüe et des albums anthémiques comme Extreme Behaviour.

Sur ce sixième album on sait à quoi donc s’attendre, un rock mainstream destiné à un public mainstream, bien exécuté mais dont la seule nouveauté est l’arrivée d’un troisième chanteur (un certain Marshall Dutton) en lieu et place de Austin Winkler.

Les dix compostions sont conformes au genre mais ennuyeuses et plates et n’atteignent en aucun cas la qualité des compositions pour lesquelles on ne pouvait nier que Hinder était compétant.

Les titres sont rebattus, seuld « Intoxicated » et « Dead To Me » sortent légèrement du lot par leur approche plus heavy tout comme, à l’autre bout du spectre, la ballade acoustique « If Only For Tonight ».

Aucun mystère quant à quoi on peut s’attendre sur When the Smoke Clears additionné à un disque qui manque singulièrement de passion.

**

24 mai 2015 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire