Biff Bang Pow !: « A Better Life : Complete Creations 1984-1991 »

2 juin 2022

Biff Bang Pow ! est à l’origine de nombreux singles classiques, d’une série d’excellents albums et a contribué à établir le son et le style de Creation Records lors de sa création. Composé des fondateurs du label et de sommités (Alan McGee, Dick Green, Andrew Innes), il n’est pas étonnant qu’ils aient établi le son de Creation ; ce qui est amusant, c’est qu’ils n’ont pas reçu beaucoup de crédit pour cela à l’époque. Si on les mentionnait, c’était pour les réduire à un projet vaniteux de McGee. La collection exhaustive de Cherry Red, A Better Life : Complete Creations 1984-1991, raconte l’histoire du groupe à l’aide de singles, de faces B, d’extraits d’albums, de démos et d’enregistrements live rares, et, ce faisant, démonte totalement cette théorie et les révèle comme l’un des premiers groupes pop indépendants de l’époque. Le groupe a commencé comme des punks endiablés, construisant un son sur les Dexy, le garage rock, le punk et les Byrds qui sonne aussi frais des décennies plus tard qu’à l’époque. À partir du single « Fifty Years of Fun », le groupe s’est montré habile dans la juxtaposition d’accroches et de mélancolie, donnant à McGee une belle toile de fond pour des récits de frustration et de malheur. The Girl Who Runs the Beat Hotel, en 1987, est l’apogée de cette première approche, mélangeant la production en écho de Joe Foster avec les chansons nostalgiques écrites par McGee et la chanteuse Christine Wanless, pour aboutir à une chanson intemporelle épicée d’un flash occasionnel de bizarrerie art pop.

Un changement subtil s’est produit avec Oblivion, sorti la même année. Le groupe s’est chargé lui-même de la production et a réalisé un disque plus soigné destiné à rivaliser avec les meilleurs groupes de Creation de l’époque. Il serait difficile de trouver un autre disque de pop à guitare fait à l’époque qui l’égale ; des chansons comme « In a Mourning Town » et « She’s Got Diamonds in Her Hair » ont tout le drame captivant, les mélodies langoureuses et les paroles pleines de larmes que l’on peut désirer, et dans l’ensemble, c’est un classique. Love Is Forever n’est pas loin derrière en termes de qualité et a apporté de nouvelles influences comme Neil Young. Les chansons de McGee sont devenues de plus en plus personnelles et déchirantes, et les deux derniers albums du groupe sont essentiellement constitués de l’épanchement de ses tripes au son d’une guitare acoustique. Moins pop avec un grand « P » mais toujours douloureusement efficace. Si le coffret ne contenait que les albums rassemblés, il vaudrait la peine d’être acheté, mais les suppléments en font un rêve pour les fans. Non seulement il y a des démos – dont une pour « She’s Got Diamonds » qui brille comme l’objet en question – mais il y a aussi un set live super fun de 1987, tous les morceaux hors LP et le mini-album perdu Sixteen Velvet Fridays, qui était censé suivre Beat Hotel, mais qui a été mis au placard à la dernière minute. S’ajoute à cela un disque complet de titres des groupes pré-BBP !, The Laughing Apple et Newspeak, ainsi qu’une démo de quatre chansons que McGee a enregistrée avec Jowe Head. Tout cela donne quelque chose d’assez beau ; un artefact approprié pour un groupe qui a créé une des musiques les plus excitantes, les plus mélancoliques et les plus durables du début de l’ère Creation/post-C-86, même si personne ne l’a vraiment remarqué à l’époque.

****