No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Quiet Dan: « When The Earth Was Flat »

Il y a un petit côté années 70 (on pense par moment à JJ Cale), presque naïf par son parfum idyllique dans cet album, comme du temps où les espaces étaient à la liberté et l’insouciance, avec des images du passé très évocatrices et nostalgiques…

Le groupe Quiet Dan signe là un petit disque charmant comme tout, entre pop, blues, folk, country, avec des chansons fragiles et légères qui s’écoutent et font du bien.

***

8 décembre 2018 Posted by | Quickies | | Laisser un commentaire

Mumford & Sons: « Wilder Mind »

On ne peut discuter que, sur leurs deux premiers albums, Mumford & Sons représentaient l’avant-garde de la résurgence du courant americana/folk. Ils s’étaient fait silencieux depuis quelques années mais, sans doute sensibilisés par les remarques entourant Babel leur second opus qui, malgré un succès certain marquait un manque de progression, ce Wilder Mind marque un véritable changement de direction.

Celui-ci est plus électrique (guitares crépitantes plutôt que banjos pratiquement inexistants ici) ce qui ne manquera pas de surprendre les aficionados de la première heure. Ils seront encore plus étonnés de constater la présence de textures de synthés et autres claviers et des percussions beaucoup plus nerveuses qu’auparavant

James Ford (Arctic Monkeys) a remplacé Markus Dravs à la production et il fait en sorte que les velléités électriques de Mumford & Sons ne soient pas interprétées à demi mot sur des morceaux comme « Only Love » ou « Snake Eyes ». Ces titres sont construits sur me mode de la progression tranquille allant du murmure à des pulsations rappelant un combo comme Neu !.

« Believe » à cet égard est un « single » emblématique tant il débute de manière éthérée, avec des sons clairsemés pour que le voix de Marcus Mumford puisse accompagner cet crescendo vers des percussions cataclysmiques et des accords qui résonnent à l’envi. C’est, sans discussion possible, un titre idéal pour l’approche qui caractérise cet album et il rend justice à la décision courageuse de nos musiciens.

Au total, Wilder Mind est un « comeback album » aussi fort qu’inattendu de par sa tonalité musicale. Des écoutes successives permettent d’aller au-delà du choc sonique pour ce concentrer sur cette construction ma foi logique qu’ils ont mise en place. C’est là toute la différence entre un groupe qui écrit une musique moderne et qui vous parle et un de ces combos de indie rock ne fabriquant que de l’ennui.

****

5 mai 2015 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire