Laura Veirs: « Found LIght »

8 juillet 2022

La dernière minute du troisième morceau de Found Light, « Seaside Haiku », est définie par la répétition d’une seule phrase : « donne mais ne donne pas trop de toi-même » (give but don’t give too much of yourself away). Avant cela, on trouve la phrase « J’ai beaucoup appris de la douleur » (I’ve learned a lot from pain).

Il est toujours délicat de déterminer si les paroles d’un album sont une forme de reportage personnel ou s’il s’agit de scénarios imaginaires. Dans le cas présent, Laura Veirs a déclaré que son 12e album traite de ce qui se passe après un divorce. On peut donc supposer que « Seaside Haiku » est né d’événements passés et décrit une perspective générée par ce qui a été vécu.

Ailleurs sur Found Light, d’autres paroles peuvent être vues de cette façon – « Sappho’s quiet inside my mouth » est particulièrement mémorable. Tout comme une phrase de type « tu m’as écrasé, et ceux qui m’aiment à côté de moi m’ont aimé » (you crushed me, and those next to me who love me loved me). En outre, c’est son premier album sans son ancien mari comme producteur. Le contexte et l’histoire sont importants. Le contexte et l’histoire ont de l’importance, mais seulement dans la mesure où Found Light est un album à part entière : lorsqu’on l’écoute à froid, rien ne semble manquer. Ce dont parlent les paroles est universel. La musique, le jeu et l’instrumentation font aussi l’affaire.

S’il est trompeur de commencer par la fin, le dernier morceau, « Winter Windows », en est la preuve. Veirs est cataloguée comme folk, mais sa guitare fuzz et son mouvement vers l’avant l’apparentent à une forme de rock garage. Plus tôt, « Eucalyptus » – avec le texte « you crushed me » – soutient la voix de Veirs avec des percussions électroniques et des effets de guitare lancinants qui rappellent le « Ray of Light » de Madonna.

Cependant, près de la moitié de l’album s’en tient aux reflets intimes et acoustiques pour lesquels Veirs est le plus connu – bien qu’une touche de jazz à la Joni Mitchell soit nouvelle. Le mélange de ce que l’on pourrait attendre et de territoires différents suggère que Found Light est un album de transition, une preuve que l’on cherche à adopter une nouvelle perspective. Laura Veirs s’ouvre, va là où la musique l’emmène. L’heure de l’autodétermination est arrivée.

***