Jeff Beck: « Riff in Peace » (1944-2023)

27 janvier 2023

Quand Eric Clapton décida de quitter Les Yardbirds, la raison, pour lui, était simple pour lui ; le groupe était devenu trop « pop » et s’était éloigné de ses racines blues. Jeff Beck, fut, à cet égard, plus qu’un remplaçant, de luxe ou pas.

Puisque dans les mid-sixties, la pop-rockétait en pleine déconstruction, le guitariste apporta au combo une patte indéniable mâtinée d’énergie et de psychédélisme.Il se débarrassa ainsi des oripeaux traditionnels par la version épileptique de « Stroll On » où, dans le film d’Antonioni, Blow Up, on le voit, aux côtés de Jimmy Pages !, massacrer consciencieusement massacrer sa six cordes et son ampli  à l’instar de Pete Towshend, son « collègue » des Who. Du Hendrix avant l’heure.

Il ajouta ensuite une palette qui lui était plus propre, nimbée des courants avang-ardistes de l’époque et gorgée d’effets spéciaux (sustain, distorton, wah wah) tout en restant concis, direct et nerveux comme en témoignent certains des titres légendaires que furent « Shapes of Things »,, « Over Under Sideways Down », « Psycho Daisies » ou « Happening Then Years Time Ago ».

Passage rapide mais prolifique en terme de qualité avant que notre homme ne sorte en solo Blow By Blow puis ne forme The Jeff Beck Group avec dans un premier opus, Rough and Ready, puis un autre, éponyme, avec des artistes aussi renommés que Rod Stewart, Ainsley Dunbar,Nicky Hopkins ou Ron Wood.Page, de son côté, fut plus chanceux et avisé puisqu’il décida de former Led Zeppelin.

Beck, lui, partit très vite vers une nouvelle aventure, on ne peut pas encore dire « expérience » puisqu’il forma ce qu’on appelait alors un super-group, Jeff Beck, Time Bogert Carmine Appice (issus de Vanilla Fudge) , (B.B.A), au même titre que West Bruce & Laing, ou E.L.P (Emerson Lake and Palmer), trois « power-trios » aux registres quelque peu différents.

B.B.A vécut peu de temps et Beck s’orienta peu à peu vers un répertoire qui correspondait plus à sa versatilité, dans un genre qu’on pouvait qualifier de jazz-rock ou rock fusion.

Pour nous, et en toute subjectivité, on gardera à l’esprit le souvenir de celui qui incendiait les salles de concert comme The Marquee Club à Londres, lui aussi disparu et, s’il est un tribut que nous lui prêtons, ce sera celui du coeur, celui que beaucoup d’autres guitaristes s’accorent à qualifier de « guitariste des guitaristes comme un témoignage hommage non usurpé à quelqu’un qui fut bien plus qu’un technicien de la guitare,  mais un maître expert en la manière de faire vibrer les âmes tout autant que les cordes.