Long Arm: « Darkly »

Il y a d’abord cette pochette intrigante, avec cette femme nue, repliée sur elle-même, comme coincée dans un espace réduit. Il y a ensuite la découverte des musiques présentes sur Darkly, inspirées par les bandes sonores de films noirs.

Conçu au départ comme un album de piano, Darkly s’est vu finalement agrémenté de sonorités électroniques, de voix, de samples, de beats… pour donner au final cette production à très haute densité émotionnelle.

Un album que l’on pourra caractériser de folktronica ou d’electronca (évoquant par exemple des artistes comme Melodium, FS Blumm…), d’une beauté incroyable, à la fois lyrique, poétique, merveilleux, à la fois sombre et lumineux. Très grand disque made in Russia !

****