P.E.: « The Leather Lemon »

10 mai 2022

Person, le premier album de P.E. en 2020, débordait d’une inspiration qui ne peut être planifiée avec soin. Essentiellement le résultat d’un concours de circonstances – des membres de Pill and Eaters (d’où : P.E. ) formant un nouveau groupe lorsque les formations complètes de l’un ou l’autre groupe n’étaient pas disponibles pour un concert programmé – Person était un produit de l’électricité et de la spontanéité, ses grooves post-punk industriels nés de sessions improvisées et de jams dancepunk qui, lorsqu’on leur donne la poésie surréaliste hypnotique de Veronica Torres et l’éclat du saxophone de Benjamin Jaffe, transcendent l’idée de jam session punk, se transformant en joyaux pop d’avant-garde avec juste ce qu’il faut de polissage et de montage.

Sur leur deuxième album, The Leather Lemon, P.E. commence avec un ensemble d’outils similaires et une approche relativement libre, mais le résultat final est un peu différent de leur précédente expérience de laboratoire. Ils creusent des sillons plus profonds et exploitent des textures plus sombres, se délectant d’une sorte d’ivresse, d’exaltation nocturne – ces chansons ne sont pas tant plus lourdes que plus denses, tous les éléments qui s’étaient réunis sur Person se calcifiant maintenant en un solide cristal.

La première chanson de The Leather Lemon, « Blue Nude (Reclined) », est en quelque sorte une pièce maîtresse. Sa ligne de basse hypnotique à deux notes ne change que rarement, voire jamais, mais sa pulsation minimaliste fournit une toile texturée sur laquelle le saxophone de Jaffe se déchaîne, tandis que les claquements de mains de la boîte à rythmes claquent et claquent, et que Torres truffe la chanson de déclarations ludiques et obliques comme « French kiss to keep the peace ». Mais il a à la fois une direction et un élan, structuré pour le jeu en club autant que pour les écouteurs – tant que P.E. continue à avancer, il n’y a aucune raison pour que vous vous arrêtiez.

Alors que Person ressemblait en grande partie à une réduction des idées musicales destinées à des mixes de 12 pouces – ou à des fragments de ces mixes – les morceaux de The Leather Lemon semblent plus serrés et plus rationalisés, même si le groupe évite largement les structures de chansons conventionnelles. La plupart du temps, en effet, le banger industriel funk-and-clang « Contradiction of Wants » comprend en fait deux véritables ponts. Et la superbe pièce maîtresse de l’album, l’élégante ballade sophistiquée et pop « Tears in the Rain », avec Andrew Savage de Parquet Courts, est le P.E. le plus adaptable, embrassant une sorte de beauté élégante qui semble à la fois fraîche et fidèle à leur esthétique. C’est sublime.

Bien que P.E. se soit plongé dans le groove hypnotique, il y a encore beaucoup de choses sur The Leather Lemon qui témoignent de leurs origines imprévisibles et expérimentales, que ce soit la cacophonie percussive de  » New Kind of Zen « , le morceau de piano ambiant  » 86ed  » ou le minimalisme breakbeat de  » Lying With the Wolf « . Dans leurs moments les plus étranges ou les plus propulsifs, il y a une physicalité qui semble suggérer que leur acronyme n’est pas limité à une signification littérale. P.E. est toujours en mouvement.

***1/2