The Soft Pink Truth: « Is It Going to Get Any Deeper Than This? »

28 octobre 2022

Is It Going to Get Anyeper Than This ? est un titre approprié. Ce n’est pas surprenant, étant donné l’héritage de The Soft Pink Truth ; Drew Daniel, l’une des moitiés du groupe expérimental bien-aimé Matmos, est également professeur d’anglais, bien publié dans les angles et les créneaux de son domaine. Le schéma de dénomination de son travail, orienté vers les questions, peut sembler être un gadget, mais il y a quelque chose de plus pathologiquement honnête dans les titres qui sont ouverts et méditatifs de cette manière, refusant la spécificité abstraite de l’identité pour se rendre plus orienté vers le processus, même par le titre.

Cela se retrouve dans les méthodologies déployées ici. L’album n’est pas spécifiquement séquencé comme un morceau de musique continu, mais il pourrait tout aussi bien l’être, signe d’un esprit vif derrière les plus petits détails comme l’ordre de l’album. Je dois admettre que les premières fois que j’ai écouté ce disque, c’était avec un froncement de sourcils. Les morceaux avaient de multiples facettes, certes, ils étaient palpitants et évolutifs, mais il était difficile de saisir une impulsion, un élément motivant, le pourquoi du disque (à part l’évidence : « qu’y a-t-il d’autre ? »). Tout cela s’est dissous dans l’air dès que, duh, j’ai augmenté le volume. Parce que c’est ce qui différencie ce disque de Matmos. L’expérimental est préservé ici, fabriqué par la même main, mais le détournement se concentre davantage sur le maniement des multiples outils développés par Matmos vers quelque chose de plus naturellement humain. Ou, plus simplement : c’est un disque de danse, et on ne peut pas danser si cette merde est trop silencieuse.

Avec ce coup de fouet, il prend vie. L’album nage et vole, un murmure d’étourneaux, des bancs de poissons qui s’élancent comme des poignards faits d’éclats de miroir brisés qui tranchent dans la mer, des éclats de couleur et des fleurs éclatantes tricotées dans un lit. Il y a des implications de l’eau, de la végétation, comme une couverture d’album de Yes réglée sur un rythme lancinant de naissance perpétuelle à quatre sur le plancher. On ne saurait trop complimenter l’ingénierie du son et le mixage ; les couches s’enchaînent comme le papier bruissant d’un bureau, formant ces motifs ondulants où, par-dessus, des éléments de plomb percent le mixage comme une brique ou une lampe lancée à travers les feuilles. Il y a un sens de la profondeur et de la dimension des sons, une plénitude piquante si riche que vous pourriez presque les saisir, comme s’ils étaient physiquement là.

Cet élément intensément physique et imaginaire de la musique ne semble pas indélibéré ou masturbatoire. Ces choses sont motivées par un but précis ; comme une version relaxante de la pluralité des genres de Fire-Toolz ou de Mr. Bungle cherchant à créer un objet unique et continu plutôt que ces éclats juxtapositionnels, Daniel insère les coins de ces éléments sonores, qu’il s’agisse de voix, de cuivres, de synthés, de guitares, de rythmes ou de quoi que ce soit d’autre, les forçant à se soumettre à ce rythme continu en constante évolution. On peut vérifier des référents sonores allant de la house à la tropicália, du dub à la fusion, de l’afrobeat au rock progressif, du New Age au disco. Daniel pense clairement comme un DJ, même dans la composition ; chaque élément est introduit ou retiré afin de ne pas se servir lui-même, mais ce méta-objet en constante évolution, un DJ set parfait d’une heure composé de compositions originales.

Étant donné que cet album sort la même année que le récent album de Matmos, résolument outré et expérimental, qui réinterprète des compositions polonaises d’avant-garde dans un espace électronique, il est logique qu’il se tourne vers quelque chose d’aussi vivant et dansant. Le projet global de Matmos et de The Soft Pink Truth ressemble à une carte de l’univers transposée à la musique électronique, agnostique dans ses origines même si le produit final est habilement façonné pour revenir à deux styles de base. Il y a un élément d’équilibre, un peu comme lorsque, l’année du dernier LP de The Soft Pink Truth, nous avons reçu un coffret 3LP d’expérimentations de Matmos ainsi qu’un EP de reprises hardcore de Drew Daniel lui-même. Les pouvoirs de Daniel restent à ce même sommet impeccable, évoquant l’émerveillement et la beauté de la fouille de caisses dans des compositions originales qui, surtout dans le vide existentiel auquel fait allusion la question titre de ce disque, doivent être répondues par la dance.

***1/2