Out of Service: « The Ground Beneath Me »

5 juin 2022

Out of Service est l’une des découvertes les plus agréables de l’emo-rock de ces dernières années. Le groupe s’inscrit clairement dans les limites de la scène d’un point de vue esthétique, sonnant parfois comme un amalgame de Sorority Noise, Citizen, Seahaven et The Republic of Wolves. Peu d’artistes souhaitent être considérés comme un amalgame de leurs pairs, mais dans ce cas, la compagnie dans laquelle ils se trouvent est si bonne que cela devient un compliment involontaire. Pour ce nouveau groupe originaire du New Jersey, le talent est si évident que même John Nolan (Taking Back Sunday), Devin Shelton/Toby Morrell (Emery) et Nathan Hussey (All Get Out) ont décidé de participer à l’action. Avec déjà deux solides prestations à leur actif, Morning en 2018 et Burden en 2019, c’est The Ground Beneath Me en 2022 qui leur permet de franchir cette nouvelle étape si importante vers la pertinence. C’est leur grand saut.

Le troisième LP d’Out of Service est nettement plus sombre que ses prédécesseurs, et  » The Ferry  » ne perd pas de temps pour vous plonger dans ce sentiment de noirceur omniprésent. C’est à peu près la meilleure chanson qu’Out of Service ait jamais écrite, avec le chant inquiétant de Mike Capuano qui recouvre la ligne de guitare de Bryan William, sinueuse, tordante et Daisy-esque, sur des paroles glaçantes sur le fait de récolter ce que l’on a semé : « Bois et lève ton verre à la fin des jours que tu as attendus / Apporte le paiement pour le ferry, tu as creusé le trou où tu seras enterré profondément » (Drink and raise your glass to the end of days you’ve waited for / Bring payment for the ferry, you’ve dug the hole where you’ll be buried deep). Le morceau porte aussi une charge énorme – un crescendo qui provoque un coup de fouet et qui se détache ensuite doucement, illustrant la croissance continue et la retenue du groupe. C’est la façon parfaite d’attirer les auditeurs, en équilibrant soigneusement son atmosphère lunatique avec un avant-goût de l’agression ardente à venir.

Cette atmosphère se répercute sur « A Moment Trapped In Time », qui est facilement le morceau le plus rapide de l’album, grâce au jeu de batterie brut et propulsif de Ken Bond et au jeu de guitare frénétique de Bryan Williams. C’est également à ce moment-là que l’impressionnante liste d’invités d’Out of Service commence à arriver, car les chanteurs principaux et les choristes d’Emery interviennent pour porter la chanson vers une fin intense et palpitante. C’est ce genre d’éléments qui permet d’élever The Ground Beneath Me au-dessus des œuvres précédentes ; il y a un flair pour le spectaculaire qui inaugure une nouvelle ère pour le groupe – une ère où il se sent moins comme un rejeton de Brand New et plus comme sa propre entité unique et déchirante. Ils réussissent cet exploit à eux seuls, mais l’ajout de talents connus de l’extérieur enrichit certainement l’expérience.

Out of Service a toujours donné la priorité à la composante émotionnelle de sa musique, et The Ground Beneath Me est une fois de plus un succès à cet égard. Capuano reste juste assez vague pour être énigmatique – utilisant cette ambiguïté pour jeter une aura de doute et de dégoût de soi sur le disque. Les textes ont tendance à éviter la narration, et à s’articuler autour de pensées éparses mais interconnectées. Le fil conducteur de nombre de ces chansons est l’idée de retourner à la terre d’où l’on vient, un thème récurrent qui semble faire référence au titre de l’album. Day Forty One » et « Offshore » en sont des illustrations parfaites, offrant de sombres allusions à la mort : « Pendant un petit moment, ma vie était à l’envers, ou immobile / Comme une statue brisée devant supporter le poids de toutes les tempêtes qui passent / Ou destinée à s’effondrer dans la terre même »… « Quand la terre s’est tassée et que l’herbe a poussé / Quand la pierre est usée par le temps, si on peut la voir / Qu’on puisse lire qu’il a trouvé sa place » (For a little while my life was in reverse, or standing still / Like a broken statue left to bear the weight of all the passing storms / Or destined to break down into the very earth…When the dirt has settled and the grass has grown / When the stone is weathered, if you can see / May it read he found his place). Ce ne sont pas les songeries subtilement poétiques de quelqu’un qui a trouvé le bonheur dans la vie, mais plutôt de quelqu’un qui est déprimé – qui souffre, même – et qui cherche une issue. C’est une histoire morne, pleine d’autodérision et souvent morbide qui exige l’attention de son public.

Un tel investissement émotionnel est rendu facile sur des morceaux comme « The Fall ». Sur un mur discordant de batteries et de guitares électriques, Capuano confesse : « J’ai développé une dépendance à l’idée que j’étais irrécupérable » (I grew addicted to the thought that I was flawed beyond repair), avant de se battre désespérément contre le désespoir total : « Si tout ce que je vaux, ce sont les fois où j’ai échoué, je préfère décevoir plutôt que de retrouver mon chemin vers le bas » (The fall was worse than hitting the ground…If all I’m worth are the times I’ve failed, I’d rather disappoint than find my way back down there). Avec des voix supplémentaires fournies par Nathan Hussey de All Get Out – qui a également produit l’ensemble de l’album – c’est sans conteste l’un des moments les plus poignants de The Ground Beneath Me. Un autre morceau qui tire sur la corde sensible est « Twenty Roses », une ballade acoustique délicate qui sert d’ode sincère à la mort d’un être cher. Sur le plan lyrique, elle fait écho à « Hear You Me » de Jimmy Eat World en exprimant le regret de ne pas avoir eu l’occasion de remercier quelqu’un pour son impact éternel. Avec son magnifique jeu de guitare acoustique, elle contribue à rompre l’esthétique emo-rock de l’album tout en ajoutant un sentiment de beauté réfléchie à la vie du défunt. Il ne s’agit que de deux exemples, mais des récits tout aussi puissants se retrouvent tout au long de l’album.

Au milieu des accents lugubres et angoissants de The Ground Beneath Me, il peut être facile de manquer les lueurs occasionnelles de lumière.  « What You See » ressemble à l’ultime triomphe sur le rejet et l’isolement, changeant brusquement de tempo à mi-parcours tout en se transformant rapidement en un crescendo euphorique – avec des voix supplémentaires de John Nolan – qui défie toute caractérisation erronée : « L’histoire est toujours racontée, une autre fois, d’une autre manière… Je ne suis pas seulement ce que vous dites » (The tale is always told, a different time another way…I am not just what you say). L’avant-dernier morceau,  » Navigator « , va au-delà de la misère actuelle pour se demander si l’herbe est réellement plus verte de l’autre côté, ou si le bonheur n’est qu’un état d’existence stérilisé : « Je ne peux pas m’imaginer vivre en paix / Peut-être que j’aimerais ça… ou que j’ai l’impression de manquer quelque chose » ( Can’t imagine living peacefully / Maybe I’d love it…or feel I’m missing out ). Cela peut sembler une façon étrange de voir les choses, mais il y a un sentiment de revigoration qui vient en embrassant vos réalisations les plus sombres et en les utilisant comme motivation pour vivre vraiment. Ce genre de joyaux lyriques doit être recherché, mais ils sont certainement là – preuve que The Ground Beneath Me n’est pas seulement une destination inévitable quand on meurt, mais aussi un endroit où se tenir et sentir sa valeur.

Pourtant, ce morceau parle surtout du voyage qui mène à ce genre de prise de conscience – et de la reconnaissance du fait que ce ne sera pas toujours facile. Tailored Lie « , bien qu’il possède l’une des mélodies les plus mémorables de l’album, met en lumière la façon dont la dépression peut faire en sorte que la simple survie semble être un objectif futile :  » Un autre jour, une autre nuit / Où ma putain de tête ne me laisse pas vivre cette vie « …  » J’ai trop peur de m’en sortir vivant  » (Another day another night / Where my fucking head won’t let me live this life…I’m too scared to make it out alive.) Le dernier morceau, « Just A Shadow », ne laisse rien sur la table, Capuano délivrant quelques-uns de ses cris et hurlements les plus féroces, associés à l’image obsédante d’un sentiment d’identité et de valeur globale en déclin : « Je ne suis que l’ombre de mon meilleur / Un fantôme qui aspire à une touche de réel (I ’m just a shadow of my better / A ghost just yearning for a touch of something real). C’est un rappel absolument écrasant, mais il nous laisse une raison de continuer à aller de l’avant, de mettre un pied devant l’autre si ce n’est pour continuer à être : « Je me dois d’essayer » (I owe it to myself to try).

Au moment où The Ground Beneath Me se termine, on a l’impression qu’il y a encore beaucoup à déballer – mais c’est une bonne chose. Chaque écoute successive révèle une nouvelle profondeur, qu’il s’agisse d’un riff de guitare subtilement accrocheur qui est passé inaperçu la première fois ou d’un couplet dont le sens s’est enfin cristallisé. Il s’agit de l’album le plus émouvant et le plus complexe du groupe jusqu’à présent, et ils n’ont jamais eu un tel impact ou une telle confiance dans l’exécution de leur art. Bien sûr, ils pourraient expérimenter davantage et embellir/améliorer leur son afin de briser certains des stéréotypes emo-rock trop évidents qu’ils embrassent si volontiers, mais pour tout ce que The Ground Beneath Me vise à être, il l’est. Le temps nous dira si cet album sera le couronnement de Out of Service, mais le fait qu’il y ait encore des pistes d’amélioration signifie quele groupe pourrait bien ne faire qu’effleurer la surface de ses capacités. Si c’est le cas, alors jnous sommes prêts à les suivre sur le long terme.

****1/2