No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Persian Empire: « About//Blank »

Il serait vain de dénicher des références chez un artiste dont la phraséologie est faite de groove de jazz et dehip-hop. L’artiste allemand Sam Khatam alias Persian Empire ajuste album après album des de samples qu’il superpose et assemble avec minutie.

Avec About/Blank pourtant lespace persoonel de Sam Khatam s’emploie à les dynamiter en faiant alterner tempos et ambiances.

Avec élégane et subtilité, Prsian Emire se gorge de climats chaloupés et de sonorités presque matérielles et organiques. Rythmiques en mid-tempo, climats ensoleillés ; 20 minutes à savourer avant que le temps ne se gâte et que l’univers n’obscurcisse l’horizon.

***1/2

14 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Tom Adams: « Particles »

Un travail de composition toujours aussi intéressant pour le musicien canadien Tom Adams qui signe avec ce « Particles » un point de rencontre entre travail au piano classique et musique électronique à tendance ambient. Si certains lui reprocherons peut être une certaine monotonie, on est pas tous fait pour écouter ce genre de  musique, les autres apprécierons ces variations spatiale et infinies tout comme ses ambiances de voyages à travers l’immensité.

Porté par de triste notes de piano, imbibé et mélancolique, Particles s’écoute d’une traite, sa durée de trente minutes en fait un compagnon idéal dans la lecture des romans de Laurent Genefort, Alain Damasio ou James S. A. Corey. Un album peut être anecdotique mais qui vaut bien qu’on s’y arrête, ne serait ce qu’une fois.

***

13 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Rob Burger: « The Grid »

Voilà un disque qui rappellera les errances du groupe comme Arandel, dans l’esprit comme dans la forme. On est, en effet, face à un album voyageur, unique dans le style. Alliant composition néo classique, utilisations de synthés en plages brumeuses, piano triste et ambiance de paysage extra terrestre.

Un opus foutraque mais de bon goût, un disque qui se permet de partir dans tout les sens malgré un fil rouge qui permet d’amples largesses. Mais avant tout un disque univers dans lequel on plonge et replonge bien volontiers, ne serait ce parce qu’aujourd’hui, rien ne sonne comme la musique de Rob Burger.: « The Grid »

***1/2

13 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Ahio: « Outlands »

Ahio est un intéressant duo de compositeurs/musiciens venu de Finlnde qui s’amuse  à mélanger la musique électronique de chez eux (entendez par là, quelques chose d’assez froid, lent et contemplatif) avec des sonorité venue d’Afrique , mixés à des bruits de machines, dans des boucles obsédantes. Mais le résumé ne rend pas honneur  à un disque qui est une curiosité musicale.

Une rythmique machinique étrange semble soutenir l’album, comme les ronflement d’un moteur, ou le cadencement d’une machine outil. Pourtant, derrière, c’est bien de longue plages de synthé, organique, qui façonne le reste des morceaux.  Cette dualité est présente durant tout l’album ou presque, obligeant l’auditeur à prendre son mal en patience, à écouter attentivement la musique pour y déceler tout ce qui s’y cache, à savoir un univers. Alors simple album ? musique de film ? De jeu vidéo ? C’est un peu tout à la fois, et plus encore.

***

12 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Holy Similaun: « Hegenrax »

De son passé punk, Alberto Bertelli alias Holy Similaun a gardé l’attitude, celle de faire comme bon lui semble et de créer un univers loin des standards.

Avec Hegenrax, il allie percussions déstructurées sur « Expell » pour bifurquer par la suite vers des contrées nues, où le classicisme de « R-E-S » vient clore en beauté son quatre titres.

Adoubé par Aphex Twin qui a intégré ses tracks dans ses DJ sets, Holy Similaun n’est pas sans évoquer un mélange de Lotic et de Arca, dont les atmosphères abstraites s’élèvent de terre, pour s’enfoncer dans des suaires maculés du rêve de machines, cherchant à se muer en être de chair et de sang.

***

10 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Anzio Green: « Lygan »

Après un premier album en 2008, Anzio Green, avait récidivé avec A Day Without Distance, paru cinq ans plus tard. Alors qu’une nouvelle période assez longue vient de s’écouler, les Londoniens reviennent avec un troisième opus, nouvel exemple d’une approche commune pertinente et fondée. De fait, comme on l’indiquait il y a plus de dix ans, Anzio Green n’est pas uniquement un moyen pour Wil Bolton et Mark Streatfield de se retrouver et de confronter leurs savoir-faire personnels, mais plutôt de développer un propos propre à ce duo.

C’est ainsi qu’entre ambient légèrement torturée et introduction de notes un peu ouatées, les Anglais délivrent cinquante-cinq minutes intéressantes, réparties sur cinq morceaux avec une inscription avérée dans la durée, dispositif à même de goûter l’évolution de chaque titre et l’introduction des nouveaux éléments.

Qu’elles viennent du clavier ou de la guitare, les courtes strophes mélodiques interviennent ainsi toujours en contrepoint des nappes et accords de synthé plus appuyées, comme pour ne jamais verser complètement dans la noirceur.

Dans ce contexte, même les explosions apparaissent comme contenues et maîtrisées tandis que les pulsations sourdes emmènent l’electronica-dub de « Bright River » vers quelque chose de très alangui. Si Lygan ne décolle jamais complètement, ni n’impressionne suffisamment, il constitue assurément un ouvrage consistant, occasion de donner, tous les cinq ou six ans, des nouvelles de ce duo cohérent.

***

9 juillet 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire

Wabi Experience: « Wabi Experience »

Association des artistes tchèques Tomislav Federsel et Jára Tarnovski (Gurun Gurun), Wabi Experience décrit cet album comme une série de remixes de chansons de l’artiste country Wabi Daněk (décédé en 2017), sans que l’on puisse déceler la moindre trace apparente des titres originaux.

Il aura fallu 17 ans pour que l’album aboutisse. Une éternité à couper, coller, déconstruire et composer 11 titres à la beauté ensorcelante, electronica volante chargée d’effluves industrielles et de basses profondes, de matière insaisissable et d’expérimentations tournoyantes, de grésillements souterrains et de décharges électrifiantes.

Wabi Experience est la déformation d’un matériel brut, disparaissant sous les mains de sorciers désirant inventer un langage hérité d’une idole. Un voyage dense dans un dark ambient aux couches superposées, matière en fusion glissant sur une tôle martelée, construit autour de loops haletants aux mélodies rampantes, hérissées de bruissements glaciaux et de craquements fiévreux.

***

7 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

DJ Haram: « Grace »

Découverte via le projet 700 Bliss aux cotés de Moor Mother, Zubeyda Muzeyyen alias DJ Haram propose un concentré d’expérimentations qui voient s’entrechoquer culture moyen-orientales et technologie occidentale, le tout sonnant résolument organique, de par l’utilisation de darboukas, flutes et percussions diverses.

Pour un premier album, l’artiste originaire de Philadelphie, installe les bases d’un travail redoutablement efficace, axé autour de l’énergie dégagée par l’accumulation de rythmiques aux contorsions guerrières, appuyées par des synthés surfant sur vagues bruitistes en arrière plan.

Puisant son inspiration dans les djinns, créatures issues de la culture musulmane et de monstres surgies de sa propre imagination, DJ Haram propose avec Grace, un album qui voit s’affronter des forces luttant pour l’instauration d’un équilibre précaire, pris entre les affres terrestres et des cieux au borde de la rupture. Intense.

***1/2

6 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Hania Rani: « Esja »

Un premier album comme Esja se célèbre. Fluide, harmonieux, très intuitif, il nous habite aussitôt — et, après, il se fait aussi insistant qu’un aimant. C’est d’autant plus étonnant que la musicienne polonaise Hania Rani, une habituée des projets et des collaborations, n’avait pas prévu de produire un album solo, pas plus que de le consacrer au piano. Mais ses bases en musique, classiques, se sont naturellement imposées. Esja incarne ainsi pour la jeune compositrice une étude de ce qui la fascine et la constitue — les sons, les harmonies, leur langage capable de traduire une partie du monde.

Enregistrées à la fois dans un studio en Islande et dans son appartement de Varsovie, ces dix plages sont un ravissement de rythmes et de climats ; leur rondeur grave rappelle parfois Nils Frahm, les séquences répétées ont un écho de Max Richter. En mêlant une organisation serrée et une liberté de mouvement, Hania Rani exprime brillamment la tragédie, la résilience, la volupté, parfois dans un même morceau (« Eden »). Que sa main ne perde jamais cette grâce.

****

5 juillet 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | , | Laisser un commentaire

Thom Yorke: « Anima »

Sur l’album Anima comme dans le court métrage signé Paul Thomas Anderson qui en accompagne la sortie, on reconnaît un thème récurrent de l’oeuvre solo de Thom Yorke et de Radiohead : la sensation de vivre à demi éveillé dans une société aliénée par les technologies et le travail, sensation rehaussée par les teintes métalliques, froides et anesthésiantes des synthétiseurs qui dominent, encore, le son de son troisième album.

Ce que Yorke et son complice co-compositeur et coréalisateur Nigel Goodrich sont parvenus à accomplir, c’est à se rapprocher de l’auditeur avec un disque aux formes nettement plus stables et cohérentes, tant sur le plan des mélodies, moins diffuses et étriquées que sur ses précédents albums, que sur le plan rythmique : l’évanescente « Twist « qui s’envole pendant sept minutes sur un délicat house saccadé, suivie par la poignante mélopée ambient « Dawn Chorus », le techno rampant de la mémorable « Not the News » — un des sommets du disque — ou la ligne de basse, quasi funk, de la sinueuse « Impossible Knots ». À écouter et entendre comme cela se doit de l’être.

***1/2

29 juin 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire