Lotus: « Free Swim »

20 décembre 2020

Free Swim est le titre parfait pour le nouvel album de cet excitant groupe de jam-sessionsqu’est Lotus ; en effet chacune de leurs chansons est très énergique et elle donne à l’auditeur l’impression de se mouvoir sans fin dans une vague d’adrénaline den sessions improvisées.

L’album commence avec les vibrations disco-plage de « Catacombs », qui se caractérise par des synthétiseurs éclatants et un rythme de batterie régulier. L’effet d’aigus sur la guitare solo ajoute une sensation de douceur à la jam dans l’ambiance sableuse. Sur la deuxième piste, « Turtlehead », le rythme ralentit juste assez pour donner un groove doux et envoûtant. Cette chanson tire son énergie de danse des synthés intenses.

La piste suivante, le morceau-titre, continue d’ajouter une touche de jammy et de groove à l’album alors que « Sepia Rainbow », qui suit calme l’ambiance de l’album avec des rythmes et des mélodies hypnotisants à la guitare solo. Avec « One-Eyed Jones », les synthés atteignent leur niveau maximum, ce qui fera danser tous les fans d’une chanson qui comporte également des éléments de leur style de jam jazz.

L’énergie est captée par un rythme de batterie plus rapide sur « Bjorn Gets A Haircut ». Une grande partie de la musique de Lotus apparaît probablement sur les playlists d’entraînement de beaucoup de leurs fans, car l’énergie et l’élan qu’elle génère se conforme parfaitement à de tels standards. « Straight Blade » transcendera les auditeurs tandis que « Earl of Grey » apporte un soulagement relaxant et un rythme plus lent pour rompre avec l’énergie qui se propage rapidement.

« Snake Island » va permetre à lqui l’écoute de retrouver des éléments de l’ambiance du Moyen-Orient dans les solos de guitare et lalbum s’achèvera sur une ambiance de jammy spatial avec « Land of the Lush », une chanson qui crée un état d’esprit paisible pour terminer l’album sur une ambiance sereine. Bien que vous ne puissiez pas voir cette incroyable énergie live depuis un certain temps déjà en raison de la pandémie, cette nouvelle fournée d’enregistrements en studio et de danse à la maison devra faire l’affaire tant elle est au diapason de ses ambitions.

***1/2


El-P x Leonis: « I’ll Sleep When You’re Dead Remix »

29 mai 2019

Décidément Leonis n’a pas froid aux yeux ! S’il nous avait emballé l’année dernière avec son album Europa, on était en droit de s’interroger sur son nouveau projet, reprendre le chef-d’oeuvre I’ll Sleep When You’re Dead d’ EI-P, sorti en 2007 et d’en livrer une relecture complètement débridée.

Avant de chroniquer cette expérience, je me suis replongé dans l’original, histoire de me le remettre entre les oreilles et de m’en imprégner, de ressentir les vrombissements du génial MC américain, appuyé par un fond sonore rythmique aux allures de rouleau compresseur, enrobé d’urbanité suintante.

Avec I’ll Sleep WhenYou’re Dead Remix, Leonis garde la voix d EI-P et lui offre un nouvel écrin, où les tempos se fond moins lourds, gagnant en légèreté sans perdre en efficacité, pouvant même se targuer d’emmener Habeas Corpses (Draconian Love) sur des terres funky au groove lumineux.

Leonis développe sur chaque plage une approche pleine de subtilité et d’intelligence, agençant les samples avec un talent qui met le smile, transformant un classique en autre classique, jouant avec les clins d’oeil à la culture noire américaine, juxtaposant les styles, un peu de sixties italien par-ci et de groove seventies, de touches jazzy et de psychédélisme, le tout habillé de rythmiques flirtant avec une certaine tradition old-school.

Un album au travail époustouflant, qui confirme que le hip hop peut se construire en empruntant dans tous les genres sans exception, pour qui sait manier le samples avec brio, à l’image du nouvel opus de Leonis. Vital.

****