No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Du Blonde: « Lung Bread For Daddy »

A la suite de son second album Welcome Back To Milk (le premier sous le pseudonyme Du Blonde) Beth Jeans Houghton s’est centrée sur lson travail d’llustratrice et elle ne revient que quatre ans plus tard avec un opus autoproduit, Lung Bread For Daddy.
Tout aussi enragé que son prédécesseur mais agrémenté d’une finesse aussi bien dans ses textes que ses arrangements, Lung Bread For Daddy est un ensemble de morceaux rock, flirtant avec la pop (« Angel », « Take Out Chicken »), alors que son « debut album » Welcome Back To Milk était, lui ,relativement brut de décoffrage. On aura, toutefois, droit en fin d’album à deux titres plus posés, « Days Like These » et « On The Radio »,

sur lesquels l’Anglaise n’oubliera pas d’apposer quelques riffs bien sentis à la six cordes.

Des compositions comme « Buddy » et « RBY » offreront, comme pour agréger les deux influences, des mélodies qui alternent entre comptines tendres et moments punk magnifiés par qa voix éraillée. La chanteuse sait, d’ailleurs, très bien contrebalancer ces différentes tonalités, jouant les montagnes russes sur une bonne partie du disque. À son électricité viendont ainsi se mêler différents instruments plus classiques tels que le piano, permettant de mettre plus encore en avant les talents de songwriting de l’artiste.


Hormis « Holiday Resort » qui restera sur un fil tendu, la plupart des chansons se concluent sur des distorsions de guitares et des cris féroces, à commencer par le morceau d’ouverture « Coffee Machine ».

« Peach Meat » se révèlera comme le morceau le plus schizophrénique de toutes, passant de somptueux couplets a capella à du solo de guitare dissonant et incompressible, avant de se conclure sur une atmosphère cinématographique du plus bel effet.

La sensation générale sera donc d’être confronté à un disque entre dissonance revendiquée et ambiances beaucoup plus tempérées. Sachant que l’artiste souffre, depuis plusieurs années, de psoblèmes de santé d’esprit, on comprendra et on acceptera cette instabilité complexe, déroutante mais singuièrement bouleversante pour nous affecter.

***1/2

24 février 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire