Monolord: « Your Time To Shine »

26 décembre 2021

Voici donc Monolord. Cinq albums, un groupe à part entière, et, sutout, un combo phénoménal. D’une certaine manière, ils sont toujours le même groupe qui nous a soumis avec Empress Rising et ses 12 minutes épiques de fuzz et de riffologie, mais il est clair qu’ils ont continué à élargir les horizons du doom.

Sans vouloir jouer les Nostradamus, on atoujours eu l’impression que Monolord était plus intelligent que ne le laissait supposer son adoration initiale du riff. Peut-être était-ce dû aux chansons déplorant la destruction de l’environnement, entrecoupées de l’habituelle morosité fantasmagorique que l’on attend du doom. Peut-être était-ce dû à leurs interviews dans lesquelles ils parlaient de leur amour des animaux – et de leur opposition à leur consommation. Ou peut-être est-ce le batteur, Esben Willems, qui compare la durée idéale d’une tournée à une course de vélo. C’est logique : les deux sont épuisants, et il s’ensuit sûrement que trois semaines sur la route est l’optimum quand on est dans une camionnette et qu’on traverse l’Europe, parce que cela a été prouvé pendant des décennies par des gens qui faisaient le tour de la France en vélo.

En fait, je sais ce qui distingue Monolord : Le T-shirt « Satanic Feminist » de Willems, qui figurait en bonne place sur les photos de promotion de No Comfort, et la façon dont les fans abrutis se sont mis en colère à sa vue. (Une parenthèse, dont je suis sûr que vous êtes déjà conscient : un plaidoyer pour l’égalité, ce que l’on pourrait interpréter comme un homme portant un T-shirt qui crie « feminist », ne signifie pas que le segment dominant de la communauté est rendu moins comparable. Cela signifie simplement que le segment opprimé est plus proche de devenir un autre alter ego.

Quoi qu’il en soit, cet album est une preuve supplémentaire que Monolord est plus que la somme de ses riffs. C’est de loin leur album le plus court, mais il est nettement plus introspectif que la plupart de leurs précédents travaux. Et dans la chanson titre, il apparaît que quelque part, au moins un membre du groupe a été à proximité d’une rupture déchirante. Ne vous méprenez pas, il y a toujours plus qu’assez de fuzz et de riffs pour satisfaire les fans qui pensent qu’ils auraient dû s’en tenir à l’implacable répétition d’Empress. Mais il y a une plus grande gamme de dynamiques et – voici un mot que vous n’entendez pas souvent quand il s’agit de doom – de la subtilité en jeu ici.

Et ce disque met en évidence, plus que tout autre album de Monolord, la cohésion du groupe en tant qu’entité unique : un mono-lord du doom, si vous voulez. Mika Hakki, Willems et Thomas Jäger jouent comme un seul homme. Prenez par exemple l’outro longue et atmosphérique de « To Each Their Own ». Le martèlement du tom-tom de Willems complète le grondement plus bas que le ventre d’un serpent de la basse de Hakki. Et Jäger est libre de suivre la basse avec un fantastique fuzz ou de s’élever au-dessus avec un solo chargé d’effets de chorus. Et il fait les deux. Tout se tient, sans que personne ne cherche à surpasser ou à alourdir ses camarades de groupe. Il n’y a pas d’excès, ni de soupçon d’egos se battant pour l’attention de l’auditeur.

L’album commence avec « The Weary » », en territoire assez familier, avec les trois membres qui matraquent comme un concasseur de gravier. Le V volant de Jäger laisse échapper un grincement, puis la chanson commence proprement, le chant du guitariste sonnant plus clair et plus mélodique qu’il ne l’a jamais fait. L’amélioration de la qualité des chansons au cours des trois derniers albums a été incroyable – et « The Weary » »en est la preuve. Oui, c’est lent, lunatique et malveillant, mais en même temps très entraînant.

Les deux chansons suivantes, «  To Each Their Own » et « I’ll be Damned » sont également des offrandes de grande qualité au Temple du Riff – la première est mélancolique et mélodique, avec des moments de calme presque doux, où la voix de Jäger n’est accompagnée que de sa propre guitare dans les couplets, avant que le reste du groupe n’intervienne avec un riff en montagnes russes pour le refrain. Et cette outro : elle vous fera réfléchir à vos choix de vie (dans le bon sens du terme). Cette dernière comporte une double grosse caisse et une ligne vocale robotique, avant que les choses ne s’étirent à la manière de Monolord.

La deuxième face est celle où les choses deviennent vraiment avant-gardistes. La chanson titre commence avec Jäger qui joue le riff d’ouverture comme s’il était au fond d’un puits. Puis le morceau proprement dit se met en marche – et il est massif. Huit minutes de fuzz glacial, avec des paroles qui poussent à la réflexion, suivies d’une longue outro qui met en valeur la basse de Hakki et se situe à cheval entre le doom et le dub reggae.

Et si cela vous détend, le dernier morceau, « The Siren of Yersinia », vous réveillera en sursaut, s’écrasant sur vos oreilles comme un sac de briques. Les couplets sont plus calmes, mais attendez : le refrain est d’un volume satisfaisant et aura la propension à s’enfoncer dans votre cerveau et à refuser de le quitter. La chanson elle-même est ce qui se rapproche le plus du fait que Monolord aborde l’isolement et la paranoïa de 2020-21. La Yersinia est une bactérie qui est l’agent causal de la peste. Alors quand Jager hurle « J’entends les sirènes de Yersinia, j’ai besoin de ta mort pour me libérer. J’entends le silence de nos millions, je sens la maladie respirer en moi » (I hear the sirens of Yersinia, I need your death to set me free. I hear the silence of our millions, I feel the sickness breathe in me), dans une mélodie qui donne la chair de poule, vous savez qu’ils ne plaisantent pas.

Parce que c’est Monolord, à part entière et après cinq albums. Vous voulez de l’intelligence et de la réflexion dans vos riffs ? Vous avez tout cela ici.

****