No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Adam Coney: « Pavilion »

Il y a quelque chose de touchant dans la musique d’Adam Coney, de par sa capacité à créer des ambiances ondoyantes et nuageuses traversées de dangers grondants.

Son deuxième album, Pavilion, développe une écriture et un langage qui lui sont proches, pris entre dark ambient orageux et accalmies circulaires. Adam Coney compose des titres aux allures de mantra pris de spasmes, toussant et crachant des mélodies s’arrachant d’une terre labourée à la force des mains, pour atteindre des cieux entrouverts par la tourmente d’une âme perdue dans le monde des hommes.

Adam Coney livre un opus surprenant, alternant vacillements et affirmation de soi, sauts dans le vide et escalade vers des cimes vertigineuses, donnant naissance à des titres chargés d’émotions à fleur de peau et d’émerveillement devant l’inattendu, croisant le chemin d’Arthur Russell et certaines oeuvres de Bill Frisell. Délicieusement audacieux.

***1/2

9 mai 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire

Rune Clausen: « Tones Jul »

Le Norvégien Rune Clausen crée un monde qui doit lui ressembler, habité de spectres et de fantômes, de contes et de légendes sombres. Un monde issu d’une nature inquiétante, mais accueillante pour qui sait naviguer entre ses branches et ses ramures, armatures boisées laissant pénétrer les lumières de solstices lunaires.

Tones Jul résonne comme la bande-son de citoyens déchus mis au ban de nos villes, écorchés par la vie et blessés par l’existence. Un album qui ne ressemble à rien d’autre qu’à un visage sans reflet devant un miroir sans tain.

Les drones et les voix forment un ensemble harmonieux aux pulsations envoutantes, sorts jetés à ceux qui prennent le temps de s’immerger sous des couches de terre pour devenir à nouveau, des animaux guidés par leur seul instinct.

Dark ambient aux allures de sortilège, l’album de Rune Clausen est avant tout une oeuvre majuscule, un opéra cosmique dédié à ce qui fait de nous ce que nous sommes: des êtres de chair et de sang, dotés d’émotion et de perception. Un opus naturaliste à l’attraction physique sereine. Sublime !

****

3 avril 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire

David Terry & Eye Spirit: « The White Horse Of The Sun »

The White Horse Of The Sun est une échappée céleste vers des terres embrasées par une chaleur suffocante, un combat entre forces obscures et guerriers lumineux.

En quatre titres, de presque 30 minutes chacun, David Terry armé de son accordéon, croise ses notes avec le violoncelle et les vocaux de Eye Spirit, pour une communion de forces drones dévalant sur les pentes d’une musique folklorique échappée des entrailles de mondes en fusion.

Les titres ressemblent à de longues liturgies, odes aux temps qui s’effondrent et laissent un vide immense derrière eux. Les voix apportent une impression de fugacité délétère et de flottement étrange, invocation fragile à l’existence prise dans des limbes nuageuses et recouverte d’un voile mortuaire.

The White Horse Of The Sun est un album à la beauté romantique, emprunt de mélancolie fragile et de tristesse profonde. Très chaudement recommandé.

****

14 mars 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire

Siavash Amini & Matt Finney: « Second Shift »

Pour leur troisième album collaboratif continuent leur exploration d’un dark ambient gorgé de saturations noise. Second Shift est un opus hanté de résonances post-apocalyptiques et de beauté vouée à disparaitre, de violence crue et de douceur vaporeuse cachée dans des profondeurs indicibles.

Oppressant tout en restant évanescent, Second Shift est le messager de la tourmente en approche, quatre titres à l’intensité cannibale, prenant nos sens en otage pour les laminer de mélancolie future et de présent à venir.

Siavash Amini et Matt Finney flirtent avec une certaine idée de Dieu et de la mystique, d’un divin impalpable à l’immédiateté trépidante. Peu d’album réussissent la prouesse de manier avec une telle force, des éléments aux forces contradictoires, capables de donner vie à une entité musicale proche de l’expérience surnaturelle.

Le duo enflamme l’espace pour virer quantique, broyant ses ailes pour renaitre de ses cendres. Un album aux allures de chakra, composé par des shamans connectés avec le cosmique. Transcendantal.

***1/12

25 janvier 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire