Aidan Baker & Gareth Davis: « invisible cities ii »

31 mars 2020

Aidan Baker (guitare, batterie), et le clarinettiste basse Gareth Davis poursuivent leur fructueuse collaboration avec invisible cities ii – cinq nouveaux morceaux de jazz ambient /chambrer jazz / et drones subtils d’une qualité hautement méditative. 

Il y a deux ans, le guitariste canadien Aidan Baker et le clarinettiste belge Gareth Davis ont sorti leur premier duo invisible cities qui en a surpris plus d’un par sa qualité calme, voire méditative. davis s’était fait un nom dans de nombreux domaines, du post-trock de a-sun amissa ou oiseaux-tempête, à la nouvelle musique (peter ablinger, bernhard lang), en passant par l’expérimentation avec des instruments tels que elliott sharp, merzbow ou scanner, tandis que baker est surtout connu pour son duo drone / postmétal nadja, mais ce n’est qu’un des nombreux projets en cours (e. g.b/b/s avec andrea belfi et erik skodvin aka svarte greiner) et une multitude d’albums solo.

Sur invisible cities, le duo a exploré le côté plus calme des choses – du jazz de chambre à l’ambient / drone, en donnant beaucoup d’espace et d’air à respirer à leur instrument respectif. des dones de guitare subtils, des sons de clarinette sonores, un paysage sonore de tranquillité et d’introspection méditative – tout cela, vous le trouverez également sur le nouvel album invisible cities ii qui est une continuation et un raffinement accomplis du premier effort de collaboration du duo à partir de 2018. enregistré entre 2018 et 2019 à Berlin et Amsterdam, masterisé et édité à Berlin par Kassian Troyer.

***


The Saxophones: « Eternity Bay »

8 mars 2020

Alexi Erenkov a commencé comme étudiant en jazz, mais il s’est tourné vers l’écriture de chansons à la guitare dans le but de s’exprimer davantage. Pour dire les choses simplement, il a trouvé cette nouvelle approche plus libératrice que de travailler sur des arrangements pour Big Band. Il est donc intéressant de rappeler que les guitares étaient simplement tolérées et plutôt enfouies dans la section rythmique à l’époque de l’apogée du Big Band, jusqu’à ce que des gens comme Charlie Christian contribuent à changer tout cela.

Le nouveau projet d’Erenkov, The Saxophones, a vu le jour en 2018 avec son premier album Songs Of The Saxophones, une vision presque fantasque de la pop des années 1950 et du jazz de la côte ouest. Intime et sournoisement trippant, il annonce Erenkov comme un artisan sérieux ayant un penchant pour la nostalgie musicale. Il a également déclaré que le facteur le plus important dans le choix des membres du groupe était l’amour, ce qui pourrait expliquer pourquoi sa femme Alison Alderdice joue de la batterie pour ce duo basé à Oakland. L’amour sous ses différentes formes semble également être au cœur d’Eternity Bay, la deuxième sortie du groupe, écrite après que le couple ait eu son premier enfant et en ait anticipé un autre.

Cette fois-ci, les chansons sont plus ensoleillées, car le lounge et le jazz rencontrent la pop italienne des années 1970 dans une ambiance de surf. Ajoutez un peu de mambo, de popcorn et de guitare bebop, peut-être un peu de torche de Memphis et de twang aussi. De surcroît, des nuances d’Astrud Gilberto, Donald Fagen, Michael Naura, Paul Desmond avec Jim Hall, Cal Tjader et le quintet exotique de Göteborg Ìxtahuele. Si tout cela ressemble à un mélange de musique, sachez qu’Erenkov utilise des jeux d’esprit lyriques. La surface calmé de l’album dissimule des émotions rocailleuses. « La vie est courte, mais il faut tellement de temps pour expliquer mon point de vue » (Life is short, but it takes so long to explain my point of view), soupire-t-il sur le morceau d’ouverture, « Lamplighter », au son d’un saxophone lent et sexy et des guitares maigres.

La voix séduisante d’Erenkov se laisse souvent aller et venir comme s’il revenait d’un étourdissement. « Dans « New Taboo », il chante avec un sourire complice : « Je cherche à découvrir un nouveau tabou/ Tu sais ce que je ne devrais pas faire ? » (‘m looking to uncover a new taboo/Do you know anything I shouldn’t do?) Le souffle d’une flûte holistique dans le refrain de la chanson se répand également sur « Forgot My Mantra », dans un brouillard de guitare. « Take My Fantasy » est un morceau de bossa aux harmonies riches en échos, tandis que « Anymore » est un mélange polynésien de spirales de guitare et de bois. La brève méditation « Zendo » s’enfoncera dans un tourbillon spirituel et « Flower Spirit » atteindra un rayonnement presque surnaturel, avant que « Living In Myth » ne s’épanouisse dans une étincelante réverbération de guitare et la précision du saxophone d’Erenkov. L’énergique « You Fool » porte de jolies couleurs psychiques, le morceau-titre faisant écho au blues loungey de l’album précédent. Dans un tourbillon de réflexions, la chanson cherche à exprimer notre empathie pour nos regrets sans fin : « Pensez à la différence que vous pourriez faire/au lieu de toutes vos petites erreurs/je sais que vous vouliez être tellement plus/vous voyez maintenant à quoi a servi tout ce temps » (Think of the difference you could make/Instead of all your small mistakes/I know you wanted to be so much more/Now you see what all that time was for).

Dans ces sillons de joie, il y aura beaucoup de contemplation profonde sur les relations humaines. Eternity Bay n’est peut-être pas la bande-son du paradis qu’on pourrait croire au premier abord, mais cet album est clairement un triomphe stylistique.

****


Aidan Baker & Gareth Davis: « Invisible Cities II »

1 février 2020

Aidan Baker (Nadja) et le clarinettiste basse Gareth Davis poursuivent leur fructueuse collaboration avec Invisible cities II – cinq nouveaux morceaux de jazz (ambiant et de chambre) fait de subtils drones d’une qualité qui force à la concentration. 

Il y a deux ans, le guitariste canadien Aidan Baker et le clarinettiste belge Gareth Davis ont sorti leur premier duo invisible cities qui en a surpris plus d’un par sa qualité calme, voire méditative. davis s’était fait un nom dans de nombreux domaines, du post-trock de a-sun amissa ou oiseaux-tempête, de la nouvelle musique (peter ablinger, bernhard lang), en passant par l’expérimentation avec des musiciens allant de elliott sharp, merzbow à scanner, tandis que baker est surtout connu pour son duo drone / postmétal, mais ce n’est qu’un des nombreux projets en cours (e.g.b/b/s avec andrea belfi et erik skodvin aka svarte greiner) et une multitude d’albums solo.

Sur invisible cities, le duo a exploré le côté plus calme des choses – du jazz de chambre à l’ambient / dron en donnant beaucoup d’espace et d’air à respirer à leur instrument respectif. Des drones de guitare subtils, des sons de clarinette sonores, un paysage sonore de tranquillité et d’introspection méditative – tout cela,on le trouvera trouverez aussi sur le Invisible cities II qui est une continuation et un raffinement accomplis du premier effort de collaboration du duo à partir de 2018, un effort qui frôle l’universel et l’envoûtant.

***1/2