Sylvaine: « Nova »

31 mars 2022

Il y a quelque chose d’absolument fascinant dans la façon dont de nombreux groupes de blackgaze mélangent les éléments atmosphériques, éthérés et légers avec l’esthétique barbelée et dure du black-metal. Les rythmes endiablés, les guitares trémolos et les cris hargneux font des merveilles en tandem avec les magnifiques paysages sonores ambiants et les chants angéliques, en particulier. Le quatrième album studio, Nova de la multi-instrumentiste norvégienne Kathrine Shepard, qui sortira sous son pseudonyme artistique, Sylvaine via Season of Mist, et cette sortie consolidera sans aucun doute sa place dans le panthéon du métal atmosphérique de ce genre extrême. Le communiqué de presse indique que chaque note de l’album est hantée par une sincérité primitive, et je ne pourrais être plus d’accord. Progressant avec la lenteur et les longs traits du post-rock et de la musique ambiante, la sélection de sept nouvelles chansons de Sylvaine invite l’auditeur à embarquer dans un voyage émotionnel qui oscille entre spiritualité méditative et vulnérabilité brute. D’une certaine manière, les chansons résonnent comme un journal intime. En tant que centrale d’émotions brutes d’une seule femme, Sylvaine demande évidemment à être comparée à Myrkur, en particulier à l’album de 2017, Mareridt, mais la nouvelle offre traverse également jusqu’à la taille les mêmes rivages hantés que des groupes tels que Alcest, Ulver et Deafheaven. Sorti à l’heure où le monde semble plonger dans les ténèbres éternelles, une fois de plus, le chant de Shepard au dessus du mur de guitares distordues et oniriques semble particulièrement envoûtant, par moments. Le titre de l’album, par exemple, est un morceau choral chanté dans une langue imaginaire et pourtant, ses voix absurdes à plusieurs niveaux transmettent une émotion authentique qui donne froid dans le dos, sonnant presque comme une sorte de requiem.

Blackgaze est l’un de ces genres musicaux qui bénéficie définitivement de la forme longue des chansons. Par chance, Nova comporte deux chansons de plus de 10 minutes et aucun titre ne descend en dessous de 4 minutes. L’album précédent de Sylvaine, Atoms Aligned, Coming Undone, sorti en 2018, a repoussé les limites sonores de sa signature plutôt énergiquement – et la première longue saga de cette nouvelle publication, intitulée Mono No Aware, est encore plus extrême, un tantinet plus sombre, et recouverte d’un air distinct de mélancolie. C’est l’épopée blackgaze parfaite, en somme. La composition suivante de plus de 10 minutes est le morceau « Fortapt ». Il s’agit d’une épopée de 12 minutes un peu plus introspective, canalisant les vibrations shoegaze et dream-pop de chansons telles que « Autre Temps » d’Alcest, avec quelques remarques black-métal barbelées et des modulations angéliques à la Enya parsemées ici et là.

En parlant de dream-pop, sans sa coda teintée de black-metal, le morceau « I Close My Eyes So I Can See » aurait tout à fait sa place sur un classique des albums shoegaze des années 1990. Les guitares étincelantes résonnent avec l’air subtil de groupes tels que Slowdive et même la batterie syncope d’une manière quelque peu teintée des années 1990. Bien sûr, les diverses résonances vocales de Shephard ajoutent une toute nouvelle couche de mystère, ce qui fait que la chanson défie toute catégorisation trop hâtive. éNowhere, Still Somewhereé partage un courant sous-jacent similaire de type dream-pop qui est rehaussé par la voix multicouche à un degré significatif.

Au lieu de faire appel à des membres de l’élite du folk-métal, Sylvaine présente deux invités surprises sur le dernier morceau, « Everything Must Come to an End ». Les instrumentistes de formation classique, le violoniste Lambert Segura de Saor et le violoncelliste Nostarian aka Patrik Urban, ajoutent une touche cinématographique distincte à la chanson. Avec des mouvements minimalistes, la chanson devient assez énorme pour déplacer des montagnes, un peu comme le dernier morceau, « Time and Space », sur l’album Ma Fleur de The Cinematic Orchestra (2007). Shephard dit elle-même que « la chanson va se manifester de différentes manières, mais la partie principale de la guitare doit être suffisamment solide pour fonctionner émotionnellement par elle-même ». Il est certain que la omposition aurait fonctionné de façon remarquable en tant que morceau composé uniquement de guitare et de voix, mais l’émotion lente évoquée par le violon et le violoncelle élève cette méditation obsédante de 8 minutes à un tout autre niveau.

Le morceau bonus, « Dissolution », revisite les sphères de la dream-pop teintée des années 1990 pendant 6 minutes supplémentaires. Il sert de transition en douceur vers les profondeurs cinématographiques du dernier morceau de l’album. Elle pourrait être utile, surtout si vous écoutez l’album en boucle, car, avouons-le, vous serez tenté de le faire. Selon ses propres mots, « la musique est une tentative d’éviter les mots que nous ne pouvons pas exprimer dans la vie ». Le titre de la nouvelle création de Sylvaine, Nova, dont les paroles sont écrites dans une langue qui n’existe pas, est la preuve que certaines choses sont mieux exprimées par la musique.

****