Billy Bragg: « Tooth & Nail »

23 juin 2013

Trente ans depuis ses débuts et avec la sortie de ce treizième album Billy Bragg sonne toujours impliqué dans ce qui se passe dans le monde moderne. Sa colère a sans doute pris de l’âge mais elle a toujours raison d’être pour celui qui demeure le chanteur de gauche engagé par excellence.

Sis entre ces deux pôles, la revendication et la maturité, Tooth & Nail sera un disque tamisé qui témoignera de l’état plutôt contemplatif de l’artiste vivant désormais à Los Angeles. On n’y trouvera donc pas d’hymnes appelant aux armes mais une utilisation de touches assez légères permettant de faire passer ses messages de manière plus claire.

La voix du chanteur va passer d’un son « twang » country et roots à un style plus américain, sans doute en raison d’une production (Joe Henry) rappelant ses enregistrements avec Wilco. Ces deux éléments concourent ainsi à évoquer une période où, depuis près d’un siècle, le monde n’a toujours pas appris de ses erreurs.

Cette référence chronologique s’exemplifie avec une reprise de Woody Guthrie, « I Ain’t Got No Home », où sa voix se voudra rassurante comme pour comparer un passé qui n’était pas si négatif comparé au tonparticulièrement moroses et prémonitoires dont il use sur «  No One Knows Nothing Any More » (« Que va-t-il se passer si les cours s’effondrent » ? ) ou sur l’ouverture, « January Song » où la pedal-steel larmoyante accompagnera des phrases de type « c’est ici que débute la fin ».

Tout revendicatif qu’il soit, Tooth & Nail ne sera pourtant pas un brûlot. L’atmosphère est, en fait, plutôt chaleureuse ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Sa carrière peut désormais le lui permettre tout comme son statut de résident aux États-Unis facilite un regard plus détaché sur le chaos qui règne dans son propre pays. Bragg est plus souvent ici musicien que prosélyte, rappelant qu’il est aussi compétent dans ce registre que dans l’autre.

C’est ce « crossover » entre compositions politiques et personnelles qui va rendre ce disque intéressant. Quelque part, Tooth & Nail est un album plus « internationaliste » ce qui n’est forcément pas pour déplaire à l’activiste plus ou moins marxiste qu’il est encore.

★★★☆☆