No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Ståle Storløkken: « The Haze Of Sleeplessness »

Connu comme membre de Supersilent et Humcrush, comme pour ses participations aux disques de Frode Haltli ou Arve Henriksen, Ståle Storløkken en vient naturellement à publier un album solo. Et, pour une fois avec cette scène jazz et expérimentale norvégienne réunie autour des labels Hubro et Rune Grammofon, cet album solo en est véritablement un puisque le musicien se charge de tous les instruments : synthétiseur, orgue, piano électrique, mellotron, cymbale, voix et percussions.

Multitâche, Ståle Storløkken n’en profite cependant pas pour se perdre dans quelque chose de trop cérébral et trop autocentré ; au contraire, il profite de chacun des sept morceaux du disque pour aller dans une direction un peu différente : entre rêverie un peu psyché (« Stranded At Red Ice Desert ». « Remember You Loved Ones (In Memory Of My Dear Mother »), « Nitro Valley »), présence de percussions quasi-tintinabulantes (« Orange Drops ») ou encore crépitements expérimentaux croisant des accords traités (le bien nommé « Turbulence »).

Si l’on peut regretter une approche qui, dans l’ensemble, manque peut-être un peu de corps (sans basse, ni batterie, on reste légèrement en surface), le travail sur une forme de rétro-futurisme mâtinée de caractéristiques contemporaines fait son effet. C’est précisément cette volonté de faire dialoguer des accords un peu aériens avec des saturations et roulements, qu’on retrouve par exemple sur « Skyrocket Hotel » ou le définitif et très bon « Nitro Valley », qui fait la richesse de cet effort solo. Dans ce contexte, et nonobstant sa relative brièveté (trente-deux minutes), celui-ci sonne comme davantage qu’une simple récréation passagère.

***

18 juin 2019 Posted by | On peut se laisser tenter | , | Laisser un commentaire

Hampshire & Foat: « Saint Lawrence »

Encore un bel album pour le duo Hampshire & Foat qui ne cesse de nous ravir avec ses musiques downtempo jazzy célestes.

Retour du pianiste de jazz britannique Greg Foat et du multi-instrumentiste Warren Hampshire (membre de The Bees) au sein de leur projet Warren Hampshire. A un rythme assez soutenu (4 albums en deux ans), les deux anglais poursuivent leur aventure musicale avec ce nouvel album une fois encore parfait.

Sur des tempos lents, Warren Hampshire déroule des morceaux ambient jazz aux ambiances crépusculaires qui  ne sont pas sans évoquer par moment celles que l’on retrouve sur les disques du Bohren & der Club of Gore.


Avec guitare, piano, orgue, kalimba, contrebasse et divers petits instruments, les deux musiciens ont enregistré en prise directe ces 8 titres pendant deux après-midis de septembre 2017, dans deux églises situées sur la côte sud de l’île de Wight, en compagnie de musiciens locaux. Chaque piste porte les noms de monuments locaux, de petites plages et de sentiers chers à Warren et Greg.
Saint Lawrence est album de musiques calmes et tranquilles, remplies de mystère et de douceur comme une bonne vieille BO de film Jazzy des années 70… un véritable régal,  mais dommage qu’il soit soit si court.

***1/2

16 avril 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

Euglossine: « Coriolis »

La musique Ambient Progressive au début des années 80 ressemblait à cela. En effet, les compositions de cet album du musicien Tristan Whitehill basé en Floride, ici sous le nom de Eugllossine, nous ramènent directement au son des synthés Casio et autres de cette époque, utilisés dans le jazz ou dans la pop.
La basse et la guitare sont au diapason pour nous replonger dans le son 80’s. Un bon petit disque aux ambiances exotiques douces et légères, très agréables.
***

12 mars 2019 Posted by | Quickies | , | Laisser un commentaire