No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Dis Fig: « Purge »

Felicia Chen, alias Dis Fig, assemble les sons avec ses émotions aux allures de montagnes russes, capables de montées d’adrénaline et de chutes de tension, de virages à 360° et de sorties de route en milieu urbain.

PURGE, son premier album, est une bouffée d’oxygène chargée d’oxyde de carbone saturée de combustible inflammable.

Les frontières se chevauchent et donnent naissances à des titres en mouvement, tiraillés entre colère exutoire et intériorité dévastée, recherche d’un soi en mutation, isolé du reste du monde.

Dis Fig cherche la tranquillité mais est poussée vers son opposé, extrémisme bousculé par une personnalité intense, prise entre radicalité personnelle et dévastation sonique.

Sur PURGE, les opposés s’allient pour dessiner une société au bord de la fracture, renouveau nécessaire avant le grand saut pour l’inconnu. Mais soyez sans crainte, Dis Fig nous accompagne, chargée d’indécision et de jusqu’au boutisme, bande-son de fin du monde aux allures de ces trompettes de Jéricho dont la teneur n’a pas de pareil.

***1/2

19 mars 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | , | Laisser un commentaire

Selm: « Kreise »

Ce nouvel album des frères Giets alias Selm est un opus en forme de bombe à fragmentation pour décrasser les tympans, avec ses basses vrombissantes et ses machines malades crachant une bile industrielle, gorgée de pulsations noise et de moiteur crasseuse.

Kreise écrase tout sur son passage, avec ses sonorités ultra compressées et ses roulements de loops aux origines lointaines, mêlant urbanisme noir et rythmiques en dérive, capables de se casser en deux pour donner naissance à des convulsions mortes-nées.

Selm élabore une musique au minimalisme instable, enrobé de plomb et de fer en fusion, invitant les dancefloors à fondre sur eux-mêmes pour libérer les pulsations qui se cognent aux quatre coins des enceintes, cherchant désespérément à s’échapper de sillons en spirales à la frénésie née d’un trou noir, dévorant tout sur son passage. Un opus à la force abrasive qui ne fait pas dans la dentelle. Monumental !

***1/2

28 janvier 2019 Posted by | Chroniques "Flash" | | Laisser un commentaire