Daniel Lanois: « Heavy Sun »

16 novembre 2021

Daniel Lanois est peut-être plus connu pour sa production de disques exceptionnels de U2, Peter Gabriel, Bob Dylan, Emmylou Harris et Willie Nelson que pour son propre travail en solo, dont certains sont tout aussi remarquables. Pensez à Acadie, For the Beauty of Wynona et Shine. Pourtant, si vous vous attendez à ce que ce nouvel album, Heavy Sun, ressemble à l’un d’entre eux, vous serez plutôt étonné par cette balle courbe que Lanois nous envoie. Vous avez peut-être déjà entendu le « single » qu’une publication a qualifié de « space-gospel vibe ». et, à ce titre, Heavy Sun est avant tout un disque de gospel. Pour beaucoup, c’est ce qui est surprenant. Bien sûr, des termes comme « space », « atmosphérique « et « ambient » font partie intégrante du son de Lanois et on en entend des traces ici. Il peut être immensément polyvalent et se réinventer facilement, peut-être jamais aussi radicalement qu’il apparaît sur ce projet.  Mais, pour lui, ce son est plus proche de ses racines que tout ce qu’il a jamais fait.

Lanois a grandi avec des disques d’orgue et de la musique gospel, et il s’est fait les dents, jeune homme, en enregistrant en studio des quatuors vocaux en tournée en Ontario. Son amour de la musique soul et roots ne l’a donc jamais quitté. Enregistré à Los Angeles et à Toronto, Heavy Sun fusionne le gospel classique et l’électronique moderne, mélangeant des textures humaines et granuleuses avec des accents numériques nets et des atmosphères luxuriantes et tourbillonnantes pour créer un son à la fois familier et inattendu. Les arrangements sont spacieux et rêveurs, ancrés dans un orgue riche et puissant, surmonté d’un falsetto aérien et d’une harmonie à quatre voix envoûtante. Contrairement à son personnage parfois peu reluisant, l’écriture de ce disque est dynamique et pleine d’âme, et vise en tous points à offrir de l’espoir. « Nous voulons remonter le moral des gens avec cette musique », dit Lanois. « Il est si facile de se sentir isolé en ce moment, mais nous voulons que tout le monde se sente inclus dans ce que nous faisons ».

Lanois et ses compagnons de groupe, un simple quatuor, produisent un son énorme et engloutissant. C’est pourquoi il surnomme l’unité un « orchestre », composé du guitariste/chanteur Rocco DeLuca, de l’organiste/chanteur Johnny Shepherd et du bassiste/chanteur Jim Wilson.  Lanois, chante et joue également de la guitare en plus, bien sûr, de produire l’album. Certains morceaux, comme le premier « Dance On », commencent avec Shepherd seul à l’orgue, emmenant le reste du groupe à l’église comme il l’a fait pendant des années à Zion Baptist à Shreveport, LA. D’autres, comme « Power », sont plus axés presque exclusivement sur l’harmonie de groupe avec peu d’instrumentation. Sur la signification de « Powe » », Lanois écrit : « Je ne pensais pas qu’il y avait beaucoup à dire sur une chanson avec un message aussi simple.  Mais hier encore, j’ai reçu un message d’Eno me demandant de signer une pétition sur les injustices en Ouganda.  Apparemment, une dictature opérant sous l’apparence de la démocratie.  Les nuages se sont dissipés et les dieux de la raison ont parlé, « No Time To Rest’ » par l’Ouganda ou autre ».

D’autres, comme « Every Nation », ont une mélodie ou un simple groove joué sur un beatbox vintage. Alors que Lanois s’est plongé dans le travail de production, découpant la matière première et extrayant des échantillons qu’il pouvait réintégrer dans les arrangements, DeLuca (un artiste solo vénéré) était souvent à l’arrière du studio avec le reste du groupe, élaborant des paroles autour de messages inspirants de communauté et de résilience. Avec Lanois, DeLuca a tiré pleinement parti des techniques d’enregistrement modernes, découpant les performances live improvisées en chansons discrètes qui pouvaient être étoffées d’effets expérimentaux et de fioritures de science-fiction.

« Way Down » est un excellent exemple de ces harmonies gospel à quatre voix, l’orgue de Shepherd fournissant la toile de fond de l’église, tandis que « Please Don’t Try » » est interprété par Shepherd au chant principal, profondément émotif, tandis que le groupe intervient sur les refrains. « Tree of Tule » introduit la guitare et le piano qui se joignent à l’orgue pour accompagner de superbes harmonies de groupe. « Tumbling Stone » reprend l’accompagnement à l’orgue comme dans « Dance On » et « Angel’s Watching » présente des coups d’orgue, des échos et des accords soutenus ainsi que quelques notes de guitare et des carillons bien placés derrière le chant gospel pur et exalté.

À propos du « single » et de la chanson-titre « Under the Heavy Sun », Lanois commente : « Tout a commencé comme une chanson gospel dans cet entourage parce que notre organiste, Johnny Shepherd, est un pasteur d’église baptiste et un chef de chœur », dit Lanois, notant la performance puissante du vocaliste. « Nous avons commencé ce voyage ensemble en pensant à l’esprit et à l’endroit où pourrait se trouver la prochaine dimension de l’esprit. Nous avons inventé cet endroit dans la chanson, en imaginant une sorte de boîte de nuit spirituelle dans l’espace où l’on peut laisser son ego à la porte. C’est une sorte de boîte de nuit fictive et utopique où l’on peut purifier son âme et prendre un nouveau départ – non pas un sacrifice mais une célébration, en entrant dans une nouvelle dimension de joie ».

On retrouvera un gospel plus conventionnel dans les deux airs de clôture, « Mother’s Eyes » et « Out of Sight », avec un orgue omniprésent et ces glorieuses harmonies qui nous ont apaisés tout au long de l’album. « Notre objectif était d’être une force du bien avec ces compositions», explique Lanois. « Nous voulions rappeler aux gens de ne pas laisser le monde voler leur joie, leur rappeler que même pendant une pandémie mondiale, il est de notre responsabilité de protéger nos esprits et de trouver des moyens de continuer à danser, de continuer à chanter, de continuer à enseigner, de continuer à aimer. » Oui, il s’agit d’un formidable disque de gospel, un disque que vous n’attendiez probablement pas de la part du chef d’orchestre. Il rappelle un peu l’album dont Levon Helm a dit qu’il était l’un des meilleurs albums qu’il ait jamais fait, lorsque Garth Hudson et lui ont enregistré avec le groupe gospel emblématique The Dixie Hummingbirds – inattendu mais une véritable révélation.

****